Comment écrire un scénario de film, série, vidéoclip, pub

()

Comment raconter n’importe quoi sur Internet

Faux profs et faux savoir

Bonjour, vous allez bien ? 🙂

Avant de tenter de répondre à la question que vous avez posé à Google, je vais commencer par vous mettre en garde à propos de la qualité de ce qu’on trouve sur Internet en matière de conseils d’écriture de scénario.

Internet est le média du meilleur et du pire, et on y trouve vraiment de tout. Et Google, qui n’est qu’un programme bête, qui ne comprend pas ce qu’il lit, recommande un peu n’importe quoi pour peu que les mots cherchés soient présents dans le contenu d’un article, même s’il est nul.

Pour la question qui nous occupe, vous trouverez par exemple :

  • des gens qui vous expliquent comment écrire un scénario, alors qu’ils n’en ont jamais écrit ni publié ni tourné un seul (c’est quasiment le cas du gourou du storytelling Robert McKee, auteur du manuel Story, et qui a un seul film pas terrible à son actif de scénariste…)
  • des sites fondamentalement commerciaux, qui ne publient sur ce thème que pour faire du clic et gagner de l’argent avec de la pub
  • et des articles de mauvaise qualité qui ne traitent pas le sujet sérieusement.

Plusieurs articles bien classés sur Google vous racontent du grand n’importe quoi, comme s’il y avait vraiment 5 ou 19 étapes impératives que 100% des scénaristes auraient toujours respecté, ou 13 trucs à éviter.

Vrai écrivain et vrai prof de narration

Moi, je m’appelle Ludovic Bablon et j’ai fait une carrière comme écrivain, poète et romancier, critique littéraire.

A Berlin, j’ai monté un atelier d’écriture pour enseigner la narration en général.

En effet, je suis convaincu que les structures de la narration, de l’écriture d’histoires, sont universelles et ne varient pas en fonction du média – ce qui varie ce ne sont pas les structures profondes de la narration, comme les intrigues et les personnages, c’est simplement le média lui-même et les effets qu’on peut faire avec.

On peut raconter la même histoire dans un roman, une chanson, une BD, ou un film, mais pas de la même manière. Certains effets, pourtant, comme une crescendo d’intensité narrative, sont faisables dans n’importe quel média.

Je suis donc avant tout prof de narration, pas prof de cinéma, de réalisation, de tournage etc : je ne suis pas un expert du média film.

Pourtant, mon approche de la narration est fondamentalement multimédia.

Par ailleurs, j’ai participé à l’écriture de plusieurs projets de scénario (pour des artistes amateurs qui voulaient tenter leur chance, et que j’ai guidés dans la conception de l’histoire).

J’ai aussi publié des analyses narratives détaillées des films Le Parrain et Pulp Fiction, des deux premières saisons de la série Game of Thrones, et de 14 vidéoclips. Dans toutes ces analyses, j’ai montré que les concepts que j’enseigne dans mes cours de scénario étaient à l’œuvre, de différentes manières.

Analyse narrative du film Pulp Fiction de Quentin Tarantino

Analyse narrative du film Le Parrain de Francis Coppola

Analyse narrative de Game of Thrones - série télé roman

Bref, je connais bien le média audiovisuel, et comme vous probablement, j’ai regardé et admiré des centaines de films, séries, clips etc.

Comment écrire une histoire

 Il n’y a pas de méthode universelle, mais il y a des structures narratives universelles

Homère n’a pas écrit l’Odyssée comme Quentin Tarantino a écrit Pulp Fiction.

Uderzo et Goscinny n’ont pas écrit la série des Astérix et Obélix comme les scénaristes de Game of Thrones.

Pourtant, dans toutes les œuvres narratives du monde et à toutes les époques on trouve exactement les mêmes concepts :

  • une histoire, faite d’intrigues
  • des intrigues, faites de temps dramatiques nécessaires
  • des personnages
  • des relations fonctionnelles entre les personnages

Par conséquent, quand vous voulez apprendre à écrire un scénario de film, en réalité vous devez apprendre DEUX choses différentes :

  1. La narration en général
  2. La réalisation audiovisuelle

Avant d’écrire spécifiquement pour le cinéma ou la télévision ou les réseaux sociaux vidéo, vous devez avant tout maîtriser la narration !

