Catégories
Analyses d'histoires Chanson rap

Hip-hop américain et anglais

Hip-hop américain et anglais

Après notre étude des plus grands tubes du gangsta-rap (avec des textes de NWA, Eazy-E, Ice Cube, Coolio, Notorious BIG, Tupac et Dr Dre), on continue notre panorama des cultures narratives, avec une analyse de quelques uns des plus intéressants morceaux de rap des 20 dernières années, en provenance des Etats-Unis et du Royaume-Uni, avec des paroles en langue anglaise.

On va étudier dans ce volume quelques hits du rap des années 2000-2010, notamment les oeuvres d’Eminem, 50 Cent et Kendrick Lamar.

On va à la fois :

  • Découvrir la version originale anglaise de ces paroles souvent provocantes, argotiques, volontairement vulgaires
  • Les traduire en français bien sûr, et expliquer les multiples jeux de mots et doubles voire triples sens
  • Les commenter abondamment pour expliquer les allusions, identifier les effets de style et de narration, retrouver les intrigues et les personnages quand il y en a (avec les outils exposés dans nos tutoriels de scénario)
  • Faire de nombreux détours sur des thèmes particuliers, souvent mis en scène dans les paroles sous la plume de divers auteurs, comme le sexisme, le machisme et le féminisme, ou comme les émeutes de L.A., l’art comme thérapie, le rapport entre le rap et la politique, et quelques autres sujets de fond

Notre sélection est partielle et partiale évidemment, mais nous avons essayé de retenir les titres particulièrement marquants de l’histoire du gangsta-rap en anglais, pas forcément les meilleurs, mais les plus symboliques, fondateurs, ou tout simplement les mieux écrits, les plus riches de sens, les plus exemplaires pour les auteurs et autrices de paroles de chanson.

(page en cours de rédaction 🙂 un peu de patience pour la suite)

Au programme :

Catégories
Chanson rap

Dr Dre ft Snoop Dogg – Still D.R.E.

Dr Dre ft Snoop Dogg – Still D.R.E. – Traduction et explication des paroles

Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages

Still D.R.E. – Paroles et traduction

Toujours D.R.E.

Ou : Tranquille D.R.E

Intro – Snoop Dogg

Yeah nigga

Ouais négro

I’m still fucking with ya

Chuis encore venu te faire chier

Still waters run deep

Il faut se méfier de l’eau qui dort

Still Snoop Dogg and D-R-E, ‘99 nigga

Encore Snoop Dog et D-R-E 99 négro

Guess who’s back

Devine qui c’est

Still doing that shit huh Dre?

Tu fais toujours ton truc Dre ?

(Oh for sho’, check me out)

(Oh bien sûr, regarde ça)

 

Couplet 1 – Dr Dre

It’s still Dre Day nigga, AK nigga

C’est toujours le Jour de Dre négro, AK négro

Though I’ve grown a lot, can’t keep it home a lot

Même si j’ai bien évolué, je peux pas rester chez moi très longtemps

‘Cause when I frequent the spots that I’m known to rock

Passke quand je fréquente les coins où je suis connu pour tout déchirer

You hear the bass from the truck when I’m on the block

T’entends la basse depuis mon van quand je rôde autour du bloc

Ladies they pay homage, but haters say Dre fell off

Les demoiselles rendent hommage, mais les haters disent que Dre a chuté

How nigga? my last album was The Chronic (Nigga)

Comment ça négro ? Mon dernier album c’était La Chronique (négro)

They want to know if he still got it

Ils veulent savoir s’il est toujours inspiré

They say rap’s changed

Ils disent que le rap a changé

They wanna know how I feel about it

Ils veulent savoir comment je le ressens

(Snoop Dogg : If you ain’t up on thangs)

(Si t’es pas au courant)

Dr. Dre is the name

Dr Dre est le nom

I’m ahead of my game

Chuis au top de mon jeu

Still puffing my leaves

Fumant toujours mes feuilles

Still fuck with the beats, still not loving police

Torturant toujours les beats, n’aimant toujours pas les flics

Still rock my khakis with a cuff and a crease

Remuant toujours mon futal beige à revers et à pli

Still got love for the streets, reppin’ 213 (For life)

Toujours fidèle aux rues, représentant le 213

Still the beats bang, still doing my thang

Toujours les beats claquent, je fais toujours mon truc

Since I left ain’t too much changed, still

Depuis que je suis parti rien n’a changé

 

Refrain – Snoop Dogg + Dr Dre

Snoop Dogg : I’m representing for them gangstas all across the world

Je représente pour eux les gangstas du monde entier

Snoop Dogg : Still hitting them corners in them lo-lo’s, girl

Frappant toujours les coins dans leur lo-lo, fillette

Dr Dre : Still taking my time to perfect the beat

Prenant toujours mon temps pour parfaire le beat

Dr Dre : And I still got love for the streets, it’s the D-R-E

Et j’ai toujours de l’amour pour les rues, c’est le D-R-E

 

Couplet 2 – Dr Dre

Since the last time you heard from me I lost some friends

Depuis la dernière fois que t’as entendu parler de moi j’ai perdu des amis

Well, hell, me and Snoop, we dippin’ again

Merde, putain, moi et Snoop on se remet à la colle

Kept my ear to the streets, signed Eminem

J’ai laissé mon oreille traîner dans les rues, signé Eminem

He’s triple platinum, doing 50 a week

Il est triple platine, se fait 50 par semaine

Still, I stay close to the heat

Et pourtant, comme toujours, je reste près de là où c’est chaud

And even when I was close to defeat, I rose to my feet

Et même quand j’étais proche de la défaite, je me suis remis sur pieds

My life’s like a soundtrack I wrote to the beat

Ma vie est comme une piste que j’ai écrite en rythme

Treat rap like Cali weed, I smoke ‘til I sleep

Je traite le rap comme la beuh de Cali, je fume jusqu’à ce que je dorme

Wake up in the A.M., compose a beat

Je me lève de bon matin, compose un beat

I bring the fire til you’re soaking in your seat

J’attise le feu jusqu’à ce que tu mijotes sur ton siège

It’s not a fluke, it’s been tried, I’m the truth

C’est pas un hasard, c’est testé, je suis la vérité

Since Turn Out the Lights from the World Class Wreckin Cru

Depuis Eteins les lumières jusqu’à World Class Wreckin Cru

I’m still at it, after-mathematics

J’y suis toujours, after-mathematics

In the home of drive-bys and ak-matics

Au pays des drive-bys et des AK automatiques

Swap meets, sticky green, and bad traffic

Marchés aux puces, résineux, et mauvais traffic

I dip through then I get skin, D-R-E

Je plonge dedans ensuite j’ai la peau (????), D-R-E

 

Refrain – Snoop Dogg + Dr Dre

 

Couplet 3 – Dr Dre

It ain’t nothing but more hot shit

C’est rien qu’un peu plus de merde fumante

Another classic CD for y’all to vibe with

Un autre CD classique pour vous tous vibrer dessus

Whether you’re cooling on the corner with your fly bitch

Que tu prennes l’air au coin de ta rue avec ta garce cool

Laid back in the shack, play this track

Couchés en plein rencard, joue cette piste

I’m representing for the gangstas all across the world

Still (Hitting them corners on the lo-lo’s girl)

I’ll break your neck, damn near put your face in your lap

Je te briserai le cou, si tu t’approches protège ta face entre tes genoux

Niggas try to be the king but the ace is back
(So if you ain’t up on thangs)

Les négros veulent êtres rois, mais l’as est de retour

Dr. Dre be the name still running the game

Que Dr Dre soit le nom, règnant toujours sur le jeu

Still, got it wrapped like a mummy

Toujours, bien enveloppé comme une momie

Still ain’t tripping, love to see young blacks get money

Toujours sérieux dans mes affaires, j’adore voir de jeunes noirs faire du blé

Spend time out the hood, take they moms out the hood

Sortir du quartier, sortir leurs daronnes du quartier

Hit my boys off with jobs, no more living hard

Filer des jobs à mes jeunes, fini la vie dure

Barbeques every day, driving fancy cars

Barbecues tous les jours, conduisant des bagnoles stylées

Still gon’ get mine regardless

Je prendrai toujours mon dû quoiqu’il arrive

 

Refrain – Snoop Dogg + Dr Dre

 

Outro – Snoop Dogg

Right back up in ya mothafuckin’ ass, 9-5 plus four pennies!

Tout droit de retour dans ton cul de filsdep’, 9-5 plus 4 centimes !

Add that shit up, D-R-E right back up on top of thangs

Ajoute ce truc, D-R-E de retour au top de choses

Smoke some with your dog, no stress, no seeds, no stems, no sticks!

Fumes-en avec ton chien, pas de mauvaise came, pas de graines, pas de tiges, pas de branches !

Some of that real sticky icky icky, ooh wee!

De la bonne qui colle bien, oh oui !

Put it in the air, oh, you’s a fool DR

Élève-la dans les airs, oh, t’es un ouf DR

 

Dr Dre feat Snoop Dogg – Still D.R.E. (1999) – Explication des paroles

Intro – Snoop Dogg

Yeah nigga

Ouais négro

nigga : ce terme est devenu un marqueur de genre. Il n’y a que dans le hip-hop qu’on se désigne comme ça, en reprenant avec connivence une insulte raciste. C’est aussi devenu un tic d’écriture, avec le temps. Un enjeu profond consiste à dévitaliser le terme de tout contenu hostile, de sorte que “nigga” veuille finalement dire “man”.

I’m still fucking with ya

Chuis encore venu te faire chier

1ère occurrence du mot “still”, introduisant le titre, refrain et thème de la chanson.

Still waters run deep

Il faut se méfier de l’eau qui dort

Still waters run deep, les eaux calmes vont profond, est un proverbe.

2ème occurrence du mot “still”.

Still Snoop Dogg and D-R-E, ‘99 nigga

Encore Snoop Dog et D-R-E 99 négro

3ème occurrence du mot “still”.

Guess who’s back

Devine qui c’est

Cette question est posée par Snoop à Dre, mais on comprend qu’elle est aussi posée par Snoop et Dre au public.

Still doing that shit huh Dre?

Tu fais toujours ton truc Dre ?

4ème occurrence du mot “still”.

(Oh for sho’, check me out)

(Oh bien sûr, regarde ça)

Maintenant, c’est Dre le rappeur principal, introduit par Snoop. Dans les chansons de N.W.A., Dre avait justement ce rôle de présentateur, que prend déjà Snoop dans THE NEXT EPISODE.

 

Couplet 1 – Dr Dre

It’s still Dre Day nigga, AK nigga

C’est toujours le Jour de Dre négro, AK négro

DRE DAY : chanson diffamatoire (diss-song) écrite par Dre contre Eazy-E, auquel Eazy avait répondu par REAL MUTHAPHUCKKIN G’S.

AK : c’est la Kalashnikov automatique qui est devenue mythique dans le rap, et c’est aussi un marqueur de genre qui sonne “authentique”. (Pourtant, ça coûte pas cher pour un rappeur en carton de se payer des kalash en rafales, genre regardez, moi j’en ai quatre : AK-AK-AK-AK. ça n’empêchera pas Booba d’en faire le titre d’un de ses tubes.)

Though I’ve grown a lot, can’t keep it home a lot

Même si j’ai bien évolué, je peux pas rester chez moi très longtemps

I’ve grown a lot : starisé depuis 1988, Dr Dre a accumulé du vécu dans ces années 1988-1989, il a connu des hauts et des bas, de grands  succès, et aussi quelques tragédies comme la mort d’amis et de collègues, il en reparlera plus loin.

can’t keep it home a lot : l’expression semble polysémique, grâce au “it” qui peut désigner :

  • le Dre Day, qui a un double sens, c’est le jour d’honneur de Dre, et un jour de cauchemar pour ses ennemis : ce jour, Dre ne peut pas le garder pour lui tout seul
  • l’AK qui vient d’être cité : Dre ne va pas le garder chez lui, c’est fait pour servir…
  • ou encore, le “it” désigne plutôt un sentiment qui n’a pas été nommé, mais qui est dans l’air, et que le chanteur passe sous silence par pudeur : ça pourrait être sa douleur et son chagrin, et aussi sa fierté, de venir de ce monde violent et d’avoir réussi : ça, Dr Dre ne va pas le garder pour lui, il va le partager – dans ce morceau.

’Cause when I frequent the spots that I’m known to rock

Passke quand je fréquente les coins où je suis connu pour tout déchirer

Ce vers enchaîne logiquement : vu qu’il peut pas rester chez lui, il sort, il fréquente des coins. Ce mouvement est cohérent avec le thème de la chanson : c’est Dr Dre qui parle de lui-même, qui se montre, qui s’affirme. Donc symboliquement, il sort de chez lui, de sa conscience, pour se montrer, et puisqu’il est musicien, c’est par la musique qu’il se montre.

You hear the bass from the truck when I’m on the block

T’entends la basse depuis mon van quand je rôde autour du bloc

 

 

Il vous reste 4200 mots à lire de cette analyse.


Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages
Catégories
Chanson rap

Notorious B.I.G. ft Puff Daddy – Who Shot Ya?

Notorious B.I.G. ft Puff Daddy – Who Shot Ya? – Traduction et interprétation des paroles

Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages

Who Shot Ya? – Paroles et traduction

Intro – Puffy

As we proceed to give you what you need

Tandis que nous procédons pour te donner ce qu’il te faut

9-5, motherfuckers

9-5, fils de putes

Get live, motherfuckers

Bougez-vous, fils de putes

As we proceed to give you what you need

9-5, motherfuckers

Get live, motherfuckers

As we proceed to give you what you need

 

Intro – Notorious B.I.G.

