Comment écrire une histoire ? En prenant une formation scénario !

()

Devenez scénariste !

Comment construire le récit avec des intrigues, des personnages, des scènes… ?

Comment donner vie aux personnages ?

Comment faire comprendre l’action au public ?

Comment créer un monde riche et complexe ?

Comment rendre l’imaginaire plus vrai que vrai ?

Comment séduire le public ?

Quel message la narration va-t-elle délivrer ?

Beaucoup de questions.

Une seule réponse : apprenez à raconter.

Cours de narration / scénario : histoire, intrigues, personnages, effets dramatiques et narratifs

Cours de scénario

Bonjour et bienvenue sur Story&Drama, le site de la narration sous toutes ses formes.
Presque tous les artistes racontent des histoires, mais peu maîtrisent vraiment l’écriture narrative. Pour vous persuader de la nécessité d’apprendre, je vais d’abord vous raconter un peu qui je suis et comment j’en suis arrivé à écrire ce site web et toute une collection de cours de scénario, puis vous parler de narration plus en détail, en vous guidant vers les parties du site qui peuvent vous aider et vous intéresser.

Histoire d’un écrivain qui enseigne comment écrire

La littérature ou rien

A 16 ans, ma vie à changé quand elle a rencontré l’œuvre d’immenses écrivains : Arthur Rimbaud, Isidore Ducasse comte de Lautréamont, Stéphane Mallarmé, Fiodor Dostoïevski, Antonin Artaud, Louis-Ferdinand Céline, André Malraux, Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras, Bernard-Marie Koltès, Bret Easton Ellis, Don De Lillo, etc.

Carrière d’écrivain publié et primé

J’ai donc décidé de devenir moi aussi écrivain.

5 ans plus tard je publiais mon premier livre, puis un deuxième, un troisième, puis 6 en tout avant 30 ans. Mon premier site web littéraire né en 1998 a fait partie de la première vague du web français.

J’ai collaboré pendant 3 ans comme critique littéraire au Matricule des anges entre 2002 et 2005, et aussi un peu au cipM.

J’ai travaillé pendant 10 ans à une saga en 6 romans – mon chef d’œuvre, que j’ai fini par laisser tomber parce que la vie m’a posé des problèmes et amené vers d’autres horizons.

J’ai néanmoins continuer à enseigner l’écriture narrative et l’art du scénario. En tout, j’ai passé 15 ans à écrire à plein temps entre 1995 et vers 2010. Depuis, je continue à écrire, mais en dilettante – professionnellement je suis passé à la rédaction web.

Bourses littéraires

Pour vivre en dédiant toute ma vie à l’écriture, j’ai postulé à des bourses littéraires et j’en ai gagné 2 : la bourse Roman du Centre national du Livre, en 2006, et la Mission Stendhal de l’institut français en 2008, qui m’a conduit à m’installer pour 5 ans à Berlin. (J’ai fini 2è à ma candidature à la Villa Médicis :'( )

Enseignant de l’écriture narrative

Les workshops d’art narratif à Berlin

A Berlin donc, j’ai développé ma formation scénario commencée en 2008 à Marseille : entre 2008 et 2013 j’ai enseigné dans quelques dizaines de workshops en anglais à quelques centaines de jeunes auteurs internationaux comment écrire une fiction narrative, quel que soit le média – livre, BD, film, musique, spectacle, radio, etc.

C’est en écrivant mes romans dans les années 2000 que je m’étais mis à étudier systématiquement l’art du scénario, la narratologie, les théories du récit, la stylistique, la rhétorique, etc.

La collection de cours et d’analyses de scénario de Story&Drama

Après 2013, revenu en France, j’ai mis par écrit ma formation scénario, qui est devenu la collection eBook de cours de scénario en PDF de Story&Drama.

J’ai complété ces cours d’écriture par une collection d’analyses d’œuvres célèbres : les films Le Parrain et Pulp Fiction, la série Game of Thrones, le conte pour enfants Le Petit Prince, les paroles de 48 chansons françaises et les paroles de chansons en anglais, dont les tubes du gangsta-rap, 14 vidéoclips, 12 sketches comiques…

La version française de Story&Drama compte aujourd’hui 237 articles, et 4 autres versions sont disponibles en anglais, allemand, italien et espagnol.

A quoi sert d’analyser toutes ces œuvres ?

Déjà, à prouver que la théorie que j’enseigne marche à tous les coups, indépendamment du média, du genre, du style, du ton, du registre, des thèmes, etc.