Cours de narration

Pour maîtriser l’aspect narration, vous devez connaître les concepts que j’ai exposés dans l’introduction gratuite à mes cours de scénario :

Introduction à l’écriture narrative

Cours de scénario gratuit - intrigues personnages effets dramatiques

Je les ai exposés aussi dans cette vidéo :

Cours de narration / scénario : histoire, intrigues, personnages, effets dramatiques et narratifs

Une fois que vous maîtrisez ces outils fondamentaux de l’écriture narrative, je vous propose une méthode de travail gratuite pour élaborer votre scénario, en partant de l’idée initiale et en allant jusqu’au scénario finalisé :

Méthode d’écriture de scénario

Cours de scénario gratuit - Méthode de travail - PDF

Après ces deux formes d’initiation, je vous propose aussi deux cours plus approfondis :

Cours de scénario 1

Cours de scénario pour débutant - comment écrire une histoire

Cours de scénario 2

Cours de scénario - comment écrire une histoire, un film, un roman

Chaque média a ses propres moyens de raconter une histoire

Quand on sait écrire une histoire, on peut la raconter dans n’importe quel média ; mais chaque média a ses propres opportunités.

D’abord, remarquez que les différents médias utilisent des canaux de communication à la fois semblables et différents :

cinéma / télévision / vidéoclip / pub bande dessinée / manga / roman photo / roman graphique / livre illustré théâtre / spectacle littérature chanson / musique radio / podcast
Texte écrit x x x x
Texte parlé (dialogues)
ou chanté
x x x x
Musique x x x x
Bruitages x x x x
Image fixe x
Image animée x

Comment écrire un scénario de film ou de court-métrage

Ecrire avec le média

Je ne vais pas vous dire, contrairement à tous les bonimenteurs d’Internet, comme vous DEVEZ écrire votre scénario ; mais je vais vous rappeler quelles sont vos options.

Le média audiovisuel est riche de possibilités. Vous pouvez d’office penser l’écriture du scénario pour qu’elle joue avec les paramètres du média audiovisuel et ses canaux possibles :

  • film muet, film parlant, film musical, film bruité, film sonore ou silencieux
  • film couleur ou noir et blanc ou mixte
  • texte écrit à l’écran ou pas (panneaux, encarts, sous-titres, mise en scène du texte animé, etc)
  • caméra « objective » ou subjective (filmant du point de vue d’un ou plusieurs personnages)
  • nombreux lieux (voire travelling permanent comme dans un road-movie) ou lieu fixe en huis clos (comme dans 12 hommes en colère)
  • chronologie normale (du début à la fin des intrigues) ou chronologie déstructurée (comme dans Pulp Fiction) voire inversée (à rebours)

Ecrire avec les canaux

Le style de « mise en média » du matériau narratif de l’histoire (capable de s’incarner dans n’importe quel média) compte parmi vos grandes options possibles. L’identité d’un film se définit par ce genre de choix.

En général, un film de fiction court-métrage ou long-métrage va raconter l’histoire en utilisant trois principaux canaux de communication : des images animées, du texte parlé, des bruitages et de la musique.

Certaines œuvres, certains styles, certains genres, ou certaines époques, se distinguent en faisant des choix de canaux différents :

  • le cinéma muet était privé de son, donc ni voix ni bruitages, qu’il remplaçait par du texte écrit à l’écran ; le film The Artist avec Jean Dujardin a cartonné en reprenant les codes du cinéma muet, comme quoi rien n’empêche de faire du neuf avec du vieux ; et certains films pourtant sonores, comme ceux de Gus Van Sant, sont connus pour leur usage du silence et leurs dialogues rares
  • la comédie musicale remplace tout ou partie du texte parlé par du texte chanté et de la musique
  • certains films de Jean-Luc Godard ou de Gaspard Noé ont fait grand usage du texte écrit à l’écran, transformant le film en texte ; même Star Wars s’ouvre sur un texte qui défile…

Ecrire avec les genres

On n’écrit jamais tout seul dans son coin : on participe à une culture, qui a une histoire, des traditions, des codes, qu’on va respecter ou transgresser.

Après 120 ans d’existence, le cinéma a accumulé de nombreux genres : le burlesque, le western, la comédie romantique, le film policier, le thriller, le film fantastique, la science-fiction, etc.

Quand vous écrivez votre film, vous entrez donc nécessairement en dialogue avec ces cultures cinématographiques que vous partagez avec votre public.

Questionnez-vous donc sur ce que vous voulez faire avec le genre de votre histoire : viser pile au milieu ? Faire une œuvre marginale dans ce genre ? Renouveler le genre ? Retourner le genre ? (comme des films modernes l’ont fait avec le western, en racontant des histoires qui font primer le point de vue des indiens, ou en racontant une histoire d’amour entre deux cow-boys…) Ce choix en impliquera beaucoup d’autres dans votre manière de concevoir puis de raconter le scénario.