Now turn the mics up

Vas-y monte le micro

East Coast, motherfuckers

Côte Est, fils de pute
Turn that mic up

Bad Boy, motherfuckers

Mauvais Garçon, fils de pute

Yeah, that beat is knocking to that microphone

Ouais, le rythme cogne dans ce microphone

Turn that shit the fuck up

Monte ce putain de son
Uh, what? Turn it up louder, yeah, uh

Euh, quoi ? Monte-le, plus fort, ouais

 

As we proceed to give you what you need

J.M. motherfuckers

J.M. motherfuckers

9-5, motherfuckers

 

Couplet 1 – Notorious B.I.G.

Who shot ya? Separate the weak from the obsolete

Qui t’a flingué? Séparer le faible de l’obsolète

Hard to creep them Brooklyn streets

Dur de se faufiler dans ces rues de Brooklyn

It’s on nigga, fuck all that bickering beef

C’est parti négro, laisse tomber toutes ces embrouilles

I can hear sweat trickling down your cheek

J’entends la sueur ruisseler de tes joues

Your heartbeat sound like Sasquatch feet

Tes battements de coeur sonnent comme les pas du Yéti

Thundering, shaking the concrete

Tonnant, faisant trembler le béton

Then the shit stop when I foil the plot

Puis la merde cesse quand je dévoile le complot

Neighbors call the cops, said they heard mad shots

Les voisins appellent les flics, disant qu’ils ont entendu des tirs de ouf

Saw me in the drop, three and a quarter

M’ont vu dans le cab’, trois et quart

Slaughter, electrical tape around your daughter

Massacre, fil électrique autour de ta fille

Old school, new school need to learn though

Vieille école, nouvelle école, doivent apprendre cependant

I burn, baby, burn like «Disco Inferno»

Je brûle, bébé, brûle comme «Disco Inferno»

Burn slow like blunts with yayo

Brûle lentement comme des joints à la coke

Peel more skins than Idaho Potato

Pèle plus de peaux que de patates d’idaho

Niggas know: the lyrical molesting is taking place

Les négros savent : le tabassage par les paroles se déroule

Fucking with B.I.G. it ain’t safe

Chercher les emmerdes avec B.I.G. c’est risqué

I make your skin chafe, rashes on them asses

Je mets ta peau en éruption, des irritations sur leurs culs

Bumps and bruises, blunts and Land Cruisers

Bleus et contusions, joints et Land Cruisers

Big Poppa smash fools, bash fools

Gros Papa écrase les bouffons, éclate les bouffons

Niggas mad because I know that cash rules

Les négros sont fous parce que je sais ces règles du fric

Everything around me, two Glock 9s

Dirigent tout autour de moi, deux Glock 9mm

Any motherfucker whispering about mines

Pour tout fils de pute murmurant à mon sujet

And I’m Crooklyn’s finest

Et je suis le boss d’Escrooklyn

You rewind this, Bad Boy’s behind this

Rembobine ça, Bad Boy est derrière ça

 

Interlude

As we proceed to give you what you need

9-5, motherfuckers

Get live, motherfuckers

As we proceed to give you what you need

East Coast, motherfuckers

Bad Boy, motherfuckers

Get high, motherfuckers

Get high, motherfuckers

Smoke blunts, motherfuckers

Get high, motherfuckers

Ready to die, motherfuckers

9-5, motherfuckers

 

Couplet 2 – Notorious B.I.G.

I seen the light excite all the freaks

J’ai vu la lumière exciter tous les freaks

Stack mad chips, spread love with my peeps

Empiler des jetons en masse, répandre l’amour avec mes potes

Niggas wanna creep, gotta watch my back

Les négros veulent se faufiler, faut que je regarde derrière moi

Think the Cognac and indo sack make me slack?

Tu crois que le Cognac et le sac d’indo me rendent mou ?

I switches all that, cocksucker G’s up

Je balaye tout ça, suceur de bites  de G’s debout

One false move, get Swiss cheesed up

Un faux mouvement, fais-toi gruyériser

Clip to TEC, respect I demand it

Chargeur dans TEC, le respect je l’exige

Slip and break the 11th Commandment

Glisse et brise le 11è Commandement

Thou shalt not fuck with nor see Poppa

Tu ne feras pas chier Papa ni ne le verras

Feel a thousand deaths when I drop ya

Vivre mille morts quand je te jetterai

I feel for you, like Chaka Khan I’m the Don

«Je suis désolé pour toi», comme Chaka Khan je suis le Don

Pussy when I want, Rolex on the arm

De la chatte quand je veux, Rolex au bras

You’ll die slow but calm

Tu mourras lent mais calme

Recognize my face, so there won’t be no mistake

Etudie bien mon visage, pour qu’il n’y ait pas d’erreur

So you know where to tell Jake, lame nigga

Parce que tu sauras où trouver Jake, négro naze

Brave nigga, turned front page nigga

Gentil négro, négro de la page d’avant

Puff Daddy flips daily

Puff Daddy palpe tous les jours

I smoke the blunts he sips on the Baileys

Je fume les spliffs il sirote le Baileys

On the rocks, tote Glocks at christenings

Avec glace, porte des Glocks aux baptêmes

Hammer cock, in the fire position and…

Arme, en position de tir et…

 

Outro

Come here, come here, (It ain’t gotta be like that, Big)

Viens par ici, viens par ici. (C’est pas obligé qu’on en arrive là, Gros.)

Open your fucking mouth, open your—didn’t I tell you?

Ouvre ta putain de bouche, ouvre ta – qu’est-ce que je t’ai dit?

Don’t fuck with me? (Come on, man)

Déconne pas avec moi? (Allez, mec)

Huh? Didn’t I tell you not to fuck with me? (Come on, man)

Hein? Je t’ai pas dit de pas déconner avec moi ? (Allez, mec)

Look at you now, huh? (Come on, man)

Regarde-toi maintenant, hein ? (Allez, mec)

Can’t talk with a gun in your mouth, huh?

Tu peux pas parler avec un flingue dans la bouche pas vrai, hein ?

Bitch-ass nigga, what?

Enculé de taffiolle de nègre, quoi ?

On entend 6 coups de feu.

Who shot ya?

Qui t’a flingué ?

 

Outro: Puffy

To give you what you need

9-5, motherfuckers

Get live, motherfuckers (who shot ya?)

Get high, motherfuckers

Ready to die, motherfuckers, hah!

As we proceed (who shot ya?)

To give you what you need

9-5, motherfuckers

East Coast, motherfucker (Who shot ya?)

West Coast, motherfuckers

West Coast, motherfuckers, hah!

As we proceed, to give you what you need

As we proceed to give you what you need

Get live, motherfuckers

9-5, motherfuckers

Get money, motherfuckers

As we proceed to give you what you need

Get live, motherfuckers

9-5, motherfuckers

J.M. motherfuckers

J.M. motherfuckers

As we proceeeeeeed to give you what you need… 9-5

 

Biggie Smalls – Who Shot Ya? – Explication des paroles

Intro – Puffy

As we proceed to give you what you need

Tandis que nous procédons pour te donner ce qu’il te faut

Le texte est dit d’une voix effrayante, car très cérémonieuse, perverse, sadique.

La formule sonne comme un texte de cérémonie religieuse, où le prêtre dit ce qu’il fait, le fait d’énoncer à haute voix prenant un caractère magique, quasiment performatif – il rend les choses sacrées. Grâce à ces connotations, ce texte laissera penser plus tard qu’il s’agit d’une cérémonie funèbre, organisée par ceux-là même qui vont te tuer, l’un, un sadique moitié dingue, et l’autre, un géant à la violence froide et brutale.

to give you what you need : on ne sait pas qui désigne ce “you”, Est-ce le public, ou quelqu’un d’autre ? Et que désigne “what you need” ? Rien ne permettra de répondre de manière sûre à cette question, de sorte que ces mots vont simplement continuer à planer, lourds de menaces potentielles. Et, qui définit ce dont ce “you” a besoin ? On connait les expressions du genre “tu as besoin d’une bonne correction”, où le besoin est attribué de force à celui qui estime que l’autre en a besoin. La suite donnera plutôt raison à cette dernière hypothèse. C’est le bourreau qui définit ce dont sa victime a besoin.

9-5, motherfuckers

9-5, fils de putes

Violent contraste avec le vers précédent, du coup on doit faire une synthèse : ok, ce sont des gangsters qui jouent aux prêtres gore…

9-5 c’est tout simplement l’année de création de ce morceau, c’est une signature temporelle et cela accompagne aussi le “as we proceed”, la conscience du temps présent.

Get live, motherfuckers

Bougez-vous, fils de putes

Cette adresse directe sonne très agressive et continue à tendre le morceau dès le départ, à installer une atmosphère lourde, violente, tendue.

As we proceed to give you what you need

9-5, motherfuckers

Get live, motherfuckers

As we proceed to give you what you need

 

Intro – Notorious B.I.G.

Now turn the mics up

Vas-y monte le micro

On ouvre une petite intro en forme de “chauffe”. Ces ajustements techniques à haute voix font aussi partie de l’ambiance “brute” du morceau, soulignant le côté live de la performance.

Il vous reste 4600 mots à lire de cette analyse.


Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages
Catégories
Chanson rap

Dr Dre ft Snoop Dogg – The Next Episode

Dr Dre ft Snoop Dogg – The Next Episode – Traduction et signification des paroles

Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages

The Next Episode – Paroles et traduction

Intro

La-da-da-da-dahh

It’s the motherfuckin D-O-double-G (SNOOP DOGG!)

C’est le putain de sa mère de D-O-double-G (SNOOP DOG!)

La-da-da-da-dahh

You know I’m mobbin with the D.R.E.

Tu sais que je suis de mèche avec le D.R.E.

(YEAH YEAH YEAH

Ouais ouais ouais

You know who’s back up in this MOTHERFUCKER!)

Tu sais qui revoilà fils de pute !

What what what what?

Quoi quoi quoi quoi ?

(So blaze the weed up then!)

Alors allume la beuh !

Blaze it up, blaze it up!

Allume-le allume-le !

(Just blaze that shit up nigga, yeah, ‘sup Snoop??)

Allume cette merde négro, ouais, comment va Snoop ?

 

Couplet 1 – Snoop Dogg

Top Dogg, bite em all, nigga burn the shit up

Chien de tête, mords-les tous, négro mets le feu

D-P-G-C my nigga turn that shit up

D-P-G-C mon négro monte le son

C-P-T, L-B-C, yeah we hookin back up

C-P-T, L-B-C, ouais on copine encore

And when they bang this in the club baby you got to get up

Et quand ils passent ça à fond dans le club bébé tu dois te lever

Thug niggaz drug dealers yeah they givin it up

Négros voyous, dealers, ouais ils assurent

Lowlife, yo’ life, boy we livin it up

Sous-vie, ta vie, garçon on la vit à fond

Takin chances while we dancin in the party fo’ sho’

Tentant notre chance en dansant dans la fête bien sûr

Slip my hoe a forty-fo’ and she got in the back do’

J’ai (en)filé un 44 à ma pute et elle a pris la porte de derrière

Bitches lookin at me strange but you know I don’t care

Les garces me regardent bizarrement mais tu sais que je m’en fous

Step up in this motherfucker just a-swangin my hair

J’ai buté dans l’aut’ fils de pute je me suis juste recoiffé

Bitch quit talkin, Crip walk, stay down with the set

Garce ferme-la, marche Crip, reste ici avec les autres

Take a bullet with some dick and take this dope from this jet

Prends une balle avec une bite et prends cette came de ce jet

Out of town, put it down for the Father of Rap

Loin de la ville, et ramène-la au Père du rap

And if yo’ ass get cracked, bitch shut yo’ trap

Et si tu t’fais coincer, salope ferme ta gueule

Come back, get back, that’s the part of success

Reviens, repars, ça fait partie du succès

If you believe in the S you’ll be relievin your stress

Si tu fais confiance au S tu soulageras ton stress

 

Interlude – Snoop Dogg and Dr. Dre

La-da-da-da-dahh

It’s the motherfuckin D.R.E. (Dr. Dre MOTHERFUCKER!)

C’est le putain de sa mère de D.R.E.

La-da-da-da-dahhh

You know I’m mobbin with the D-O-double-G

Tu sais que je suis de mèche avec le D-O-double-G

 

Couplet 2 – Dr Dre

Straight off the fuckin streets of C-P-T

Tout droit sorti des putains de rues de C-P-T

King of the beats you ride to em in your Fleet (Fleetwood)

Roi des beats tu roules vers eux dans ta Fleet

Or Coupe DeVille rollin on dubs

Ou une Coupe DeVille surélevée

How you feelin whoopty=whoop nigga whut?

Comment tu te sens tout zarbi négro quoi ?

Dre and Snoop chronic’ed out in the ‘llac

Dre et Snoop ont chroniqué dans la (Cadi)’llac

With Doc in the back, sippin on ‘gnac (yeah)

Avec Doc à l’arrière, sirotant un (Co)’gnac

Clip in the strap, dippin through hoods (what hoods?)

Flingue dans l’étui, filant dans les quartiers (quels quartiers ?)

Compton, Long Beach, Inglewood!

Compton, Long Beach, Inglewood !

South Central out to the Westside (wessyde)

South Central et jusqu’à l’ouest

It’s California Love, this California bud got a nigga gang of pub

C’est de l’amour californien, cette beuh californienne a tout un gang de nègres à elle

I’m on one, I might bail up in the Century Club

J’en fais partie, je pourrais aller flamber au Century Club

With my jeans on, and my team strong

En jeans, avec mon équipe de durs

Get my drink on, and my smoke on

Prendre un verre, fumer un spliff

Then go home with, somethin to poke on (whassup bitch?)

Puis rentrer avec quelque chose à tringler (ça va salope ?)

Loc it’s on for the two-triple-oh !

Poto c’est parti pour le deux-triple-oh !