La théorie que j’enseigne mélange des éléments repris à droite à gauche : au fonctionnaliste russe Vladimir Propp, aux narratologues structuralistes Greimas et Souriau, au gourou du storytelling Robert McKee (que je déteste plus que je ne l’apprécie) et à quelques autres script-doctors américains Blake Snyder, Linda Segers, qui ne m’ont pas fait grande impression mais à qui j’ai piqué quelques idées mineures. J’ai bien aimé La dramaturgie d’Yves Lavandier, et peu exploité l’excellent livre de Michel Vinaver sur Ecritures dramatiques. Vous retrouverez quelques unes de ces influences dans mon blog, section théorie de la narration.

Assez parlé de moi et de la genèse de mes idées, je vais maintenant vous présenter plus en détails la collection des cours de scénario de Story&Drama

Comment écrire un roman, un conte, une BD, une pièce, un film, une série, un sketch, une chanson…?

Théorie de la narration

Donner la priorité au public

Déjà, soyons clair : je m’adresse uniquement aux auteurs assez pros pour comprendre que quand on écrit une histoire ce n’est pas d’abord pour se faire plaisir à soi et se gratter le nombril devant tout le monde, mais pour plaire au public.

Je me suis pas mal disputé là-dessus avec des litanies de faux auteurs, qui croient que dès qu’ils ont l’ombre d’une mauvaise idée celle-ci suffit à en faire une œuvre – la conséquence directe est qu’en général une telle attitude ne débouche sur aucune œuvre, et que même si œuvre il y a, elle ne plait guère qu’à son auteur. Je n’appelle même pas ça de l’art, c’est de la pure masturbation narcissique.

L’art, la culture, sont des marchés. Les œuvres dans tous les arts entrent en concurrence avec :

  • les milliers de chefs d’œuvres du patrimoine mondial dans tous les médias
  • les milliers d’œuvres d’auteurs professionnels et expérimentés dans tous les médias

Donc raconter ses petits traumas ou ses vacances à Arcachon, dans un tel contexte, ça ne peut jamais être compétitif. Plutôt que de passer des heures à lire un roman bâclé, lire une bande dessinée ennuyeuse ou écouter un sketch pas drôle, les gens vont spontanément retourner binger une série géniale sur Netflix, un docu gratuit sur Youtube, ou tout simplement relire Rimbaud pour la 12è fois.

Donc si vous ne voulez pas prendre en compte le public et le mettre au centre de votre démarche artistique, si vous pensez qu’il n’est pas nécessaire de travailler avec acharnement pour développer une œuvre narrative qui sorte de l’ordinaire, si votre petite personne vous importe plus que le patrimoine culturel de l’humanité, je n’ai rien à vous apprendre – et je suis convaincu d’avance qu’on n’entendra jamais parler de vous en art.

Dans tout mon enseignement je pars donc du principe fondamental qu’on doit écrire POUR le public, jamais sans lui.

Maîtriser les bases de l’écriture narrative

Tout compte fait, de l’épopée mésopotamienne de Gilgamesh à la série Game of Thrones, des chansons de geste aux chansons gangsta-rap ou variété française, du théâtre grec à Koltès, des marionnettes de la Commedia dell’arte aux marionnettes des Guignols de l’info, à travers les époques et les cultures, il n’y a jamais qu’une et une seule narration, qui consiste à écrire l’histoire de l’humanité et du monde.

L’infinie variété des médias, des styles, des genres, ne change rien au fond des choses : tout comme les constantes de la physique de l’univers (la gravité, la constante de Planck, la structure des atomes avec les protons et les électrons), les constantes de la narration ne changent pas.

Personnage et intrigue

Le personnage principal

De sorte qu’un récit c’est toujours :

  • un personnage principal
  • qui a un but
  • qui rencontre des obstacles
  • et des adversaires
  • à la fin le but est atteint ou pas

L’identité de ce personnage principal prend, comme Protée, mille formes, mille visages :

  • un parrain de la mafia
  • un boxeur
  • un enfant venu d’une astéroïde
  • une petite fille
  • une famille, un clan
  • cela peut même être un personnage non-humain, une voiture, un nuage, une idée, une forme géométrique

Mais la structure fondamentale, elle, reste intangible.

L’intrigue

Le fait qu’un Héros se tourne vers un but génère une série d’étapes narratives, qu’on appelle l’intrigue.

