Analyse du clip Bangarang Skrillex

Analyse du clip Bangarang Skrillex

Analyse de clips (ou comment écrire un scénario de clip)
PDF, 131 pages

Story&Drama analyse le vidéoclip de Bangarang par Skrillex (voir aussi First Of The Year), l’histoire d’enfants voleurs de glaces qui, devenus de vrais pros du cambriolage, reviennent généreusement réparer une vieille erreur.

  • Réalisateur du clip : Tony Truand, aka Tony T Datis

Clip de Bangarang

Analyse du scénario du clip

00:00 Sur les notes rapides d’introduction, travelling latéral le long d’un mur de brique. L’ombre d’un chien aux allures de loup rentre dans le champ, suivie par le chien lui-même qui marche légèrement plus vite que ne se déplace la caméra.

Monde : ces premières images ne nous présentent rien de très reconnaissable. Cela pourrait se passer un peu n’importe où, notamment… dans l’imaginaire.

Thèmes : ce chien-loup peut passer pour un symbole du style des Héros et des intrigues à suivre : furtif et déterminé.

00:11 Premiers coups de batterie, le chien s’arrête et laisse passer un camion rouge.

Médias : même procédé que dans le clip précédent (et d’autres) où la bande-son rythme aussi bien l’image que l’intrigue.

00:14 Une grosse main, tatouée d’un crocodile, tient un cône de crème glacée tout en conduisant le volant.

Personnages : révélation très progressive de cette main qui conduit le camion rouge, et qui appartient au glacier qui sera l’Antagoniste.

00:16 Le chien aboie. Près de lui, un enfant blond et d’autres chiens de la même race.

Personnages : cet enfant sera un des Héros.

00:27 En synchro avec la musique qui s’excite et les paroles qui chantent le titre « Bangarang » d’une voix énergique et acidulée, on découvre le gros visage pâteux et gras d’un homme de 40 ans, dont la moustache est coiffée en accroche-cœur, ce qui le rend ridicule et le fait ressembler à une marionnette de comédie à l’italienne. Sur le refrain, il croque un grand coup dans sa glace.

Personnages : on continue la révélation très progressive du glacier-Antagoniste.

00:29 Le camion rouge circule dans une ruelle. Ailleurs, l’enfant blond et le chien sortent d’une cave et courent. Le chien aboie.

Ces signaux nous mettent en alerte, mais on ne sait pas encore pourquoi.

00:40 Un enfant noir observe sa main revêtue d’un gant relié à des fils. Il ajuste son gant puis semble en tester l’efficacité : il l’approche d’une surface et cela produit des éclairs violets. Le glacier roule toujours. Un autre enfant arabe ou oriental déroule une bobine de fil connectée à un détonateur de dynamite. Il appuie sur la détente, ce qui déclenche une petite explosion de confettis, et le gamin fait un geste en signe de victoire.

Structure : tous ces éléments préparent la compréhension du déclencheur.

Personnages : on a donc 3 enfants alliés qui sont tous trois le même Héros collectif.

00:55 Le gamin prend la fuite. Le glacier roule, passe les vitesses.

Le gamin marche maintenant ; un bandana rouge masque son visage et un bonnet cache ses cheveux.

L’enfant blond porte une capuche et regarde quelque chose avec des jumelles.

L’enfant oriental sort de son sac à dos plusieurs bâtons de dynamite.

Sur le mot « Bangarang » du refrain, il sort également une sucette qui porte l’inscription « BANG ».

L’enfant noir au visage dissimulé par un bandana violet et une capuche marche avec le détonateur dans la main, à moitié caché le gamin blond surveille, tandis que l’oriental arme sa fronde artisanale.

01:19 En synchro avec le refrain qui démarre puissamment, l’enfant oriental tire juste devant le camion glacier, une petite explosion génère de la fumée et perturbe le conducteur.

Structure : après tous ces préparatifs, le véritable déclencheur arrive enfin. On peut déjà comprendre qu’il s’agit pour les enfants de dévaliser le glacier. Question dramatique : réussiront-ils ?

01:24 L’enfant noir pose le détonateur à côté du camion, utilise son gant pour générer un courant électrique sur la poignée de la portière du camion, ce qui électrocute le conducteur.

01:30 Un enfant répand des billes sur le sol. Le conducteur descend de son camion et glisse sur les billes.

01:38 L’enfant blond fait la courte échelle à l’enfant noir qui rentre dans le camion et dévalise la glacière – il jette les cônes en vrac dans le sac que lui tend l’autre enfant.

Structure : en trois étapes, les enfants réalisent leur plan d’attaque, ce qui correspond au développement de l’Acte II.

01:48 Le conducteur a fait le tour du camion et attrape l’enfant noir par son blouson, tout en se tenant à son camion de l’autre main. L’enfant oriental arrive et écrase la main du glacier dans la portière par un violent coup de pied. Le conducteur sent passer la douleur, les gamins s’enfuient. L’oriental se retourne dans sa course pour regarder vers le camion.

Structure : cette scène forme la crise (combat entre les Héros et l’Antagoniste) et le climax (écrasement de la main) de l’Acte III.
Le geste de l’oriental sert de préparation à la future coda, cf plus loin.

La suite vous intéresse ?

Apprenez à écrire un clip en lisant nos analyses de 14 vidéoclips qui ont marqué l’histoire de la musique.

PDF, 131 pages
Avez-vous bien aimé cette page ?
[Total: 1 Moyennee: 5]