Comin real, it’s the next episode…

ça arrive vraiment, au prochain épisode

 

Outro – Nate Dogg

Hold up, waiiiiiiit

Attends attends

For my niggaz who be thinkin we soft

Pour mes négros qui croient qu’on est des doux

We don’t, playyy

On rigole pas

We gon’ rock it til the wheels fall off

On va tout défoncer jusqu’à ce que les roues tombent

Hold up, heyyy

Attends, hé

For my niggaz who be actin too bold

Pour mes négros, qui seraient trop téméraires

Take a seeaaaaaat

Prends un sièèèège

Hope you ready for the next episode, heyyyeyyy….

J’espère que t’es prêt pour le prochain épisode, hééééé….

…smoke weed everday!

… fume de l’herbe toute la journée !

 

The Next Episode – Explication des paroles

Intro

La-da-da-da-dahh

D’office en mettant autre chose que des mots intelligibles comme texte d’ouverture, on fait un effet, on dit quelque chose.

Cette intro traduit la bonne humeur, on est donc dans un registre à la CALIFORNIA LOVE, du hip-hop pas trop contestataire, plutôt joyeux, optimiste, car gagnant, donc frimeur, aguicheur. On est loin de l’humeur sinistre ou négativement agressive de tubes comme STRAIGHT OUTTA COMPTON de N.W.A., GANGSTA’S PARADISE de Coolio, ou WHO SHOT YA? de The Notorious B.I.G.

It’s the motherfuckin D-O-double-G (SNOOP DOGG!)

C’est le putain de sa mère de D-O-double-G (SNOOP DOG!)

Ah, nous voilà de retour à quelque chose qu’on connait : un motherfucker ! Il donne son blase, dans le cadre d’une pratique qui ressemble à celle du graffiti : l’oeuvre, c’est le nom de l’artiste, sa signature.

Et signer son oeuvre d’entrée, c’est déjà depuis longtemps une tradition, un code des paroles rap, qui fondamentalement consiste à dire “Ouais, c’est moi qui parle maintenant”.

Ce nom d’artiste sonne à la fois

  • enfantin – tout le monde connait Snoopy
  • décalé – c’est un drôle de nom pour un gangster comme pour un rappeur
  • ”pop” – c’est un “ready-made”, un nom trouvé, réapproprié, une parodie de la culture de masse, comme dans l’art des années 60 (Andy Warhol ou Lichtenstein reprenant des BD…)
  • ghetto – le mot dogg a un “g” en trop, il est écrit par un cancre, et les rappeurs, on l’a vu avec les “muthaphuckkin’ G’s” d’Eazy-E, aiment massacrer l’orthographe, ça leur sert de revanche après les humiliations scolaires
  • gangster – oui, gangster, car paradoxalement, si tu veux pas finir en prison, quand tu vis de manière illégale quelqu’un il vaut mieux dire à tout le monde que tu t’appelles Snoopy le chien, plutôt que distribuer des copies de ta carte d’identité, y compris à tes victimes. Bref, ce blase ridicule est la cachette idéale du crime – comme un kilo de shit dans le nounours de la petite, dans la pousette, ça passe nickel à l’aéroport.

Bref, ça n’a l’air de rien, mais c’est riche de sens, ce nom, et ça va prêter à divers jeux de mots.

Il vous reste 4000 mots à lire de cette analyse.


Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages
Catégories
Chanson rap

Tupac & Dr Dre – California Love

Tupac & Dr Dre – California Love – Traduction et explication des paroles

Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages

California Love – Paroles et traduction

Refrain

California, knows how to party

La Californie, sait faire la fête

California, knows how to party

La Californie, sait faire la fête

In the city of L.A.

Dans la ville de L.A.

In the city of good ol’ Watts

Dans la bonne vieille ville de Watts

In the city, the city of Compton

Dans la ville, la ville de Compton

We keep it rockin’, we keep it rockin’

On continue de balancer

 

Couplet 1 – Dr Dre

Now let me welcome everybody to the Wild, Wild West

Maintenant permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans l’ouest sauvage, sauvage

A state that’s untouchable like Elliot Ness

Un Etat intouchable comme Elliot Ness

The track hits ya eardrum like a slug to ya chest

La piste frappe ton oreille comme une balle sur ton torse

Pack a vest for your Jimmy in the city of sex

Prends un gilet pare-balles pour ton Popaul dans la cité du sexe

We in that sunshine state with a bomb ass hemp beat

Nous dans ce soleil on gère avec une bombe de beat bien défoncé

The state where ya never find a dance floor empty

L’Etat où tu trouves jamais un dancefloor vide

And pimps be on a mission for them greens

Et les proxos sont à la chasse aux billets verts

Lean mean money-makin-machines serving fiends

Appuyer sur ces méchantes machines à fric servant des monstres

I been in the game for ten years making rap tunes

ça fait dix ans que je suis dans le game à faire des tubes rap

Ever since honeys was wearing Sassoon

Déjà quand les chéries portaient des coupes Sassoon

Now it’s ‘95 and they clock me and watch me

Maintenant c’est 95 et ils me mesurent et me regardent

Diamonds shinin’, lookin’ like I robbed Liberace

Diamants brillants, on dirait que j’ai braqué Liberace

It’s all good, from Diego to the Bay

C’est tout bon, de Diego à la Baie

Your city is the bomb if your city making pay

Ta ville c’est de la bombe si ta ville te paie

Throw up a finger if ya feel the same way

Mets un doigt en l’air si tu penses la même chose

Dre putting it down for Californ-i-a Yeah

Dre représente pour la Californie ouais !

 

Refrain

California (California) knows how to party (knows how to party)

California (west coast) knows how to party (yes they do)(that’s right)

In the city of L.A. (city of L.A.)

In the city of good ol’ Watts (good ol’ Watts)

In the city, the city of Compton (city of Compton)

We keep it rockin! We keep it rockin’ (come on, come on, come on)

Shake it shake it baby

Shake it shake it, shake it baby

Shake it shake it mama

Shake it Cali

Shake it shake it baby (that’s right, uh)

Shake it shake it baby baby, shake it shake it mama, shake it Cali

 

Couplet 2 – Tupac

Out on bail fresh outta jail, California dreaming

Relâché sous caution, fraîchement sorti de prison, rêve californien

Soon as I stepped on the scene, I’m hearing hoochies screamin

Dès que je monte sur la scène, j’entends les groupies hurler

Fiendin for money and alcohol

Obsédées par le fric et l’alcool

The life of a west side player where cowards die

La vie d’un flambeur de l’ouest où les lâches meurent

And its all war

Et où c’est la guerre généralisée

Only in Cali where we riot not rally to live and die

Juste à Cali où on fait des émeutes plus que des manifs, vivre et mourir

In L.A. we wearing Chucks not Ballys (that’s right, uh)

A L.A. on porte des Chucks pas des Bally (c’est vrai, uh)

Dressed in Locs and khaki suits and ride is what we do

Fringué en Locs et costumes beige et frimer au volant c’est ce qu’on fait

Flossing but have caution we collide with other crews

Mais fais gaffe on se collisionne avec d’autres crews

Famous ‘cause we program worldwide

Célèbres parce qu’on programme mondialement

Let’em recognize from Long Beach to Rosecrans

Laisse-les se rendre compte de Long Beach à Rosecrans

Bumping and grinding like a slow jam, it’s west side

Bondissant et grinçant, comme un embouteillage lent, c’est tout l’ouest

So you know the row won’t bow down to no man

Alors tu sais le couloir va plier devant personne

Say what you say

Dis ce que tu veux

But give me that bomb beat from Dre

Mais passe-moi cette bombe de beat de Dre

Let me serenade the streets of L.A.

Laisse-moi sérénader les rues d’L.A.

From Oakland to Sactown

D’Oakland à Sactown

The Bay Area and back down

La région de la baie et retour

Cali is where they put their mack down, give-me love !

Cali c’est là qu’ils posent leurs flingues, donne-moi de l’amour !

 

Refrain

California (California) knows how to party

California, knows how to party (come on baby)

In the city (south-central) of L.A. (L.A.)

In the city of good ol’ Watts (uh, that’s right)

In the city, the city of Compton (yup, yup)

We keep it rocking! We keep it rocking (yeah, yeah now make it shake, c’mon)

Shake it shake it baby (uh)

Shake it shake it, shake it baby (yeah)

Shake it shake it mama

Shake it Cali (shake it Cali)

Shake it shake it baby (shake it Cali)

Shake it shake it, shake it shake it mama (west-coast) shake it Cali

 

Outro – Dr Dre / Tupac

Uh, yeah, uh, Long Beach in the house, uh yeah

Uh, ouais, uh, Long Beach dans la place, uh, ouais

Oaktown, Oakland definitely in the house

Oaktown, Oakland sont dans la place

Frisko, Frisko

San Francisco

Hey, you know LA is up in this

Hé tu sais, L.A. s’y connait

Pasadena, where you at

Pasadena, où vous êtes

Yeah, Inglewood, Inglewood always up to no good

Ouais, Inglewood, Inglewood toujours prêt pour les mauvais coups

Even Hollywood trying to get a piece baby

Même Hollywood essaie d’en avoir un peu bébé

Sacramento, Sacramento where ya at? yeah

Sacramento, Sacramento t’es où ? ouais

Throw it up y’all, throw it up, Throw it up (I can’t see ya)

Allez-y allez-y vous tous (je vous vois pas)

California Love

Amour californien

Let’s show these fools how we do this on that west side

Montrons à ces idiots comment on le fait dans l’ouest

‘Cause you and I know it’s the best side

Passke toi et moi on sait que c’est le meilleur côté

Yeah, that’s right

Ouais, c’est ça

West coast, west coast

Côte ouest, côte ouest

Uh, California Love

Uh, Amour californien

California Love

Amour californien

Yeah

 

Tupac & Dr Dre – California Love – Explication des paroles

California Love !…

Amour californien !…

Parfois, les choses sont claires d’entrée. Vous faites écouter un sample de ces deux mots avec cette voix aiguë et maniérée à n’importe quel fan de hip-hop d’avant 1995, et vous lui demandez si c’est du rap, et la réponse sera un grand rire sarcastique.

Du rap qui envoie de l’amour, hm ??” vous répondra n’importe quel gangster de vos amis.

Bref, d’office, Dre et Tupac ont annoncé la couleur : ce morceau va établir un nouveau style, sortir de la déprime des ghettos noirs, et faire la fête sous le même soleil californien que les hippies de la génération précédente.

Autrement dit, déjà bien enrichis à l’époque par leurs activités dans le show-business, les deux rappeurs ont décidé de s’intégrer, et de ne laisser personne au moins en Californie ignorer qu’ils font désormais partie du décor et des gens heureux de célébrer le Rêve américain, à égalité avec les blancs.

 

Refrain

California, knows how to party

La Californie, sait faire la fête

D’office, on voit que ce morceau impose un nouveau style de rap.

Tous les précédents morceaux commençaient par le couplet, la voix d’un gangster qui vient dire l’essentiel de son message dans un refrain-slogan. Or ici, on ouvre sur un refrain, et pas n’importe lequel.

Déjà, la voix est trafiquée, électronique, et rappelle des styles très mainstream comme la Dance de l’époque.

Ensuite, ce refrain est super entraînant, dansant, positif, funky, et invite à la fête. On est bien loin des refrains hostiles, agressifs, ou sinistres du gangsta-rap d’avant la percée vers le mainstream.

La Californie : comme souvent dans les chansons, le chanteur définit son public en l’interpellant.

Il vous reste 4500 mots à lire de cette analyse.


Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages
Catégories
Chanson rap

Eazy-E – Real Muthaphuckkin G’s

Eazy-E – Real Muthaphuckkin G’s – Traduction et explication des paroles

Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages

Real Muthaphuckkin G’s – Paroles et traduction

Intro

Compton, Compton, Compton

Ahh, real muthaphuckkin G’s

Ah, les vrais fils de pute de G’s (gangsters)

Ahh, real muthaphuckkin G’s

Ahh, real muthaphuckkin G’s

Ahh, real muthaphuckkin G’s

 

Couplet 1 – Eazy-E

Hey yo, Doctor, here’s another proper track

Hé ouais, Docteur, encore une autre piste

And it’s phat, watch the sniper, time to pay the piper

Et c’est de la bombe, fais gaffe au sniper, il temps de payer le flûtiste

And let that real shit provoke

Et laisse cette vraie merde faire sa provoc’

See, you’s a wannabe ‘loc, and you’ll get smoked, and I hope

Tu vois t’es qu’un chef de gang en toc, et tu t’f’ras fumer, et j’espère

That your fans understand when you talk about sprayin’ me

Que tes fans comprennent quand tu parles de me mitrailler

The same records that you makin’ is payin’ me

Les disques que tu fais c’est ça qui me paie

Motherfuck Dre! Motherfuck Snoop! Motherfuck Death Row!

Dre fils de pute ! Snoop fils de pute ! Death Row fils de pute !

Yo, and here comes my left blow

Ouais, et tiens voilà mon gauche

’Cause I’m the E-A-Z-Y-E and this is the season

Passke je suis E-A-Z-Y-E et c’est la saison

To let the real motherfuckin’ G’s in

Où on laisse entrer les vrais fils de pute de G’s

You’re like a kid, you found a pup, and now you’re dapper

T’es comme un gosse, t’as trouvé un chiot et du coup t’es pimpant

But tell me, where the fuck you found an anorexic rapper?

Mais dis-moi, ça se trouve où un rappeur anorexique ?