Là encore, des étapes ont peut en avoir au minimum 2, ou bien des centaines dans le cadre d’un feuilleton ou d’une série à rallonge (c’est précisément le défaut flagrante de beaucoup de séries populaires, qui s’épuisent à rajouter des étapes pour éviter que le personnage principal atteigne le but, tordant le cou de la poule aux œufs d’or de la publicité télévisuelle).

On en a 2 dans la blague Paf le chien :

1/ C’est l’histoire d’un chien qui s’appelle Paf, il traverse la rue (but)

2/ et Paf, le chien (chute inattendue mais programmée par le nom tragique du pauvre animal)

On en a des centaines dans Game of Thrones : les Marcheurs blancs mettent 8 saisons à passer à l’attaque, mine de rien ; Daenerys met également 8 saisons à sortir de son second rôle à Pentos pour atteindre le cœur du pouvoir Lannister à Port-Réal.

On en a quelques dizaines dans Le Parrain : Michael Corleone, qui commence en outsider sans rôle dans l’histoire, met quelques dizaines d’étapes à devenir le nouveau parrain n°1 de New York, avec pour but de remplacer voire surpasser son père assassiné.

On en a quelques dizaines aussi dans Le petit prince : cette histoire du voyage initiatique d’un enfant qui veut découvrir le monde et trouver un ami (qu’il finira par rencontrer sous la forme du renard).

Les personnages et les rôles actantiels

Ce personnage principal, le Héros, vit rarement seul son histoire.

Ici, la structure de base consiste à opposer un Antagoniste au Protagoniste.

Le Protagoniste veut quelque chose, l’Antagoniste veut le contraire ou la même chose qu’ils ne sauraient partager :

  • Le personnage de Michael Jackson veut effrayer sa petite amie, qui veut s’en protéger
  • La petite fille du clip de Skrillex veut terrasser l’homme pervers pédophile qui veut l’agresser
  • Michael veut venger son père contre les 5 familles, qui veulent sa peau
  • Les Barathéon puis les Lannister veulent garder le pouvoir, les Stark et Daenerys, entre autres, veulent le leur prendre
  • Butch veut finir d’arnaquer Marsellus et quitter la ville avec l’argent qu’il a gagné par la ruse, Marsellus veut le punir et récupérer l’argent
  • Ice Cube ou son avatar dans la chanson It was a good day veut juste passer sa journée de gangster tranquille, dans un environnement fondamentalement hostile

Autour de ce conflit central s’organisent d’autres personnages, par affinité et alliance.

Protagoniste et Antagoniste s’entourent donc de partenaires, qui au fur et à mesure des péripéties du drame, finissent par constituer des équipes, qui s’affrontent alors en une série de duels, ou en une lutte collective, parfois massive (c’est ce qu’on observe dans de nombreuses histoires qui passent d’abord du temps à accumuler des conflits individuels, avant d’organiser une longue bataille collective finale : dans les westerns comme dans Star Wars, dans les films de guerre comme dans les épopées antiques ou médiévales).

Une histoire qui raconte des histoires

Un certain nombre de types d’œuvres ne racontent qu’une seule intrigue : l’histoire se réduit à une seule histoire.

Ainsi la plupart du temps, une blague, un bref conte pour enfants, une chanson, un vidéoclip, racontent une seule intrigue. En 5 minutes le personnage principal atteint son but ou pas, le public connait le résultat, le suspense ne dure pas longtemps.

Mais le summum de l’art de l’écriture de scénario est atteint par ces cathédrales narratives que sont les sagas romanesques, les séries épiques, les films-fresques, bref : les récits complexes, qui peuvent raconter des centaines d’intrigues entremêlées.

Ces récits font intervenir des personnages multi-facettes, engagés dans des dizaines d’intrigues et y jouant des rôles dramatiques très différents.

Ainsi dans Pulp Fiction, Marsellus peut se retrouver Mentor d’une intrigue, Protagoniste d’une autre, Antagoniste d’une troisième. Vincent joue un rôle de tueur dans une intrigue, missionné par Marsellus pour tuer quelques gamins, et un rôle d’amant dans une autre intrigue où il finit par coucher avec Mia, la femme de Marsellus.

De même dans le clip Thriller de Michael Jackson, le personnage de celui-ci joue des rôles paradoxalement opposés : persécuteur de sa petite amie dans une intrigue, protecteur de celle-ci dans une autre.

Dans les meilleures histoires complexes, les mêmes personnages jouent à la fois des rôles majeures et mineurs dans différentes intrigues ; cette diversité amène richesse et réalisme, vraisemblance et nuance.

