Accueil » Blog » Analyses d'histoires » Songwriting - Paroles de chansons anglo-saxonnes » Eminem – 97′ Bonnie & Clyde – Paroles, traduction et analyse

Eminem – 97′ Bonnie & Clyde – Paroles, traduction et analyse

Eminem – 97′ Bonnie & Clyde – Paroles, traduction et analyse

97′ Bonnie & Clyde, berceuse criminelle, raconte comment un père qui vient d’assassiner sa femme va tranquillement, accompagné de sa fillette, jeter le corps dans un lac.

C’est l’une des analyses de chansons proposées dans le PDF Songwriting, analyses de chansons en anglais.

Songwriting, analyses de chansons en anglais
PDF, …pages

Vidéoclip

Analyse et signification des paroles

Prologue

Pendant les 36 premières secondes, on entend exactement les mêmes bruitages que dans l’épilogue de « Kim »: des cigales dans la nuit, un corps inerte transporté sur le sol, une voiture qui passe sans s’arrêter, des clés qui ouvrent le coffre et le corps qui est placé dedans.

Baby your da-da loves you (hey)
Bébé ton papa t’aime (hé)
And I’m always be here for you (hey)
Et je serai toujours là pour toi (hé)
No matter what happens
Quoi qu’il arrive
You’re all I got in this world
Tu es tout ce que j’ai dans ce monde
I would never give you up for nothing
Je ne te laisserai tomber pour rien au monde
Nobody in this world is ever gonna keep you from me
Rien ne pourra me séparer de toi
I love you
Je t’aime

Exposition. La situation initiale de « 97′ Bonnie and Clyde » est exactement identique à la situation finale de « Kim ». Mais « 97′ Bonnie and Clyde » est sortie avant « Kim » – en fait, elle est même sortie avant l’album « The Slim Shady EP » qui est comme le brouillon du premier long album qui a rendu Eminem célèbre : « The Slim Shady LP ».

Distribution de l’information. Ici la réception et l’interprétation de la chanson vont varier suivant que l’auditeur/auditrice connait déjà « Kim » ou pas. S’il le connait, il sait que le père-chanteur vient de tuer la mère. S’il ne le sait pas déjà, il devra et pourra le deviner tout au long de cette chanson-ci.

A noter que ce genre de liens narratifs entre chansons différentes est très rare dans l’histoire de la musique. En connaissez-vous d’autres exemples ? Cela arrive surtout dans des albums-concepts, comme The Wall de Pink Floyd.

Refrain

De la seconde 36 à la seconde 57, la chanson s’ouvre sur le refrain :

Just the two of us, just the two of us
Rien que tous les deux, rien que tous les deux
Just the two of us, just the two of us
Just the two of us, just the two of us
Just the two of us, just the two of us

Contraste entre la voix d’un adulte et celle d’un bébé, mais harmonie entre le père aimant et l’enfant innocent.

Couplet 1

Le style musical des couplets sonne plutôt tranquille, idyllique, presque romantique. Pas de beat violent comme dans « Kim », mais du bel orgue et d’autres instruments dans le fonds, et de nombreux samples de la voix infantile d’Hailie qui produisent un charmant effet de réalisme. Cette orchestration en harmonie avec les paroles contraste violemment avec leur sens profond.

C’mon Hai-Hai, we goin’ to the beach
Allez viens Hai-Hai, on va à la plage

Structure : Acte I. Le départ pour la plage forme le déclencheur qui nous informe sur les buts du Héros. On ne sait pas encore pourquoi il veut aller à la plage avec sa fille et sa femme morte…

Grab a couple of toys and let da-da strap you in the car seat
Attrape deux-trois jouets et laisse papa t’attacher dans le siège bébé

Début du développement, Acte II. Les voilà partis en expédition.

Oh where’s mama? She’s takin a little nap in the trunk
Oh où est maman ? Elle fait une petite sieste dans le coffre
Oh that smell (whew!) da-da musta runned over a skunk
Oh quelle odeur (whew!) papa a dû rouler sur un putois

Une blague bien noire… l’assassin se moque de sa victime et la compare à un animal puant devant sa fille – c’est violent! (Au passage, cette blague buggue: ce n’est pas réaliste, qu’un corps mette seulement 10 minutes à sentir ; même par temps chaud, la décomposition prend plusieurs heures…)

La fausse et étrange « information » comme quoi la mère « dort dans le coffre » met la puce à l’oreille à l’auditeur, qui en comprend plus que le bébé. Nous seuls, dans le public, témoins impuissants, pouvons comprendre le sens réel de ce que le père dit à sa fille, son double-sens. Toute la chanson repose sur cette ironie dramatique.

Now I know what you’re thinkin’, it’s kinda late to go swimmin’
Maintenant je sais ce que tu penses, il est un peu tard pour aller nager
But you know your mama, she’s one of those type of women
Mais tu sais ta maman, elle est ce genre de femme
that do crazy things, and if she don’t get her way, she’ll throw a fit
qui fait des folies, si elle est pas contente elle tape la crise

La remarque à propos de Kim qui « fait des folies » sonne avec une ironie cocasse, parce que ses propres folies – tuer sa femme, se moquer du cadavre, en rire devant sa fille – sont largement pires que ce qu’il reprochait à Kim. Ce type d’humour établit une connivence spéciale entre le chanteur et son public. On partage ses secrets, ses paradoxes.