Talkin’ ‘bout who you gon’ squabble with and who you shoot

En parlant de qui tu vas aller embrouiller et qui tu vas buter

You’re only sixty pounds when you’re wet and wearin’ boots

Tu fais que 30 kilos tout mouillé et en bottes

(Damn, E, they tried to fade you on Dre Day)

La vache, E ils ont essayé de te niquer sur Dre Day

But Dre Day only meant Eazy’s payday

Mais Dre Day voulait seulement dire le jour de paie d’Eazy

All of a sudden Dr. Dre is the G Thang

Tout soudain Dr Dre est devenu le truc G

But on his old album cover he was a she-thang

Mais sur sa couv d’album on dirait plutôt une tapette

So, nigga please, nigga please

Alors négro steupl, négro steupl

Don’t step to these muthaphuckkin’ real G’s

Fais pas chier ces vrais fils de pute de G’s

 

Refrain

Stop him in his tracks, show him that I am Ruthless

Arrête-le tout net, montre-lui que je suis impitoyable

Yo, Dre! (What’s up?)

Ouais Dre ! (Qu’est-ce qu’y’a ?)

Boy, you should’ve known by now

Petit, tu dois déjà être au courant

 

Couplet 2 – Dresta

Every day it’s a new rapper claimin’ to be dapper than the Dresta

Tous les jours y’a un nouveau rappeur qui se croit plus élégant que le Dresta

Softer than a bitch but portray the role of gangsta

Plus doux qu’une salope il se portraitise en gansta

Ain’t broke a law in your life

T’as jamais enfreint une loi dans ta vie

Yet every time you rap you yap about the guns and knife

Pourtant chaque fois que tu rappes tu jacasses à propos de flingues et couteaux

Just take a good look at the nigga and you’ll capture

Regarde juste bien le négro et tu capteras

The fact that the bastard is simply just an actor

Le fait que ce bâtard n’est tout simplement qu’un acteur

Who mastered the bang and the slang and the mental

Qui maîtrise la force et l’argot et le mental

Of niggas in Compton, Watts, and South Central

Des négros de Compton, Watts et South Central

Never ever once have you ran with the turf

T’as jamais couru une seule fois sur ce terrain-là

But yet in every verse claim you used to do the dirt

Et pourtant dans chacun de tes vers tu prétends que tu charbonnais

But tell me, who’s a witness to your fuckin’ work?

Mais dis-me, qui a été témoin de ton putain de boulot ?

So you never had no bid’ness, so save the drama, jerk!

T’as jamais touché ce blé, alors arrête tes conneries, blaireau !

Niggas straight kill me, knowin’ that they pranksters

Ce genre de négro ça me tue, sachant les connards que c’est

This is goin’ out to you studio gangstas

ça s’adresse à toi, gangsta de studio

See, I did dirt, put in work, and many niggas can vouch that

Tu vois j’ai fait le job, bien bossé, plein de négros peuvent en attester

So since I got stripes, I got the right to rap about that

Donc puisque j’ai mes galons, j’ai le droit de raper là-dessus

But niggas like you, I gotta hate ya

Mais les négros comme toi, je les hais, forcément

’Cause I’m just tired of suburbia niggas

Passke j’en ai ma claque des négros de banlieue

Talkin’ about they come from projects

Qui disent qu’ils sortent des HLM

Knowin’ you ain’t seen the parts of the streets, G

Sachant que t’as jamais vu nos rues, G

Think you started tryna bang around the time of the peace treaty

J’crois que t’as commencé à faire chier à l’époque du traité de paix

Wearin’ khakis and mob while you rhyme

A porter des futes beiges et passer la serpillère pendant que tu écris tes vers

Little fag tried to sag, but you’re floodin’ at the same time

Le petit pédé essayait de bander, mais tu balances tout

And your set don’t accept ya; scared to kick it with your homies

Et chez toi t’es pas reconnu ; tu flippes de jouer avec tes potes

’Cause you know they don’t respect ya

Passke tu sais qu’ils te respectent pas

So, nigga please, check nuts

Alors négro steupl, fais gaffe à tes couilles

Before you step to these muthaphuckkin’ real G’s

Avant d’aller faire chier les vrais fils de pute de G’s

 

Couplet 3 – B.G. Knocc Out

Well, it’s the Knocc Out, definition “Original baby gangsta”

Bien, c’est Knocc Out, définition “authentique bébé gangsta”

Approach me like you hard, motherfucker, I’ma bank ya

Viens jouer les durs avec moi, j’vais t’éclater

Shank ya, with my fuckin’ shank, if I have to

Te crever, avec n’importe quoi, si je le dois

Dr. Dre and Snoop Doggy Dogg are fuckin’ actors

Dr Dre et Snoop Doggy Dogg sont des putain d’acteurs

Pranksters, studio gangstas, busters

Connars, gangsta de studio, imposteurs

But this time you’re dealin’ with some real motherfuckers

Mais cette fois vous avez affaire à de vrais fils de pute de

G’s, nigga please, don’t try to step

G’s, négro steupl, viens pas faire chier

’Cause if you do, then a pealed cap is all that would be left

Passke que si t’essayes, un étui de cartouche c’est tout ce qui restera

See, young niggas like me will break you off somethin’

Tu vois, les jeunes négros comme moi vont t’apprendre un truc

Claimin’ my city — but Dre, you ain’t from Compton

Tu revendiques ma ville – mais Dre, t’es même pas de Compton

Niggas like y’all is what I call wannabes

Les négros comme toi sont ce que j’appelle des arrivistes

And ain’t shit compared to real muthaphuckkin’ G’s

Et c’est de la daube comparé aux vrais fils de pute de G’s

 

Refrain

Stop him in his tracks, show him that I am Ruthless

Yo, Dre! (What’s up?)

Boy, you should’ve known by now

 

Couplet 4 – Eazy-E

I never met a O.G. who never did shit wrong

J’ai jamais rencontré un O.G. (original gangster) qu’ait jamais fait de connerie

You tried to diss the Eazy-E, so now, nigga, it’s on

T’as essayé d’offenser Eazy-E, négro, alors maintenant ça marche sur

You and your Doggy Dogg think that y’all hoggin’ shit

Toi et ton Chienchien pensez que vous monopolisez le biz’

Both of you bitches can come and suck my Doggy dick

Vous pouvez venir toutes les deux sucer ma bite de chien, salopes

Beatin’ up a bitch don’t make you shit, but then again

Frapper une garce n’honote personne, mais une fois de plus

Some niggas think it makes a man

Certains négros pensent que ça fait un homme

Damn, it’s a trip how a nigga could switch so quick

La vache, c’est incroyable comme un négro peut basculer

From wearin’ lipstick to smokin’ on chronic at picnics

De porter du rouge à lèvre à fumer en chronique à des pique-nique

And now you think you’re bigger

Et maintenant tu te sens plus gros qu’avant

But to me you ain’t nothin’ but a bitch-ass nigga

Mais pour moi t’es rien qu’une tapette de nègre

That ain’t worth a food stamp

Qui vaut pas un bon alimentaire

And at Death Row, I hear you gettin’ treated like boot camp

Et à Death Row, j’ai entendu dire qu’on te traite comme en camp militaire

Gotta follow your sergeant’s directions

Tu dois suivre les ordres de ton sergent

Or get your ass pumped with the Smith & Wesson

Ou te faire pomper le cul avec un Smith & Wesson

Learn a lesson from the Eaze

Apprends une leçon de Eaze

Stay in your place and don’t step to real muthaphuckkin’ G’s

Reste à ta place et viens pas faire chier les vrais fils de pute de G’s

 

Refrain

Stop him in his tracks, show him that I am Ruthless

Yo, Dre! (What’s up?)

Boy, you should’ve known by now

Stop him in his tracks, show him that I am Ruthless

Yo, Dre! (What’s up?)

Boy, you should’ve known by now

Stop him in his tracks, show him that I am Ruthless

Yo, Dre! (What’s up?)

Boy, you should’ve known by now: Eazy Duz It

 

Eazy-E – Real Muthaphuckkin G’s – Explication des paroles

Intro

Compton, Compton, Compton

On est là d’office sur un conflit de territoire : à qui appartient Compton ? à Eazy-E, ou à Dr Dre ? Depuis STRAIGHT OUTTA COMPTON, et la séparation de N.W.A., Eazy-E, Ice Cube, et Dr Dre, tous trois lancés dans des carrières solo, se disputent la ville qui les a vu naître artistiquement.

Ahh, real muthaphuckkin G’s

Ah, les vrais fils de pute de G’s (gangsters)

Alors alors, on a déjà croisé toute une galerie de motherfuckers, et Eazy en général a tendance à vouloir innover, donc le revoilà avec une orthographe pire que l’ancienne, mais plus réelle quand on n’avait pas l’intention d’enseigner la philo à Stanford : muthaphuckkin. C’est comme motherfucker, avec trois fautes volontaires en plus, pour que vraiment tu comprennes bien que tes règles orthographiques, ta langue anglaise dont tu es si fier, et même ta mère, tout ça l’auteur les emmerde. Du temps de Shakespeare les choses n’étaient pas si claires.

Et donc il s’agit cette fois d’un G, c’est un nom de code secret qui signifie gangsta. Seuls les vrais G’s comprennent, et toi, t’es pas un G.

Tout cela est une forme d’auto-description, puisque voilà, apparemment les real muthaphuckkin G’s ont une langue à eux, que toi pas comprendre, qui t’exclut comme ta langue à toi les excluait eux. En fait, l’auteur te fait vivre son expérience de locuteur au langage dominé, pour que tu saches ce que c’est. Si toi yen a pas comprendre, toi être bourgeois.

Ahh, real muthaphuckkin G’s

Ahh, real muthaphuckkin G’s

Ahh, real muthaphuckkin G’s

Il vous reste 5500 mots à lire de cette analyse.


Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages
Catégories
Chanson rap

Ice Cube – It was a good day

Ice Cube – It was a good day – Traduction et explication

Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages

It was a good day – Paroles et traduction

C’était une bonne journée

 

Couplet 1

Just waking up in the morning gotta thank God

Juste de me réveiller le matin je dois remercier Dieu

I don’t know but today seems kinda odd

Je ne sais pas mais aujourd’hui a l’air bizarre

No barking from the dog, no smog

Pas d’aboiement du chien, pas de smog

And momma cooked a breakfast with no hog

Et maman a préparé un ptit déj’ sans porc

I got my grub on, but didn’t pig out

J’ai pris ma bouffe, mais sans me goinfrer comme un cochon

Finally got a call from a girl I want to dig out

Finalement j’ai eu un appel d’une fille que je veux approfondir

Hooked it up on later as I hit the do’

L’ai rencardée pour plus tard en arrivant à la porte

Thinking will I live another twenty fo’

Pensant vivrai-je encore vingt-quatre

I gotta go cause I got me a drop top

Je dois y aller parce que je viens de me prendre une décapotable

And if I hit the switch, I can make the ass drop

Et si je pousse le bouton, je peux faire sauter le cul

Had to stop at a red light

Dû m’arrêter à un feu rouge

Looking in my mirror not a jacker in sight

Regardant dans le rétro pas un voleur de bagnole en vue

And everything is alright

Et tout va bien

I got a beep from Kim and she can fuck all night

J’ai eu un bip de Kim et elle peut baiser toute la nuit

Called up the homies and I’m askin’ y’all

Appelé les potes et je vous demande à tous

Which park, are y’all playin’ basketball?

C’est quel parc où vous jouez au basket ?

Get me on the court and I’m trouble

Retrouve-moi sur le terrain et je suis dans la merde

Last week fucked around and got a triple double

La semaine dernière j’ai merdé et pris un triple double

Freaking brothers every way like M.J.

Faisant flipper les frères de toutes les manières comme M.J.

I can’t believe, today was a good day

J’y crois pas, aujourd’hui c’était un bon jour

 

Couplet 2

Drove to the pad and hit the showers

Conduit jusqu’à la maison et pris une douche

Didn’t even get no static from the cowards

Me suis même pas fait agresser par les lâches

Cause just yesterday them fools tried to blast me

Passk’encore hier ces bouffons ont essayé de m’éclater

Saw the police and they rolled right past me

Vu la police et ils sont passé juste à côté

No flexin’, didn’t even look in a brothers direction as I ran the intersection

Pas de provoc’, z’ont même pas regardé dans la direction du frère tandis que je filais direct à l’intersection

Went to $hort Dog’s house, they was watchin’ Yo! MTV Raps

Eté chez $hort Dog, ils mataient Yo ! MTV Raps

What’s the haps on the craps

Comment ça se passe au Craps

Shake ‘em up, shake ‘em up, shake ‘em up, shake ‘em

Agite-les, agite-les, agite-les, agite-les

Roll ‘em in a circle of niggaz and watch me break ‘em

Roule-les dans un cercle de négros et regarde-moi les briser

With the seven, seven-eleven, seven-eleven

Avec le sept, sept-onze, sept-onze

Seven even back do’ little Joe

Sept égal Ptit Joe de derrière les fagots

I picked up the cash flow

J’ai pris le flux de fric

Then we played bones, and I’m yellin’ domino

Puis on a joué aux dominos, et je gueule “Domino !”

Plus nobody I know got killed in South Central L.A.

En plus, personne que je connaisse n’a été tué à South Central L.A.