Les cours de scénario

Introduction à l’art narratif

Dans mon Introduction à l’art narratif conçue pour tous publics mais avant tout pour les écrivains débutants, je pose les bases de l’écriture scénaristique : définition du personnage, des rôles actantiels, de l’histoire et des intrigues, des actes, et brève initiation aux effets dramatiques et aux paramètres narratifs.

Cours de scénario gratuit - intrigues personnages effets dramatiques

Méthode de travail

Dans la Méthode de travail, j’expose les étapes du travail scénaristique qui me semblent nécessaires. La recherche et la documentation d’abord, le développement de personnages et d’intrigues ensuite, le montage général, et la rédaction enfin (un long processus d’écriture et réécriture).

Cours de scénario gratuit - Méthode de travail - PDF

Cours de scénario 1

Dans ce cours de scénario pour débutant je pose les règles de base esquissées dans l’Introduction à l’art narratif, mais avec beaucoup plus de détails.

On découvre la différence entre les rôles thématiques et les rôles actantiels des personnages, et je présente les divers types de montage. J’en dis un peu plus sur les effets dramatiques et les paramètres narratifs et j’introduis la notion de distribution des informations narratives.

Cours de scénario pour débutant - comment écrire une histoire

Cours de scénario 2

Destiné à des auteurs plus expérimentés, ce cours de scénario reprend le contenu du premier cours mais en approfondissant et complexifiant, de façon à satisfaire le besoin de savoir d’écrivains ambitieux.

On y étudie le problème du découpage d’une histoire en scènes et séquences, le problème des transitions entre fragments d’intrigues, on y détaille les paramètres narratifs (média, genre, ton, registre, style…), on y analyse les effets de chronologie possibles et on observe comment la même structure narrative peut se raconter de manières différentes en faisant varier les voix narratives, la focalisation, le point de vue du narrateur (omniscient ou incarné) etc.

On développe également la question de la distribution des informations narratives entre les personnages et au public.

Cours de scénario - comment écrire une histoire, un film, un roman

Les analyses de scénarios

La théorie c’est super, parce qu’un bon artiste a forcément de bonnes idées plein la tête, et plus que des idées : des outils créatifs, des concepts opératoires.

Mais pour nous autres auteurs la seule chose qui compte vraiment ce sont nos œuvres, le produit de notre imagination.

J’ai donc entrepris un gigantesque exercice d’application des idées, concepts et outils de mes cours de scénario, à des dizaines d’œuvres très différentes, pour montrer concrètement comment ça marche, comment c’est fait, comme les scénaristes et les narrateurs font passer leur message, donnent vie à leurs personnages, gèrent la tension dramatique, font jouer les valeurs entre leurs personnages, etc.

L’objectif est d’apprendre le scénario en regardant travailler les maîtres du scénario dans tous les arts, scénaristes de cinémascénaristes téléauteurs comiquesparoliers-chanteursscénaristes de vidéoclipsécrivains

Analyser leurs œuvres, étudier leurs techniques d’écriture, et s’inspirer de leur savoir-faire.

Dans chaque œuvre, j’ai essayé d’aller loin dans l’analyse, de reconstituer l’ensemble des intrigues, de lister tous les personnages et leurs fonctions thématiques et actantielles, de commenter les effets narratifs et dramatiques utilisés, et également de souligner les effets de style, par lesquels les structures profondes de la narration et du sens prennent forme en tant que mots, son, images.

Scénarios de films et séries

Dans Pulp Fiction, j’ai trouvé 10 intrigues, 30 rôles actantiels, un gros travail thématique sur la symbolique des lieux et divers autres thèmes (la drogue, la bouffe, la scatologie…)

Analyse de l'histoire du film Pulp Fiction de Quentin Tarantino

Dans Le Parrain, j’ai compté 15 séquences racontant un total de 27 intrigues, avec environ 100 rôles actantiels attribués à plusieurs dizaines de personnages structurés autour du protagoniste, Michael Corleone.

Analyse de l'histoire du film Le Parrain de Francis Ford Coppola

Dans Game of Thrones, dont j’ai analysé les 2 premiers saisons, soit 20 épisodes (la série était en cours de diffusion quand j’ai écrit l’analyse) comptant environ 410 scènes, j’ai dénombré plus de 100 intrigues, avec 67 personnages prenant un total de 174 rôles actantiels.