Découper l’histoire en scènes et séquences

Un film long-métrage se caractérise d’ordinaire par son montage : l’action est découpée en une série de séquences cohérentes, elles-mêmes découpées en scènes.

Il existe de remarquables exceptions : quelques rares films ont réalisé l’exploit de raconter toute l’histoire en une seule prise, un seul long-plan-séquence.

Si vous racontez de manière classique, alors votre grand problème, une fois que vous avez une idée des grandes lignes de l’histoire – de quoi parle l’intrigue principale, qui est le personnage central, ou quel est le thème central – sera de répartir l’action en grandes séquences, puis de découper celles-ci en scènes.

Pour cela, deux outils conceptuels peuvent vous aider :

  • la tension dramatique : vous pouvez organiser d’avance des crescendos de tension qui vont rythmer votre film ; pour cela, vous pouvez dessiner des courbes de tension qui vous plaisent, et ensuite seulement, trouver quels événements correspondent à cette courbe !
  • le pronostic dramatique : le pronostic, c’est ce que le public peut calculer de ce qui va se passer, en fonction des éléments que vous lui donnez au fil du scénario : par exemple, le Héros va mourir, les personnages principaux vont se marier, le bateau va couler, la planète va être sauvée, etc ; comme la tension, vous pouvez tracer la courbe du pronostic pour qu’elle satisfasse vos intentions, puis trouver les actions qui y correspondent.

Comment écrire un scénario de vidéoclip

Analyse narrative de 14 vidéoclips

J’ai montré dans mes 14 analyses de vidéoclips qu’il y a beaucoup de belles manières possibles d’écrire un clip. Vous pouvez consulter mon comparatif des scénarios de clips pour le constater.

L’écriture d’un clip implique d’office d’intégrer trois grandes contraintes :

1/ La durée de la musique conditionne celle du clip (et le scénario doit coller avec les articulations de la musique (couplets, refrains, breaks, silences…))

2/ L’univers thématique du morceau colle avec celui du clip

3/ Le public de la musique détermine celui du clip (un clip d’électro ou de rap doit correspondre aux goûts audiovisuels du public qui écoute de l’électro ou du rap)

Le problème créatif du clip en effet, c’est qu’il doit coller avec la musique, les paroles, et l’univers de l’artiste, sans être platement illustratif ; souvent, les meilleurs clips sont allusifs et enrichissent la chanson en ajoutant beaucoup d’éléments qui n’y étaient pas mais qui entrent en harmonie avec elle.

Par exemple :

  • la chanson First of the year ne parlait pas de pédocriminalité, mais le clip montre une petite fille qui détruit un pédophile
  • la chanson All is full of love ne parlait pas de robots, mais le clip montre deux robots humanoïdes et féminins qui font l’amour avec grâce.

Comme pour toute histoire, je préconise de fonder le processus créatif sur un MESSAGE à transmettre au public, message que ce public validera forcément. Exemples de bons messages :

  • « On peut vaincre la mort à force de volonté » (clip de Rabbit in your headlight)
  • « L’innocence est plus forte que le crime » (clip de First of the year)
  • « Les fesses d’une femme sont une invitation au rêve » (clip de Look)

Une des questions à résoudre dans un scénario de vidéoclip est : représente-t-on l’artiste dans le clip, ou pas ? En moyenne, je trouve plus intéressants les clips narratifs purement fictionnels et qui ne montrent pas l’artiste – sauf quand l’artiste est intégré à l’histoire, comme Michael Jackson dans le plus célèbre des clips : Thriller.

Comment écrire un scénario de pub

La publicité audiovisuelle pose des problèmes singuliers : elle vise à mettre en valeur une marque et un produit, mais elle doit raconter autre chose qu’une plate description du produit.

Ainsi, les pubs pour Nutella ou McDo parlent de famille heureuse, et pas tellement de pâte à déforester ou de viande toxique…

Les pubs pour des voitures parlent de virilité, de confort, de puissance, ou… de sauver la planète en cramant du pétrole.

Les pubs pour les banques parlent de sécurité et d’avenir… et pas de se faire voler à coups d’agios.

La pub en fait raconte une histoire dont le sens profond va incarner le BENEFICE apporté par le produit : le Nutella rend les gens heureux, l’Audi rend le conducteur puissant, la BNP met l’argent des épargnants en sécurité au chaud dans un paradis fiscal.

Faire une pub implique donc d’intégrer à la fois l’univers d’un produit et les goûts de sa clientèle. On ne vendra pas souvent de lessive ou d’assurance-obsèques avec une pub subversive.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Cliquer sur une étoile pour donner votre avis

Moyenne des avis / 5. Nombre d'avis donnés :

Soyez le premier à donner votre avis

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page