Today was a good day

Aujourd’hui c’était un bon jour

 

Couplet 3

Left my homies house paid

J’ai laissé la maison de mes potes payée

Picked up a girl been tryin’ to fuck since the twelfth grade

Suis passé prendre une fille que j’essayais de baiser depuis la Terminale

It’s ironic, I had the brew she had the chronic

C’est ironique, j’avais la bière elle avait la beuh “chronique”

The Lakers beat the Supersonics

Les Lakers battent les Supersonics

I felt on the big fat fanny

J’ai senti sur le gros cul gras

Pulled out the jammy, and killed the punanny

J’ai sorti le popaul et tué la foufoune

And my Jimmy runs deep so deep so deep put her butt to sleep

Et mon Paulo va profond, si profond si profond borde son cul au dodo

Woke her up around one

L’ai réveillée vers une

She didn’t hesitate, to call Ice Cube the top gun

Elle a pas hésité, à appeler Ice Cube le top gun

Drove her to the pad and I’m coasting

Raccompagnée à la maison et j’accoste

Took another sip of the potion hit the three-wheel motion

Pris une autre gorgée de la potion, pris le virage à trois-roues

I was glad everything had worked out

J’étais ravi que tout ait marché comme sur des roulettes

Dropped her butt off, then I chirped out

Balancé son derrière, puis me suis extirpé

Today was like one of those fly dreams

Aujourd’hui c’était comme un de ces rêves planants

Didn’t even see a berry flashing those high beams

J’ai même pas vu de giro flashant les pleins phares

No helicopter looking for a murder

Pas d’hélicoptère cherchant un meurtre

Two in the morning got the fat burger

Deux heures du mat pris un gros burger

Even saw the lights of the Goodyear Blimp

Même vu les lumières du ballon dirigeable Goodyear

And it read Ice Cube’s a pimp (yeah)

Et ça disait Ice Cube est un maque (ouais)

Drunk as hell but no throwing up

Ivre mort mais pas gerbé

Half way home and my pager still blowing up

Moitié du chemin pour rentrer et mon pager s’excite toujours

Today I didn’t even have to use my A.K.

Aujourd’hui j’ai même pas eu besoin d’utiliser mon AK

I got to say it was a good day

Je dois dire que c’était un bon jour

 

It was a good day – Explication des paroles

Couplet 1

Just waking up in the morning gotta thank God

Juste de me réveiller le matin je dois remercier Dieu

Ce premier vers, grâce à la formulation en “just”, traduit déjà deux sentiments : la gratitude d’être en vie, et la foi en Dieu. Le public qui entend cela a tendance à se mettre direct en empathie avec celui qui parle, parce que ces sentiments sont beaux à vivre et à voir. Une fois n’est pas coutume, on démarre donc sur du positif et pas sur du “je vais t’éclater nigga”.

Pourtant… cette foi en Dieu semble acceptable, mais à l’époque, Ice Cube vient de se convertir à l’Islam, qui n’est pas le Dieu le mieux vu chez les américains, en moyenne… L’islam est une foi contestataire, celle des Black Panthers et de Nation of Islam. Le sens du vers change donc, suivant que le public sait qu’Ice Cube parle d’Allah, ou qu’il l’ignore. Si il le sait, il sait que c’est drôle que les autres croient qu’Ice Cube parle du Dieu catholique.

On va le voir, la chanson va être narrative, et consister en un récit d’une journée banale d’un gangster, du lever au coucher. On assiste donc dès le premier vers au début de cette petite histoire.

Il est rare qu’une chanson de rap soit narrative, vraiment rare. La plupart du temps, les paroles rap sont un montage d’injures, d’agressions au public, de slogans, de courtes scènes, mais presque jamais toute une histoire. Cette chanson se distingue donc par ce choix ambitieux de participer à la culture narrative américaine sans se limiter à une écriture primitive sortie du ghetto illettré. Pour autant, cette chanson ne trahit pas sa culture par ce choix, vu qu’elle garde le gangster comme thème et personnage principal, Héros. Elle popularise cette figure avec des moyens connus du grand-public, car la chanson narrative, notamment la ballade – car on le verra c’en est une – est très répandue dans les autres genres, notamment le rock et la pop.

Il vous reste 3700 mots à lire de cette analyse.


Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages
Catégories
Chanson rap

N.W.A – Fuck Tha Police

N.W.A – Fuck Tha Police, paroles, traduction et analyse

Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages

Fuck Tha Police – Paroles et traduction

Intro

Right about now, N.W.A. court is in full effect

En cet instant précis, la cour des N.W.A. est en séance plénière

Judge Dre presiding

Le juge Dre préside

In the case of N.W.A. vs. the Police Department

Dans cette affaire qui oppose N.W.A. et le Département de Police

Prosecuting attorneys are MC Ren, Ice Cube

Les procureurs sont MC Ren, Ice Cube

And Eazy-motherfucking-E

Et Eazy le putain d’E

 

Order, order, order

Du calme, du calme, du calme

Ice Cube, take the motherfucking stand

Ice Cube, à la putain de sa mère de barre

Do you swear to tell the truth, the whole truth

Jurez-vous de dire la vérité, toute la vérité

And nothing but the truth to help your black ass?

Et rien que la vérité pour sauver ton cul noir?

Ice Cube : You goddamn right!

T’as grave raison !

Well won’t you tell everybody what the fuck you gotta say?

Eh bien vas-tu dire à tout le monde ce que t’as à dire ?

 

Couplet 1 – Ice Cube

Fuck the police coming straight from the underground

Nique la police, ça vient tout droit de l’underground

A young nigga got it bad cause I’m brown

Un jeune négro a encore morflé parce que je suis de couleur brune

And not the other color so police think

Et pas l’autre couleur donc la police pense

They have the authority to kill a minority

Avoir l’autorité de tuer une minorité

Fuck that shit, cause I ain’t the one

Nique cette connerie, passke chuis pas celui

For a punk motherfucker with a badge and a gun

Qui pour une tache de nique-sa-mère avec un badge et un flingue

To be beating on, and thrown in jail

Se fait frapper et jeter en geôle

We can go toe to toe in the middle of a cell

On peut se retrouver face-à-face au milieu d’une cellule

Fucking with me cause I’m a teenager

Déconner avec moi parce que je suis ado

With a little bit of gold and a pager

Avec un peu d’or et un pager

Searching my car, looking for the product

Fouillant ma voiture, cherchant le produit

Thinking every nigga is selling narcotics

Pensant que chaque négro vends des narcotiques

You’d rather see, me in the pen’ (penitentiary)

Tu préférerais me voir en taule

Than me and Lorenzo rolling in a Benz-o

Qu’au volant d’une Benz avec Lorenzo

Beat a police out of shape

Battre un agent de police en mauvaise forme

And when I’m finished, bring the yellow tape

Et quand j’ai fini, amène le scotch jaune

To tape off the scene of the slaughter

Pour enregistrer la scène du massacre

Still getting swoll off bread and water

Toujours enflé au pain et à l’eau

I don’t know if they fags or what

Je sais pas s’ils sont pédés ou quoi

Search a nigga down, and grabbing his nuts

Ils fouillent un nègre et lui attrappent les couilles

And on the other hand, without a gun they can’t get none

Et d’un autre côté, sans leur flingue ils attrappent rien

But don’t let it be a black and a white one

Mais faut pas qu’il y en ait un noir et un blanc

Cause they’ll slam ya down to the street top

Parce qu’ils vont te défoncer sur le trottoir

Black police showing out for the white cop

Policier noir à la rescousse pour le flic blanc

Ice Cube will swarm

Ice Cube va canarder

On any motherfucker in a blue uniform

Sur n’importe quel fils de pute en uniforme bleu

Just cause I’m from the CPT

Juste passke je suis du CPT

Punk police are afraid of me, huh

Ces taches de flics ont peur de moi, huh

A young nigga on the warpath

Un jeune négro sur le sentier de la guerre

And when I’m finished, it’s gonna be a bloodbath

Et quand j’aurai fini, ce sera un bain de sang

Of cops, dying in L.A

De flics, crevant à L.A.

Yo Dre, I got something to say

Ouais Dre, j’ai quelque chose à dire

 

Refrain

Fuck Tha Police

Nique la police

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

 

Interlude 1

Pull your god damn ass over right now

Ramène ton putain de cul ici tout de suite

Aww shit, now what the fuck you pullin me over for?

Oh merde, pourquoi tu me déranges ?

Cause I feel like it!

Parce que ça me chante !

Just sit your ass on the curb and shut the fuck up

Assieds-toi juste sur le banc et ferme ta gueule

Man, fuck this shit

Mec, nique cette merde

Aight, smartass, I’m taking your black ass to jail!

Ok, gros malin, j’envoie ton cul noir en prison !

MC Ren, will you please give your testimony

MC Ren, veux-tu bien donner ton témoignage

To the jury about this fucked up incident?

Au jury à propos de cet incident de merde ?

 

Couplet 2 – MC Ren

Fuck the police and Ren said it with authority

Nique la police, ça Ren l’a dit avec autorité

Because the niggas on the street is a majority

Parce que les négros dans la rue sont une majorité

A gang is with whoever I’m stepping

Un gang c’est n’importe qui avec qui je vais

And the motherfucking weapon is kept in

Et la putain d’arme est gardée à l’intérieur

A stash box, for the so-called law

D’une planque, contre la soi-disant loi

Wishing Ren was a nigga that they never saw

Qui voudrait que Ren soit un négro qu’on a jamais croisé

Lights start flashing behind me

Les lumières commencent à flasher derrière moi

But they’re scared of a nigga so they mace me to blind me

Mais ils ont peur d’un négro alors ils me matraquent pour m’aveugler

But that shit don’t work, I just laugh

Mais cette connerie marche pas, je rigole juste

Because it gives them a hint not to step in my path

Parce que ça leur indique de pas croiser mon chemin

For police, I’m saying, “Fuck you punk!”

A la police je dis “Je t’emmerde pauv’tache”

Reading my rights and shit, it’s all junk

Lisant mes droits à la con, c’est que de la daube

Pulling out a silly club, so you stand

Sortant un club stupide, et tu es là

With a fake-ass badge and a gun in your hand

Avec un badge de merde et un flingue à la main

But take off the gun so you can see what’s up

Mais enlève le flingue pour voir ce qui arrive

And we’ll go at it punk, and I’ma fuck you up!

Tu vas voir pauv’tache, j’vais t’défoncer !

Make you think I’mma kick your ass

Te faire penser que je vais te botter le cul

But drop your gat, and Ren’s gonna blast

Mais dégager ton flingue, et Ren va canarder

I’m sneaky as fuck when it comes to crime

Chuis sournois comme tout quand il s’agit de crime

But I’ma smoke them now and not next time

Mais j’vais les fumer maintenant et pas la prochaine fois

Smoke any motherfucker that sweats me

Fumer tous les fils de pute qui me font suer

Or any asshole that threatens me

Ou tous les trouducs qui me menacent

I’m a sniper with a hell of a scope

Chuis un sniper avec une envergure d’enfer

Taking out a cop or two, they can’t cope with me

Descendre un flic ou deux, y peuvent pas m’en empêcher

The motherfucking villain that’s mad

Le putain de vilain qu’est taré

With potential, to get bad as fuck

Au point de tourner complètement mauvais

So I’ma turn it around

Alors j’vais reformuler

Put in my clip, yo, and this is the sound

Mettre ça dans mon clip, ouais, et voilà le son

*deux sons de tir*

Yeah, something like that

Ouais, quelque chose comme ça

But it all depends on the size of the gat

Mais tout dépend de la taille du flingue

Taking out a police would make my day

Descendre un flic ferait ma journée

But a nigga like Ren don’t give a fuck to say

ça un négro comme Ren n’a pas peur de le dire

 

Refrain

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

 

Interlude 2

Yo man, what you need?

Ouais mec, qu’est-ce qu’il te faut ?

Police, open out!

Police, ouvrez !

Aww shit

Oh merde

We have a warrant for Eazy-E’s arrest

On a un mandat pour arrêter Eazy-E

Get down and put your hands up where I can see ‘em

Ventre à terre et haut-les-mains que je puisse les voir

(Move motherfucker, move now!)

Bouge fils de pute, bouge !

What the fuck did I do, man what did I do?

Qu’est-ce que j’ai fait putain, qu’est-ce que j’ai fait ?

Just shut the fuck up

Ferme-la

And get your motherfucking ass on the floor

Et pose ton putain de cul par terre

(You heard the man, shut the fuck up!)

Tu l’as entendu, ferme-la !

But I didn’t do shit

Mais j’ai rien fait

Man just shut the fuck up!

Mec ferme-la !

Eazy-E, won’t you step up to the stand

Eazy-E, voudriez-vous venir à la barre

And tell the jury how you feel about this bullshit?

Et dire au jury ce que vous pensez de toute cette connerie ?

 

Couplet 3 – Eazy-E

I’m tired of the motherfucking jacking

J’en ai marre du putain de vol à la tire

Sweating my gang, while I’m chilling in the shack, and

Exploitant mon gang, tranquille dans la cabane

Shining the light in my face, and for what?

A refléter la lumière dans ma face, et pourquoi ?

Maybe it’s because I kick so much butt

Ptet passke je botte pas mal de culs

I kick ass — or maybe cause I blast

Je défonce, ou ptet passke j’explose

On a stupid-ass nigga when I’m playing with the trigger

Un négro stupide quand je joue avec la gâchette

Of an Uzi or an AK

D’un uzi ou d’un AK

Cause the police always got something stupid to say

Passke la police trouve toujours une connerie à dire

They put out my picture with silence

Ils sortent ma photo en silence

Cause my identity by itself causes violence

Passke mon identité en soi cause des violences

The E with the criminal behavior

Le E au comportement criminel

Yeah, I’m a gangsta, but still I got flavor

Ouais, je suis un gangster, mais toujours savoureux

Without a gun and a badge, what do ya got?

Sans ton flingue et ton badge, toi qu’est-ce que tu as ?