Analyse du scénario de la série Game of Thrones

Scénarios de roman

A la recherche d’un roman connu d’un public international, j’ai décidé d’analyser le Petit Prince puisque ce livre est LE grand succès littéraire mondial – il a été traduit dans des dizaines de langues et est connu partout sur terre.

Dans ses 27 chapitres, page après page j’ai repéré 25 intrigues, avec 17 personnages se partageant 54 rôles actantiels – le Petit prince en assume 27, soit la moitié, à lui tout seul. Normal, puisque la plupart des intrigues, racontées du point de vue de l’enfant, sont des duels qui opposent l’enfant naïf mais intelligent à un adulte à moitié fou.

Au niveau thématique en revanche, j’ai dénoncé le sexisme de ce conte admirable et plein de magie, mais qui n’attribue strictement aucun rôle actantiel aux femmes.

Analyse de l'histoire du petit prince d'Antoine de Saint-Exupéry

Scénarios de chansons et de vidéoclips

J’ai analysé les paroles de 48 chansons françaises, d’une dizaine de chansons pop, rock et rap en anglais, et d’une dizaine de tubes du gangsta-rap west-coast.

Au cas par cas, j’y ai trouvé un art narratif différent, voire parfois quasiment absent : certaines chansons reposent tout simplement sur autre chose que la narration, ou sur des formes lacunaires et atténuées de narration. Par exemple la chanson de Cabrel C’était l’hiver, qui part d’une histoire tragique, le suicide d’une jeune femme, et exprime la tristesse et le deuil du chanteur : c’est donc une chanson lyrique fondée sur une histoire plus évoquée que racontée.

Analyse des paroles de chansons françaises - comment écrire une chanson

Dans les paroles du gangsta-rap, j’ai trouvé en général des textes plus discursifs que narratifs – un gros mélange, disons. Les voyous ont souvent mieux à faire que d’écrire un récit. N’empêche que de gros bouts de narration flottent dans la soupe de rappeur – comme quand NWA nargue les flics dans Fuck tha police, et leur raconte tout le mal qu’ils vont leur faire.

Analyse des paroles de chansons gangsta-rap west-coast

De même dans les vidéoclips : certains racontent une véritable histoire complexe, notamment le légendaire clip de Thriller, qui raconte 7 intrigues brillamment emboîtées ; d’autres comme le clip de Look de Sébastien Tellier utilisent une forme poétique et thématique de narration (on nous raconte des changements d’ambiance et d’émotion).

Comment écrire un vidéoclip

Scénarios de sketches comiques

L’humour peut prendre de multiples formes et nombreux sont les procédés humoristiques disponibles, dont la narration que cependant de nombreux sketchs utilisent avec maestria.

Dans ce genre, la narration devient souvent folle ou excentrique : comme dans C’est l’histoire d’un mec, de Coluche, où le personnage se montre incompétent en narration, ou dans La chauve-souris de Jean-Marie Bigard (écrit par Pierre Palmade), où le personnage principal joue à se faire peur en adhérant à son propre délire paranoïaque, ou dans La fine équipe du 11, de Dieudonné, où l’humoriste ridiculise les terroristes pseudo-musulmans du 11 septembre.

Comment écrire un sketch comique

Conclusion

Voilà donc le genre de cours d’écriture et de formation scénario que vous trouverez sur ce site.

J’espère qu’il vous donnera de l’inspiration et stimulera votre créativité scénaristique et votre imagination narrative pour atteindre des sommets de puissance fictionnelle !

N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des remarques ou des questions.

Et si vous appréciez les contenus de ce site, SVP faites un lien depuis votre blog ou votre site, ça fait toujours plaisir d’être lu 🙂


FAQ

Faites-vous de la relecture de romans et autres textes littéraires ?

Oui, pourquoi pas. J’aime toujours lire de la littérature. Je peux donner des conseils pour corriger les faiblesse de la construction narrative ou du style.

Donnez-vous des cours de scénario en ligne ?

Oui, en particulier, même tarif : 40€/heure.

Faites-vous des ateliers d’écriture en ligne ?

Oui, je propose un atelier d’écriture permanent.

Faites-vous des ateliers d’écriture en présentiel ?

Non, pas actuellement.

Est-ce marrant de se poser des questions à soi-même ?

Oui, assez !


Contact

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Cliquer sur une étoile pour donner votre avis

Moyenne des avis / 5. Nombre d'avis donnés :

Soyez le premier à donner votre avis

Retour haut de page