Analyse du clip Come To Daddy Aphex Twin

Analyse du clip Come To Daddy Aphex Twin

Analyse de clips (ou comment écrire un scénario de clip)
PDF, 131 pages

Story&Drama analyse le vidéoclip de la chanson Come To Daddy d’Aphex Twin, qui raconte une spectaculaire et angoissante confrontation entre une vieille dame et un chanteur monstrueux dans un paysage urbain sombre et fantastique.

Clip

Analyse du clip Come to Daddy Aphex Twin

00:00 Le clip s’ouvre sur des bruitages d’ambiance angoissants, montre des bâtiments sans âme en contre-plongée, des images brouillées, le titre du morceau “Come To Daddy” d’Aphex Twin s’affiche brièvement, vues des bâtiments et images mystérieuses alternent rapidement en relation avec les micro-événements sonores de la bande-son.

Structure et monde : on a là une exposition en morceaux, qui en dit long sur : le style visuel étrange et angoissant du clip et de la musique, donc en filigrane le genre – un réalisme oscillant entre horreur et fantastique ; le titre ; l’univers de référence, glauque, sinistre, effrayant ; l’ambiance, l’atmosphère, l’humeur oppressante.

00:26 Une vieille dame promène un chien. L’image est filtrée et dégradée comme si elle passait sur un moniteur de mauvaise qualité, en basse définition des couleurs. Zoom sur un téléviseur abandonné, puis vue de la vieille dame en contre-plongée devant un bâtiment laid. Elle promène le chien au milieu des détritus urbains.

Structure : l’exposition continue, révélant progressivement l’identité d’un personnage, la vieille dame, et le téléviseur qui va par la suite devenir un quasi-personnage.

00:40 Plusieurs plans montrant la vieille dame de loin donnent l’impression qu’elle est observée par quelqu’un qui se cache. Elle cherche à voir, mais on ne nous montre rien. Les bâtiments oscillent de droite à gauche, comme s’ils avaient le vertige. La vieille dame scrute un parvis bétonné désert. Son chien urine puis se met à aboyer en tirant violemment sur sa laisse, entraînant la femme vers l’avant.

Effet de distribution de l’information : l’asymétrie d’information (la vieille dame voit quelque chose que nous spectateurs ne voyons pas) entraîne un suspense, une envie de savoir ; par un phénomène naturel d’identification et d’empathie, nous ressentons son angoisse.

Structure : l’aboiement du chien nous indique qu’un déclencheur vient d’avoir lieu, même s’il nous reste caché.

01:09 Sur l’écran du téléviseur abandonné, une image apparaît, qui montre un visage d’homme verdâtre.

Le chien aboie de plus belle en montrant les crocs.

La musique de Come to Daddy d’Aphex Twin commence : « I want your soul » (je veux ton âme).

Zoom sur le visage déformé et grimaçant, maintenant bleuté, et sur sa bouche qui chante d’une voix rauque et monstrueuse.

La vieille est comme terrassée par l’expressivité sinistre de ce chanteur.

Elle doit prendre appui contre un mur pour ne pas flancher.

Les visages de l’homme grimaçant et de la vieille terrifiée alternent.

Structure et personnages : on nous révèle enfin la nature du déclencheur, formé par l’apparition de ce visage grimaçant. Du coup, la vieille dame prend le rôle d’Héroïne, dont le but est de se soustraire à l’influence maléfique de cet Antagoniste qui vient la terrifier et « prendre son âme ».

01:37 La vieille dame se retrouve face à une dizaine d’enfants – ou d’adultes de petite taille ? – qui portent tous le même masque d’homme au sourire pervers et figé et les mêmes petites robes bleues très sages.

Ces êtres se mettent à courir et se comportent comme des casseurs.

L’image alterne entre eux et le visage du chanteur Aphex Twin grimaçant.

Structure et personnages : on entre dans l’Acte II, et ces enfants-monstres se classent facilement comme des Aides de l’Antagoniste, partageant le même but : terrifier la vieille.

Thèmes : les propriétés thématiques des personnages de petits monstres contrastent violemment, alliant paradoxalement l’innocence de l’enfance et la monstruosité.

Au passage, et même si ce n’est pas vraiment nécessaire à la compréhension du clip : ce masque représente en fait Aphex Twin lui-même. Donc, petit effet de distribution asymétrique de l’information : certains spectateurs, les fans, l’auront reconnu, et pas les autres.

02:02 Les petits hommes masqués se rassemblent autour du téléviseur au milieu des détritus. Le chanteur chante « Come to Daddy, come to Daddy » et les petits hommes se rapprochent de lui. L’un d’eux prend le téléviseur dans ses mains et ils partent avec en en diffusant l’image.

Personnages : le lien entre l’Antagoniste et ses Aides se confirme.

02:40 Les petits hommes se lancent à la poursuite d’un homme qu’on ne voit que de loin, dans un parking. L’homme monte dans une voiture et essaye de démarrer. Les petits hommes le rejoignent, l’homme hurle.

Personnages : cet homme prend un rôle actantiel de deuxième Héros, exactement semblable à celui de la vieille dame.

03:04 Vue des bâtiments qui oscillent puis d’un petit homme masqué qui passe sa matraque contre une grille en métal, en synchro avec une ligne de batterie très agressive.

Répétition de motif : la vue vertigineuse des bâtiments qui oscillent va scander tout le clip de Come To Daddy.

Intertextualité : c’est cette image de matraque contre les grilles à quoi faisait référence le clip de Justice, Stress, dans un clin d’œil remarquable.

Cette analyse de clip vous intéresse ? Vous voulez lire la suite ?

Apprenez à écrire un clip en lisant nos analyses de 14 vidéoclips qui ont marqué l’histoire de la musique.

 

PDF, 131 pages
Avez-vous bien aimé cette page ?
[Total: 1 Moyennee: 5]