A sucker in a uniform waiting to get shot

Un suceur en uniforme qui attend de se faire abattre

By me, or another nigga

Par moi, ou un autre négro

And with a gat it don’t matter if he’s smaller or bigger

Et avec un flingue peu importe qu’il soit plus grand ou plus petit

(MC Ren: Size don’t mean shit, he’s from the old school, fool)

La taille veut rien dire, il est de la vieille école, idiot

And as you all know, E’s here to rule

Et comme vous le savez tous, E est là pour gérer

Whenever I’m rolling, keep looking in the mirror

Tant que je roule, je regarde dans le rétro

And ears on cue, yo, so I can hear a

Tout ouïe, pour pouvoir entendre un

Dumb motherfucker with a gun

Crétin de fils de pute avec un flingue

And if I’m rolling off the 8, he’ll be the one

Et si je roule sur la 8è, ce sera lui

That I take out, and then get away

Que je buterai, avant de m’en aller

While I’m driving off laughing this is what I’ll say

Quand je roulerai loin d’ici en me marrant voici ce que je dirai

 

Refrain

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

 

Interlude 3

The verdict

Verdict

The jury has found you guilty of being a redneck

Le jury te déclare coupable d’être un péquenot de blanc

White bread, chickenshit motherfucker

Mie de pain, poulet de merde fils de pute

But wait, that’s a lie! That’s a god damn lie!

Attendez, c’est un mensonge ! C’est un bon Dieu de mensonge !

Get him out of here!

Sortez-le d’ici !

Get him the fuck out my face!

Sortez-le, loin de ma vue !

I want justice!

Je réclame justice !

Out, right now!

Dehors, tout de suite !

Fuck you, you black motherfuckers!

Allez vous faire foutre, bande de fils de pute noirs !

 

Refrain

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

Fuck Tha Police

 

Fuck Tha Police – Explication des paroles

Intro

Right about now, N.W.A. court is in full effect

En cet instant précis, la cour des N.W.A. est en séance plénière

Right now : now, maintenant, est ce qu’on appelle en linguistique un mot déïctique, c’est-à-dire un mot dont le sens change selon le contexte : “maintenant”, le moment précis du présent, change tout le temps, par exemple ce “now” de Dre de 1988 a maintenant 30 ans, ce n’est pas le maintenant de 2018.

Un avantage des déïctiques est qu’ils s’actualisent grâcieusement en fonction du public – et donc chaque fois qu’on écoute FUCK THA POLICE, leur maintenant d’il y a 30 ans c’est maintenant ! (ou le maintenant d’il ya 30 ans, 20 ans, 10 ans, ou ceux dans 10 ans, 20 ans, 30 ans.) Ce qui crée un effet de réalisme et un sentiment d’urgence : ça va se passer là sous nos yeux, right now. ça se passe en permanence parce que le présent reste toujours présent.

N.W.A. court : la cour des N.W.A., donc la cour de justice des négros stylés, par cette expression, les auteurs introduisent le thème de la chanson : il va s’agir pour le groupe de rap de se constituer en tribunal populaire pour juger l’institution la plus institutionnellement criminelle de tous les Etats : j’ai nommé cette vieille tortionnaire sadique et toujours de droite, la police !

 

 

Il vous reste 7700 mots à lire de cette analyse.


Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages
Catégories
Chanson rap

Coolio – Gangsta’s Paradise – Traduction et explication des paroles

Coolio – Gangsta’s Paradise – Traduction et explication des paroles

Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages

Gangsta’s Paradise – Paroles et traduction

Couplet 1

As I walk through the valley of the shadow of death

En traversant la vallée des ombres de la mort

I take a look at my life and realize there’s nothin’ left

Je jette un oeil à ma vie et réalise qu’il ne reste rien

‘Cause I’ve been blastin’ and laughin’ so long

Passke j’ai déliré / tué et rigolé si longtemps

That even my momma thinks that my mind is gone

Que même ma maman pense que j’ai perdu l’esprit

But I ain’t never crossed a man that didn’t deserve it

Mais je n’ai jamais croisé un homme qui ne l’aie mérité

Me be treated like a punk, you know that’s unheard of

Moi traité comme une fiotte, tu sais c’est original

You better watch how you talkin’ and where you walkin’

Tu ferais mieux de faire gaffe à comment tu parles et à où tu mets les pieds

Or you and your homies might be lined in chalk

Ou toi et tes potes pourriez finir encerclés à la craie

I really hate to trip, but I gotta loc

Je déteste partir en vrille, mais je dois gérer

As they croak, I see myself in the pistol smoke

Pendant qu’ils crèvent, je me vois dans la fumée du flingue

Fool, I’m the kinda G that little homies wanna be like

Idiot, je suis le genre de G que les gamins du coin veulent être

On my knees in the night, sayin’ prayers in the street light

A genoux dans la nuit, disant des prières dans la lumière de la rue

 

Refrain

Keep spending most our lives

On passe l’essentiel de nos vies

Livin’ in a gangsta’s paradise

A vivre au paradis des gangsters

Been spending most their lives

Ils ont passé l’essentiel de leurs vies

Livin’ in a gangsta’s paradise

A vivre au paradis des gangsters

[x2]

 

Couplet 2

Look at the situation they got me facin’

Regarde la situation où ils m’ont mis

I can’t live a normal life, I was raised by the street

Je peux pas vivre une vie normale, c’est la rue qui m’a élevé

So I gotta be down with the hood team

Alors je dois descendre avec mon équipe

Too much television watching, got me chasing dreams

Trop de télé m’a amené a poursuivre des rêves

I’m an educated fool with money on my mind

Je suis un idiot éduqué avec l’argent en tête

Got my ten in my hand and a gleam in my eye

J’ai mes 10 dans la main et une lueur dans l’oeil

I’m a loc’d out gangsta, set trippin’ banger

Je suis un gangsta en charge, je représente à coup de bang

And my homies are down, so don’t arouse my anger

Et mes potes sont prêts, donc suscite pas ma colère

Fool, death ain’t nothin’ but a heart beat away

Idiot, la mort n’est qu’à un battement de coeur

I’m livin’ life do or die, what can I say?

Je vis ma vie à la marche ou crève, que dire de plus ?

I’m 23 now, will I live to see 24?

J’ai 23 ans maintenant, vivrai-je jusqu’à 24 ?

The way things is going I don’t know

A voir comment vont les choses je sais pas

 

Pont

Tell me why are we so blind to see

Dis-moi pourquoi sommes-nous aveugles, au point de ne pas voir

That the ones we hurt are you and me?

Que ceux qu’on blesse c’est toi et moi ?

 

Refrain

 

Couplet 3

Power and the money, money and the power

Le pouvoir et l’argent, l’argent et le pouvoir

Minute after minute, hour after hour

Minute après minute, heure après heure

Everybody’s running, but half of them ain’t lookin’

Tout le monde court, mais la moitié ne regarde pas

It’s going on in the kitchen, but I don’t know what’s cookin’

ça se passe dans la cuisine, mais je sais pas ce qui cuit

They say I gotta learn, but nobody’s here to teach me

Ils disent que je dois apprendre, mais y’a personne pour m’enseigner

If they can’t understand it, how can they reach me?

S’ils peuvent pas le comprendre, comment peuvent-ils m’atteindre ?

I guess they can’t, I guess they won’t

Je suppose qu’ils ne peuvent pas, je suppose qu’ils ne m’atteindront pas

I guess they front; that’s why I know my life is out of luck, fool!

Je suppose qu’ils font face; c’est comme ça que je sais que j’ai pas de chance dans la vie, idiot!

 

Refrain

 

Pont

Ain’t no gangstas living in paradise

Ain’t no gangstas living in paradise

Il n’y a pas de gangster qui vive au paradis

 

Gangsta’s Paradise – Commentaire

Cette chanson reprend une partie de l’instrumentation et du refrain de la chanson de Stevie Wonder PASTIME PARADISE, 1976.

La version de Coolio est devenue un tube international, rapidement et durablement n°1 des charts, aux Etats-Unis comme en Europe. On va essayer de comprendre le pourquoi de ce succès.

 

Couplet 1

As I walk through the valley of the shadow of death

En traversant la vallée des ombres de la mort

Surprise ! Les précédentes paroles nous avaient habitué aux entrées en matière fracassantes de violence verbale ordurière. Ici, Coolio a préféré frapper l’esprit de son public en faisant précisément le contraire : il commence sur un beau vers qui rattache sa chanson à une longue et noble tradition religieuse, puisque cette phrase est en réalité une citation extraite de la Bible, Psaume 23 de l’Ancien Testament, repris par de nombreux artistes (Jay Z, Nas, Tupac, Kanye West, Marilyn Manson, The Offspring, Megadeth, etc.)

Cette entrée en matière religieuse coïncide évidemment avec le titre, le Paradis des Gangsters, et annonce une forme d’hybridation du rap avec un autre grand genre de la chanson noire américaine : le Gospel, la chanson de prière, d’inspiration chrétienne.

Traverser la vallée des ombres de la mort : c’est donc ainsi que le gangster à la sensibilité littéraire a vécu son quotidien à L.A. Cela sonne particulièrement poignant et tragique de voir le ghetto avec les yeux de la Bible.

I take a look at my life and realize there’s nothin’ left

Je jette un oeil à ma vie et réalise qu’il ne reste rien

I : ce deuxième vers au “je” confirme que c’est bien un texte autobiographique, personnel, voire introspectif. L’auteur regarde sa vie, réalise : c’est ce qu’on fait quand on entreprend de faire un bilan existentiel, une thérapie, ou une confession. On est donc dans ce registre, ce vers annonce une confession sur un ton intimiste.

Je réalise qu’il ne reste rien : le jugement est dur, sévère, et tragique. Quelqu’un qui parle au “je” et balance direct un blues aussi lourd… ça emporte un élan d’empathie et d’amitié de la part du public. C’est particulièrement touchant que ce soit justement un gros dur qui se confesse aussi sincèrement.

Coolio est né à Compton en 1963 et a fait partie de l’énorme gang dans la région, les Crips. C’est donc un vrai gangster qui parle et nous confie la mélancolie de sa vie. Il sonne plus vrai que les autres, parce qu’il l’est. Les autres braillards lui ont ouvert la voie.

‘Cause I’ve been blastin’ and laughin’ so long

Passke j’ai déliré / tué et rigolé si longtemps

I’ve been blastin’ : du verbe to blast, exploser, l’expression est ambigue, elle évoque à la fois le fait de se défoncer (s’exploser) et de tirer (causer une explosion avec un flingue). Cette polysémie est probablement doublement vraie, il a fait les deux, il dit les deux en un seul mot.

blastin’ and laughin’ : les deux verbes contrastent totalement, et pourtant vont ensemble. On retrouve le même mélange de violence et de bonne humeur dilettante que, notamment, dans le style d’Eazy-E, le gangster qui te tue et chambre ton cadavre.

That even my momma thinks that my mind is gone

Que même ma maman pense que j’ai perdu l’esprit

Ma maman : ce terme est touchant. L’homme qui parle n’a pas voulu jouer au caïd, ce n’est pas un gamin offensant qui s’amuse à répéter “motherfucker” à tout bout de champ pour impressionner. Il témoigne-là d’un attachement réel à sa mère, admettant qu’il l’a connu petit garçon – ce terme réfère à son enfance, avant sa vie de gangster.

Même sa mère croit qu’il a perdu l’esprit, cet élément aussi sonne très touchant et suscite l’empathie. Pourtant, pour l’instant, il ne donne aucun signe de folie, on suit très bien son propos, les vers s’enchaînent avec beauté, on voit plutôt un homme mûr et sage, dans une pathétique situation de crise de conscience.

But I ain’t never crossed a man that didn’t deserve it

Mais je n’ai jamais croisé un homme qui ne l’aie mérité

Ce vers est obscur par ce que “it” reste indéfini, on ne sait pas à quoi le rattacher dans le contexte. On peut penser qu’il s’agit de la mort, ou la folie ?

Me be treated like a punk, you know that’s unheard of

Moi traité comme une fiotte, tu sais c’est original

Un punk donc, ce n’est pas un adepte du mouvement musical anglais éponyme, c’est un homme en prison qui est victime de viols par ses collègues, souvent c’est le plus fragile ou le moins protégé. Être victime de viol homosexuel est pour ces gangsters virilistes le summum de la honte et du déshonneur – même quand c’est eux les violeurs. Le gangsta, plutôt violeur, trouverait donc très cocasse d’être traité à son tour comme violé.

C’est aussi la raison pour laquelle il ironise avec “that’s unheard of”, “on n’a jamais entendu ça”, alors même qu’on en train de l’écouter dire évoquer ça.

You better watch how you talkin’ and where you walkin’

Tu ferais mieux de faire gaffe à comment tu parles et à où tu mets les pieds

Comment tu parles, et où, c’est aussi le souci que prend Coolio, et il montre qu’il fait ce qu’il dit, car ce début de menace est formulé dans un anglais correct, sans familiarité, sans excès.

Or you and your homies might be lined in chalk

Ou toi et tes potes pourriez finir encerclés à la craie

La menace se poursuit, avec la même élégance réservée. Il ne se met pas à jurer, à insulter, il est expérimenté, vieux, il se sait tellement habituellement capable de violence qu’il n’est même plus fasciné par la violence verbale. Il se contente donc de décrire le résultat : toi, et tes potes, pourriez finir entourés à la craie, il montre cette scène comme un journaliste décrirait un fait objectif, d’une manière dépassionnée.

I really hate to trip, but I gotta loc

Je déteste partir en vrille, mais je dois gérer

Ce vers enrichit la psychologie du personnage. Il nous a dit craindre pour sa santé mentale. Mais on l’a vu relativement posé, en contrôle, lucide, simplement réaliste. C’est ce qu’il confirme : il déteste tripper, partir en vrille, – laissant pourtant entendre qu’il en est capable – et il doit gérer. Le terme qu’il utilise, to loc, est de l’argot du gang des Crips, et ça veut dire faire le boulot de chef – genre, décider qui doit mourir. En disant, I gotta loc, il montre que c’est aussi ces responsabilités qu’il a qui l’obligent à garder la tête sur les épaules.

