Analyse de 14 vidéoclips : conclusion générale

Analyse de 14 vidéoclips : conclusion générale

Analyse de clips (ou comment écrire un scénario de clip)
PDF, 131 pages

Cette page est la conclusion générale de notre PDF d’analyse de 14 vidéoclips

Tous différents, tous pareils

Comme on l’a vu il y a de nombreuses manières de faire un clip.

Clips parfaitement narratifs

  • Thriller – l’histoire d’un jeune homme qui adore terroriser sa petite amie
  • Stress – l’histoire d’une bande de casseurs sans pitié
  • First Of The Year – l’histoire de voyous généreux
  • Bangarang – l’histoire d’une petite fille qui agresse un pédophile
  • Am I wrong ? – l’histoire d’un client ordinaire qui perturbe un fast-food
  • Freestyler – l’histoire d’un adolescent qui rêve de contrôler le monde

Clips imparfaitement narratifs

Clips peu narratifs

  • Remind Me – description d’un monde trop technique, sans histoire d’amour
  • Look – traversée poétique de métaphores du plaisir et de la douleur, de la vie et de la mort

Nombre d’intrigues et de rôles actantiels

Dans les clips plus ou moins narratifs, on trouve aussi une certaine variété, notamment dans le nombre d’intrigues, même si la plupart des histoires n’ont qu’une ou deux intrigues (No Surprises, Stress, Bangarang, etc), parfois 3 (Am I wrong ?, en comptant la mini-intrigue du client goinfre), tandis qu’on ne monte jamais au-dessus d’un total de 7 intrigues (Thriller) – ce qui s’explique évidemment par la brièveté du format du clip. Il ne serait pourtant pas impossible de raconter 20 mini-intrigues en quelques minutes – si vous trouvez cette idée sympa, cela peut faire un bon exercice créatif 😉

Les nombres de personnages et de rôles actantiels quant à eux dépassent rarement les 5 ou 6, et se limitent même souvent à 2 ou 3, Héros Vs Antagoniste ou Héros + Aide Vs Antagoniste.

Cette simplicité formelle apparente le genre du clip au genre des paroles de chanson, souvent très simples elles aussi, et les distinguent des structures narratives complexes qu’on trouve dans :

  • Les romans (le petit prince : 25 intrigues, 17 personnages actantiels ayant 54 rôles actantiels)
  • Les films (Le Parrain : 27 intrigues, 15 personnages actantiels ayant 100 rôles actantiels ; Pulp Fiction : 10 intrigues, 19 personnages actantiels ayant 30 rôles actantiels)
  • Les séries (Game of thrones, saisons 1 et 2 : plus d’une centaine d’intrigues, 67 personnages actantiels ayant 174 rôles actantiels).

Des thèmes universels

Malgré de fondamentales différences de forme, d’esthétique, de structure, on retrouve souvent les mêmes thèmes, notamment une composante émotionnelle forte :

Ces thèmes universels garantissent évidemment un fort potentiel d’identification du public aux histoires.

A vous de jouer !

Maintenant que vous avez une idée plus précise de la manière dont sont écrits certains clips, vous avez de quoi analyser votre propre corpus (pour affiner votre savoir-faire) avant de vous mettre à écrire les vôtres !

Bon courage et bonne chance !

Avez-vous bien aimé cette page ?
[Total: 1 Moyennee: 5]