As they croak, I see myself in the pistol smoke

Pendant qu’ils crèvent, je me vois dans la fumée du flingue

Ce vers est magnifique. Il est à la fois très cynique et sans-coeur – il n’utilise que trois mots, as they croak, pour évoquer la mort d’autrui, et il utilise ce verbe croak qui s’utilise pour les animaux, montrant son mépris envers l’homme qu’il vient de tuer ; et pourtant juste après l’auteur se montre poète et lucide, se voyant lui-même dans la fumée de son arme. La rime entre croak et smoke vient encore renforcer la beauté de l’image.

Fool, I’m the kinda G that little homies wanna be like

Idiot, je suis le genre de G que les gamins du coin veulent être

Fool : le rappeur traite celui qui l’écoute d’idiot, directement. Ce qui contribue à renforcer l’impression qu’il s’agit d’un sage qui parle, un sage de la rue qui sait qu’on n’en sait pas autant que lui.

La mention de cette conscience de jouer un rôle comme modèle pour la jeunesse, enrichit encore le personnage d’une dimension paternelle. Ces little homies qui l’écoutent sympathiseront forcément avec ce vers.

On my knees in the night, sayin’ prayers in the street light

A genoux dans la nuit, disant des prières dans la lumière de la rue

Ce vers semble évoquer une scène où un gangster vient d’en faire agenouiller un autre dans la nuit, et avant de le tuer lui laisse un instant pour faire sa prière. Ou simplement, il peut s’agir de Coolio en train de chanter sous nos yeux.

En tout cas ce vers résonne avec ironie par rapport au précédent, car cette situation de prière à genoux la nuit dans la rue n’apparait en fait pas comme enviable pour les little homies. Qui rêverait de ça ?

Du coup, on peut réinterpréter le “fool” initial, “idiot” : Coolio voulait dire : “idiot, tu m’admires en tant que gangster, mais tu ne sais pas à quel point c’est douloureux”. Ce qui est une façon de faire la morale à la jeunesse pour la dissuader de sombrer dans la violence urbaine…

 

Refrain

Le style vocal du refrain, très choral, tranche avec celui des couplets chantés par une voix seule.

Keep spending most our lives

On passe l’essentiel de nos vies

En accord avec le style choral, qui évoque le pluriel, une foule qui chante, une voix collective, ce vers parle à la première personne du pluriel – même si le “(we) keep spending” n’est qu’implicite, le “nous” est présent dans le pronomnos” vies.

Livin’ in a gangsta’s paradise

A vivre au paradis des gangsters

Ce deuxième vers permet d’identifier le “nous” qui parle : c’est nous qui avons grandi au Paradis des gangsters, ce qui est une belle métaphore pour dire : dans les ghettos, dans les rues.

Le vers originel de Stevie Wonder disait “Livin’ in a pastime paradise”, donc “ils ont vécu toute leur vie dans un paradis perdu”.

Been spending most their lives

Ils ont passé l’essentiel de leurs vies

Répétition des mêmes vers, avec deux variations notables :

  • le verbe keep spending se transforme en been spending, un léger glissement de sens : avec keep spending, l’action se déroule toujours, tandis qu’avec been spending, elle a cessé.
  • le point de vue “nous” se transforme en “ils”.
  • ces deux variantes combinées augmentent le tragique, car on passe de membres de la communauté définis au présent, à des membres extérieurs à la communauté, définis au passé, et ceci peut désigner les morts, nos morts…

Livin’ in a gangsta’s paradise

A vivre au paradis des gangsters

[x2]

Le bilan de ce refrain est que :

Il ne change rien à l’action

Il exprime le contenu émotionnel implicite qu’a généré le premier couplet, à savoir la tristesse, sous la forme d’une déploration empathique avec ces populations qui vivent au paradis des gangsters.

 

Couplet 2

Look at the situation they got me facin’

Regarde la situation où ils m’ont mis

Regarder, contempler les ruines de sa vie, c’est ce que Coolio faisait au tout début du premier couplet.

Regarde : c’est formulé au tu ou au vous, c’est donc une adresse directe au public. C’est familier, c’est amical, ça participe donc à l’atmosphère pacifique de la chanson, dite sur un ton de confidence.

They, ils : on ne sait pas de qui il s’agit, ces gens en position d’Antagoniste du Héros n’ont pas (encore ?) d’identité.

I can’t live a normal life, I was raised by the street

Je peux pas vivre une vie normale, c’est la rue qui m’a élevé

C’est l’expression honnête et sincère d’un gangster lucide.

La juxtaposition des deux parties du vers, deux courtes phrases, sans lien logique (alors qu’on entend facilement un “parce que” entre les deux), montre que pour lui ce lien logique est évident. Parfois, passer sous silence est un moyen de souligner. Ici on sent l’évidence dans la pensée du gangster, qui fait un lien naturel entre son éducation et le résultat de cette éducation, coincé dans une vie de gangster. Pour une fois, la rue ne joue pas un rôle positif dans l’idéologie du gangster, elle n’est pas présentée comme une bonne école de la vie.

So I gotta be down with the hood team

Alors je dois descendre avec mon équipe

On a déjà souligné l’ambiguïté de cette expression dans l’analyse de STRAIGHT OUTTA COMPTON qui contenait le vers That I’m down with the capital C-P-T”. To be down, c’est être déprimé, ou être en bas (genre, descendu de chez soi si on vit en immeuble à l’étage) mais to be down with, c’est être en phase avec. On comprend que le sens principal de l’expression est “je dois descendre avec mon équipe du quartier”, mais on sent que le sens “je dois partager la déprime de mes amis” est dans l’air également.

Too much television watching, got me chasing dreams

Trop de télé m’a amené a poursuivre des rêves

Cela sonne dérisoire, que les rêves de quelqu’un ne viennent que de la télé, média de masse, commercial et vulgaire.

I’m an educated fool with money on my mind

Je suis un idiot éduqué avec l’argent en tête

On enchaîne les structures doubles, les vers construits en deux éléments qui constrastent.

Un idiot éduqué, un bouffon éduqué : figure de style, antithèse, paradoxe. Un idiot, une fois éduqué, ne devrait plus être idiot, et par ailleurs quelqu’un d’éduqué ne devrait pas avoir uniquement l’argent en tête, mais des valeurs plus hautes. Le gangster y aspirerait, mais il est contraint par le besoin d’argent et une non-éducation de masse.

Got my ten in my hand and a gleam in my eye

J’ai mes 10 dans la main et une lueur dans l’oeil

Belle construction parallèle, qui met en balance la main et l’oeil, et le matériel et le spirituel.

I’m a loc’d out gangsta, set trippin’ banger

Je suis un gangsta en charge, je représente à coup de bang

Loc’d out gangsta : le jeu de mots est intraduisible en français, cela joue sur “locked”, enfermé, coincé, et “loc”, le terme argotique du gang des Crips, de Coolio, pour désigner le chef ou le fait de gérer en tant que chef. Donc, synthèse : il est coincé dans son rôle de chef de gang.

And my homies are down, so don’t arouse my anger

Et mes potes sont prêts, donc suscite pas ma colère

My homies are down : là encore, jeu de mots, to be down c’est être prêt aussi bien qu’être déprimé.

Fool, death ain’t nothin’ but a heart beat away

Idiot, la mort n’est qu’à un battement de coeur

Fool : encore le sage qui parle, conscient de sa lucidité comparée à la nôtre.

La mort n’est qu’à un battement de coeur : ce très bel aphorisme (phrase pleine de sagesse) recycle, de manière à la fois conformiste (car c’est un lieu commun de la culture gréco-latine et de l’éducation classique) et originale (car ici c’est un homme de la rue que le dit) le vieux “Memento mori” des latins (“rappelle-toi que tu meurs”).

I’m livin’ life do or die, what can I say?

Je vis ma vie à la marche ou crève, que dire de plus ?

I’m livin’ life do or die, cette expression aussi est jolie et bien trouvée, livin’ life répétant le terme “vie” et le chargeant de sens positif, puis le contredisant radicalement avec l’expression “do or die”, fais ou meurs, marche ou crève. Donc, synthétiquement, il vit une vie particulièrement condamnée à rencontrer la mort, comme s’il était encore plus mortel que les simples mortels.

I’m 23 now, will I live to see 24?

J’ai 23 ans maintenant, vivrai-je jusqu’à 24 ?

La révélation de cet âge du chanteur change la donne. Il est tragique de voir un homme aussi jeune sembler aussi sage – on voit que la rue mène à une maturité précoce – et aussi inquiet de la brièveté probable de sa vie. “DE LA BRIÈVETÉ DE LA VIE”, c’est le titre d’un célèbre texte du philosophe latin Sénèque, lié au “Memento mori”.

The way things is going I don’t know

A voir comment vont les choses je sais pas

Cet aveu final de non-savoir surprend – car jusqu’ici il savait, il nous transmettait son savoir – mais il est cohérent avec les sources classiques, antiques, qui inspirent la chanson, et qui invitent (comme le font la gnose ou le scepticisme) à réserver son jugement, à accepter de reconnaître son ignorance, le mystère des choses, les arcanes du destin.

 

Pont

Tell me why are we so blind to see

Dis-moi pourquoi sommes-nous aveugles, au point de ne pas voir

Le thème de l’aveuglement des humains, peut aussi passer pour une référence aux philosophes antiques, cette fois-ci Platon avec son allégorie de la caverne, où les humains sont décrits comme des gens enfermés dans une caverne et qui ne voient que leurs ombres, et ne peuvent pas accéder au réel ni au savoir.

Wikipédia décrit cette allégorie ainsi : “Elle met en scène des hommes enchaînés et immobilisés dans une demeure souterraine qui tournent le dos à l’entrée et ne voient que leurs ombres et celles projetées d’objets au loin derrière eux. Elle expose en termes imagés les conditions d’accession de l’homme à la connaissance de la réalité, ainsi que la non moins difficile transmission de cette connaissance.”

Or on retrouve divers éléments de cette allégorie, le chanteur qui marchait dans “la vallée des ombres de la mort”, faisait une prière dans la nuit, s’inquiétait pour sa santé mentale, recherchait la sagesse dans un monde triste…

That the ones we hurt are you and me?

Que ceux qu’on blesse c’est toi et moi ?

La question se complète, et le public se rend compte que personne ne peut y répondre. Elle souligne un paradoxe qui laisse tout le monde impuissant, et laisse juste flotter l’amertume de son constat – on se fait du mal les uns aux autres dans cet enfer – sans pouvoir en soulager la douleur.

On est proches, ici, en 1995, de l’esprit des chansons humanitaires à la “WE ARE THE WORLD” (1985) par le rassemblement d’artistes “USA for Africa” ou “Heal the World” (1991) de Michael Jackson. Les trois chansons on en commun d’avoir la condition des noirs comme souci moral, ou d’être chantés par un chanteur noir particulièrement concerné.

Ce thème moraliste, où un gangster condamne son propre mode de vie, rappelle aussi un autre tube rap, la chanson WE’RE ALL THE SAME GANG, chantée par un rassemblement d’artistes rap, le “West Coast Rap All-Stars” , sur une initiative du fondateur du puissant gang des Crips, handicapé et retiré de la violence. Coolio exploite la même veine anti-violence, rendue d’autant plus urgente après les émeutes de L.A. de 1992, où la jeunesse défavorisée mit la ville à sac pendant 6 jours, après l’acquittement des 4 flics blancs qui avaient passé à tabac un automobiliste noir américain, Rodney King, après une course-poursuite pour excès de vitesse.

 

Refrain

Couplet 3

Power and the money, money and the power

Le pouvoir et l’argent, l’argent et le pouvoir

Encore un joli effet de construction symétrique, la répétition inversée de ces deux termes les renforce mais exprime aussi sans doute la circonspection de l’auteur – il retourne ces deux valeurs dans sa tête, sans savoir quoi en faire, tellement ça sonne massif.

Ces valeurs, ce sont celles qui le contraignent (le pouvoir des blancs, la supériorité économique blanche) et qui l’habitent (il est devenu un homme de pouvoir, même s’il s’agit d’un anti-pouvoir illégal, il est devenu un homme d’argent, même si c’est par des activités illégales).

Minute after minute, hour after hour

Minute après minute, heure après heure

La symétrie se répéte et construit un réseau de sons et de sens régulier, géométrique, élégant, remarquable.

Everybody’s running, but half of them ain’t lookin’

Tout le monde court, mais la moitié ne regarde pas

On avait remarqué que les deux premiers couplets s’ouvraient au “je” et parlaient de pensées personnelles sur un ton intimiste. Ce troisième couplet au contraire enchâine les abstractions dépersonnalisées, et ici fait agir “tout le monde”, soit le degré zéro de l’identité personnelle. Cela montre qu’on a pris du recul et qu’on regarde maintenant les choses de haut – comme les regarde un homme âgé, ou un homme mort, depuis le Paradis.

It’s going on in the kitchen, but I don’t know what’s cookin’

ça se passe dans la cuisine, mais je sais pas ce qui cuit

I don’t know what’s cooking : l’expression est ambiguë, elle vaut à la fois littéralement, “je ne sais pas ce qui est en train de cuire”, et métaphoriquement : “je ne sais pas ce qui se prépare”.

Cette cuisine, kitchen, est lourdement connotée dans la culture américaine par l’expression “hell’s kitchen”, cuisine de l’enfer, qui se retrouve dans d’innombrables dialogues et paroles de chanson. On peut penser d’après le contexte apocalyptique que cette cuisine-ci est liée aux cuisines de l’enfer.

Le rythme de tout ce passage est limpide et remarquablement classique, puisque l’auteur signe ici une série de 4 alexandrins – c’est-à-dire exactement le genre de vers de 12 syllabes qu’écrivaient les classiques français, de Racine à Victor Hugo. Ces alexandrins sont, conformément aux traditions, divisés en deux blocs de 6 syllabes, de sorte que ces 4 vers font clairement

6+6

6+6

6+6

6+6,

et que même, au début, chaque bloc de 6 syllabes est lui-même fait de 3 paires de syllabes, 3×2 chaque premier élément de la paire portant l’accent tonique : Power and the money… Minute after minute, etc, ce qui rend toute la structure particulièrement régulière et belle, mimant le tic-tac d’une horloge, nous faisant vivre par la prosodie l’effet du passage du temps.

They say I gotta learn, but nobody’s here to teach me

Ils disent que je dois apprendre, mais y’a personne pour m’enseigner

On a là un personnage, They, Ils, dont il a déjà été question au début du couplet 2, et qui n’a pas été défini, on ne peut donc que supposer de qui il s’agit. Justement, le fait que le rappeur les désigne une deuxième fois sans les nommer, et nous laisse deviner, indique qu’ils sont familiers, qu’on peut comprendre de qui il s’agit. Donc, probablement, les gens du système, les profs, les flics, les autres. Ce They est peut-être aussi tout simplement une reprise du Everybody précédent, mais rien ne permet d’en être sûr. L’indéfinition, le caractère collectif de ce They le rendent perturbant, en font une sorte d’Antagoniste flou, d’autant plus sourdement menaçant qu’il donne des ordres (“they say i gotta learn”) sans qu’on sache d’où ils viennent.

Nobody’s here to teach me : après tout le reste des paroles, ce vers résonne avec des accents tragiques, car cela pourrait être l’exclamation d’un enfant abandonné, alors qu’on sait que c’est celle d’un gangster d’âge mûr – toujours condamné à la même ignorance fondamentale, écarté des savoirs que “They” savent utiles à la vie. “Ils” sont omniprésents, “ils” ont le pouvoir de donner des ordres, mais “ils” ne garantissent aucunement qu’on soit en situation d’exécuter leurs ordres, ce qui met la personne en situation d’injonction paradoxale, connue pour rendre fou. Un psychologue nommé Gregory Bateson avait même défendu la thèse comme quoi la schizophrénie s’expliquerait par ce genre d’injonctions paradoxales, comme si elles pouvaient déchirer l’esprit.

La structure des vers va à nouveau se répéter harmonieusement, fonctionnant maintenant sur le mode de l’opposition : d’un côté “they”, de l’autre “me”, d’un côté une injonction absurde, de l’autre un constat d’impuissance.

If they can’t understand it, how can they reach me?

S’ils peuvent pas le comprendre, comment peuvent-ils m’atteindre ?

Learn, teach, understand, reach, on est dans le champ lexical de l’éducation, mais d’une éducation ratée, ou plutôt d’un droit dénié à l’éducation.

I guess they can’t, I guess they won’t

Je suppose qu’ils ne peuvent pas, je suppose qu’ils ne m’atteindront pas

Voyez comment le sens s’évanouit des verbes précédents, qui sont simplement repris à la négative.

I guess they front; that’s why I know my life is out of luck, fool!

Je suppose qu’ils font face; c’est comme ça que je sais que j’ai pas de chance dans la vie, idiot!

That’s why I know my life is out of luck, fool : ce vers est très fort, il arrive en position conclusive et s’avère très chargé de sens.

That’s why, c’est pourquoi, donne finalement la clé de tout, l’explication de la malchance de sa vie que cherchait le rappeur perdu dans la Vallée de la Mort : en fait, il n’y a pas d’explication, c’est juste à cause de “They”.

Fool : dernière mention de cet idiot, ce bouffon qu’est le public pour le rappeur – et cette fois l’insulte est particulièrement forte parce que, puisque le public vient d’adhérer à l’expression du désespoir du rappeur, et que celui-ci vient de montrer que ses soucis venaient de They, qui est un peu nous, la société, eh bien il nous force à admettre que nous sommes des bouffons. Ses oppresseurs !

Refrain

Pont

Ain’t no gangstas living in paradise

Ain’t no gangstas living in paradise

Il n’y a pas de gangster qui vive au paradis

Dernière remarque aux accents tragiques, qui joue sur le double sens de “paradise” : on comprend bien qu’il ne s’agit plus du Gangsters Paradise que sont les villes américaines, mais du véritable Paradis chrétien, celui où vont les gens vertueux et pas les gangsters. Cela signifie donc que l’auteur se sait condamné à passer de l’enfer terrestre à l’Enfer, et cela résonne avec le vers initial “As I walk through the valley of the shadow of death”.

 

Synthèse

Littérairement parlant, GANGSTA’S PARADISE est une des chansons les mieux écrites de tout le courant gangsta-rap, et – est-ce un hasard ? – un de ses plus grands succès commerciaux.

On le voit dès le début, ses vers réfèrent à l’écriture sacrée, à l’univers mystique et élevé de la foi, aux mystères existentiels et philosophiques de la vie et de la mort, bref, à des éléments nobles, bien loin du trash verbal des tubes de N.W.A. par exemple.

Ici, pas d’injures tous les trois mots, ni niggas ni bitches, ni racisme ni misogynie. Au contraire pour une fois les phrases sont longues et le discours très articulé à l’aide de liens logiques et de connecteurs circonstanciels, en témoigne par exemple la manière dont le premier couplet se construit en une longue phrase complexe :

  • As I walk…
  • I take a look…
  • Because…
  • That….
  • But…
  • Me…
  • You…
  • Or…
  • I… but…
  • As…

Si cette chanson diffère autant, stylistiquement, du gangsta-rap braillard, vulgaire et sans suite dans les idées, c’est aussi parce que son personnage principal semble au bout du rouleau, précocement écœuré de sa carrière de gangster, sombrant dans la déprime et le doute, faisant pencher le morceau du rap agressif vers le blues mélancolique.

Au même moment d’autres rappeurs font un choix similaire de renouveler le gangsta-rap en l’hybridant à d’autres sources, mais dans un sens radicalement opposé : après le blues du gangster qui a peur de la mort et songe à arrêter, Tupac et Dr Dre inventent avec CALIFORNIA LOVE la pop-rock du gangster heureux, festif et jouisseur.

Chanson Gangsta-rap
PDF, 135 pages
Catégories
Chanson rap Songwriting - Paroles de chansons anglo-saxonnes

Eminem – Lose Yourself – Paroles Traduction Analyse Interprétation

Eminem – Lose Yourself  (Te Perdre Toi-même)

Lose Yourself est un le premier chef d’oeuvre de la carrière d’Eminem, et son premier tube grand-public.

Nous allons lire les paroles, les traduire, puis les commenter en détails.

Intro

Look, if you had one shot or one opportunity
Regarde, si tu une chance ou une occasion
To seize everything you ever wanted in one moment
De mettre la main en un instant sur tout ce que tu as toujours voulu
Would you capture it or just let it slip?
Est-ce que tu la saisirais ou bien tu la laisserais passer ?
Yo

 

Couplet I

His palms are sweaty, knees weak, arms are heavy
Ses paumes sont en sueur, genous faibles, bras lourds
There’s vomit on his sweater already, mom’s spaghetti
Il y a déjà du vomi sur son tee-shirt, les spaghettis de maman
He’s nervous, but on the surface he looks calm and ready
Il est nerveux, mais en surface il a l’air calme et prêt
To drop bombs, but he keeps on forgettin’
A lâcher des bombes, mais il continue d’oublier
What he wrote down, the whole crowd goes so loud
Ce qu’il a écrit, tout la foule gronde si fort
He opens his mouth, but the words won’t come out
Il ouvre la bouche, mais les mots sortent pas
He’s chokin’, how, everybody’s jokin’ now
Il s’étouffe, comment, tout le monde se moque maintenant
The clocks run out, times up, over, blaow!
L’horloge sonne, le temps est écoulé, fini, bam !
Snap back to reality, oh there goes gravity, oh
Retour à la réalité, oh y’a la gravité, oh
There goes Rabbit, he choked, he’s so mad, but he won’t
Oh voilà Lapin, il s’est étouffé, il est fou de rage, mais va-t-il
Give up that easy? No, he won’t have it, he knows
Laisser tomber si facilement ? Non, il l’aura pas, il sait
His whole back’s to these ropes it don’t matter, he’s dope,
Dos dans les cordes, on s’en fout, il est de la dope
He knows that, but he’s broke, he’s so stagnant he knows
Il le sait, mais il est fauché, il stagne tellement il sait
When he goes back to his mobile home, that’s when its
Quand il rentre dans son mobil-home, c’est quand il est
Back to the lab again yo, this whole rhapsody
De retour au labo à nouveau, toute cette rhapsodie
He better go capture this moment and hope it don’t pass him
Il ferait mieux d’aller saisir ce moment et espérer ne pas le rater
You better lose yourself in the music, the moment
Tu ferais mieux de te perdre dans la musique, le moment
You own it, you better never let it go
Tu le tiens, tu ferais mieux de jamais le laisser filer
You only get one shot, do not miss your chance to blow
Tu n’as qu’une chance, ne manque pas ton occasion de briller
This opportunity comes once in a lifetime, yo
Cette occasion se présente une fois dans une vie, ouais
(bis)

Couplet II

The souls escaping, through this hole that its gaping
Les âmes s’échappent, par ce trou béant
This world is mine for the taking, make me king
Ce monde est à moi par conquête, faites-moi roi,
As we move toward a New World Order
Pendant qu’on va vers un nouvel ordre du monde
A normal life is borin’, but super stardom’s
Une vie normale est chiante, mais la superstaritude
Close to post mortem, it only grows harder,
Est proche du post-mortem, ça ne fait que devenir plus dur,
Homie grows hotter, he blows, it’s all over
Voisine devient plus chaude, il explose, c’est fini
These hoes is all on him, coast to coast shows,
Ces putes sont partout autour de lui, des shows d’une côte à l’autre
He’s known as the globetrotter, lonely roads,
On l’appelle le globe-trotter, rues solitaires
God only knows, he’s grown farther from home, he’s no father
Dieu seul sait, il a grandi loin de chez lui, il n’est pas père
He goes home and barely knows his own daughter
Il rentre chez lui et connait à peine sa fille
But hold your nose ’cause here goes the cold water
Mais soigne ton nez passke voilà l’eau froide
His hoes don’t want him no mo’, he’s cold product
Ses putes n’en veulent p’us, produit périmé
They moved on to the next schmo who flows,
Elles sont passées au prochain Duschnock qui rappe
He nose-dove and sold nada so the soap opera
Il pique du nez et n’a rien vendu alors le feuilleton à deux sous
Is told and unfolds, I suppose it’s old partner,
est raconté et se dévoile, je suppose que c’est de vieux partenaires
But the beat goes on da da dumb da dumb da da
Mais le beat continue

Refrain

You better lose yourself in the music, the moment
You own it, you better never let it go
You only get one shot, do not miss your chance to blow
This opportunity comes once in a lifetime you better
[x2]

Couplet III

No more games, I’ma change what you call rage
Fini de jouer, J’vais changer ce que vous appelez la rage
Tear this motherfuckin’ roof off like two dogs caged
Déchirer ce putain de toit comme deux chiens en cage
I was playin’ in the beginnin’, the mood all changed
J’était encore jouasse au début, mon humeur a totalement changé
I been chewed up and spit out and booed off stage
Je me suis fait mâcher et cracher et huer hors de scène
But I kept rhymin’ and stepwritin’ the next cipher
Mais j’ai continué à rimer et rédiger le prochain manuscrit
Best believe somebody’s payin’ the Pied Piper
Le plus probable c’est que quelqu’un a payé le Joueur de flûte
All the pain inside amplified by the
Toute la douleur intérieure amplifiée par le
Fact that I can’t get by with my nine to
Fait que je peux pas m’en sortir avec mon cinq à
Five and I can’t provide the right type of
Neuf et je peux pas fournir le bon type de
Life for my family ’cause man, these God damn food stamps don’t buy diapers
Vie pour ma famille parce que mec, ces putain de bons alimentaires payent pas les couches
And its no movie, there’s no Mekhi Phifer
Et c’est pas un film, y’a pas de Mekhi Phifer
This is my life and these times are so hard
C’est ma vie et les temps sont si durs
And it’s getting even harder tryin’ to feed and water my seed, plus
Et c’est encore plus dur d’essayer de nourrir et arroser ma graine, plus
See dishonor caught up between bein’ a father and a prima-donna
Voir le déshonneur d’être coincé entre être un père et une Prima Donna
Baby mama drama screamin’ on her
Bébé maman drama lui hurlant dessus
Too much for me to want to say in one spot,
Trop à dire pour moi d’un coup,
Another day of monotony has gotten me to the point,
Un autre jour de monotonie m’a amené au bon endroit
I’m like a snail I’ve got
Je suis comme un escargot je dois
To formulate a plot or end up in jail or shot
Formuler une intrigue ou finir en prison ou buté
Success is my only motherfuckin’ option, failure’s not
Le succès est ma seule putain d’option, pas l’éche
Mom, I love you, but this trailer has got to go,
Maman, je t’aime, mais cette caravane doit dégager
I cannot grow old in Salem’s lot
Je peux pas grandir dans le lotissement de Salem
(Salem’s lot: Titre d’un roman de Stephen King, où des vampires envahissent une petite ville)
So here I go is my shot, feet fail me not
Donc j’y vais c’est mon tour, pieds ne me laissez pas tomber
’cause maybe the only opportunity that I got
passke c’est ptet la seule opportunité que j’aie

Refrain

You better lose yourself in the music, the moment
You own it, you better never let it go
You only get one shot, do not miss your chance to blow
This opportunity comes once in a lifetime you better
[x2]

You can do anything you set your mind to, man
Tu peux faire n’importe quoi pourvu que tu le décides, mec

 

Cette page est extrait de nos analyses de chansons de rap américain.