Don’t play with da-da’s toy knife, honey, let go of it (no!)
Ne joue pas avec le couteau de papa, chérie, lâche ça (non !)
And don’t look so upset, why you actin bashful?
Et n’ait pas l’air aussi énervée, pourquoi tu fais ça ?
Don’t you wanna help da-da build a sand castle? (yeah!)
Tu veux pas aider papa à faire un château de sable ? (ouais !)
And mama said she wants to show how far she can float
Et maman a dit qu’elle nous montrerait comment elle sait flotter loin

Cela rend le but plus clair : le Héros va au lac pour se débarrasser du corps de Kim.

And don’t worry about that little boo-boo on her throat
Et ne t’inquiète pas au sujet de ce bobo sur sa gorge
It’s just a little scratch, it don’t hurt
C’est juste une petite égratignure, ça fait pas mal,
Her was eatin dinner while you were sweepin and spilled ketchup on her shirt
Elle a mangé pendant que tu faisais dodo et elle a renversé du ketchup sur son chemisier

Humour noir à nouveau. L’explication mensongère sonne bouffonne, on le sait, et on sait aussi qu’Hailie ne peut pas comprendre ; horreur comique.

En passant, il y a une erreur de script ici : puisque le père conduit et puisque le bébé a été attaché sur son siège, comment peuvent-ils discuter de la gorge et du chemisier de la mère alors qu’elle a été enfermée dans le coffre au début de la chanson (« Oh where’s mama? She’s takin a little nap in the trunk ») ? C’est incohérent. Même les plus grands font des erreurs…

Mama’s messy isn’t she? We’ll let her wash off in the water
Maman est cracra pas vrai ? On va la laver dans l’eau
and me and you can play by ourselves, can’t we?
Et toi et moi on jouera tous les deux, pas vrai ?

Ces vers partent simultanément dans deux directions contradictoires : le vers sur maman qu' »on va laver » continue de dissimuler la vérité à propos du meurtre, tandis que la manière dont le père s’occupe de sa fille semble appropriée et admirable. Vous mesurez le contraste énorme entre ces deux attitudes.

Bien, donc à la fin de ce refrain on a tous les éléments d’une intrigue normalement constituée : un Héros identifié, avec un but clair et réalisable. Aucun Antagoniste en vue par contre. Il existe des Antagonistes implicites, à qui le public peut penser – la police, la justice – mais les paroles n’en font aucune mention, n’actualisent pas cette possibilité. Donc pour l’instant le pronostic est bon : il semble probable que le but puisse être atteint, la chanson ne repose pas du tout sur un suspense à ce propos. Formellement, c’est une intrigue tout à fait banale… qui raconte un truc incroyable.

Refrain

Just the two of us, just the two of us
Rien que tous les deux, rien que tous les deux
And when we ride!
Sur la route !
Just the two of us, just the two of us
Rien que tous les deux, rien que tous les deux
Just you and I!
Rien que toi et moi !

« Rien que tous les deux » veut bien sûr dire « sans la mère » : cela sonne à la fois romantique et dégoûtant. Ambivalence ! Exactement comme dans le refrain de Kim, qui mêle amour et haine.

Couplet 2

See honey, there’s a place called heaven and a place called hell
Tu vois chérie, il y a un lieu nommé paradis et un lieu nommé enfer
A place called prison and a place called jail
Un lieu nommé prison et un lieu nommé maison d’arrêt
And da-da’s probably on his way to all of ’em except one
Et papa est probablement en route vers tous ces lieux sauf un

Petit passage non-narratif mais discursif, qui exprime les enjeux de la situation et laisse apercevoir un Antagoniste, la justice.

Cause mama’s got a new husband and a stepson
Parce que maman a un nouveau mari et un beau-fils
And you don’t want a brother do ya? (Nah!)
Et tu veux pas de frère, si ? (Nan !)

Voilà qui nous donne une explication à propos du petit garçon de 4 ans égorgé dans les paroles de Kim : il est le fils de l’homme avec qui Kim a trompé Eminem.

Du coup, le public comprend aussi la motivation du crime passionnel : la jalousie.

Toutes ces infos complètent celles de l’Acte I, sans le faire bouger d’un pouce, confirmant que cette chanson-ci repose d’abord sur la force de sa situation extrêmement contrastée, et pas sur les surprises de son développement narratif, très calme.

Pendant ce temps, c’est implicite mais une action évoquée plus haut s’accomplit : on rôle vers un lac.

Maybe when you’re old enough to understand a little better,
Peut-être que quand tu seras assez grande pour comprendre un peu mieux
I’ll explain it to ya
Je t’expliquerai tout
But for now we’ll just say mama was real real bad
Mais pour l’instant on va juste dire que maman a été très très méchante

Ce vers nous informe sur l’état d’esprit du Héros : il ne se sent pas coupable et pense être capable d’expliquer son acte plus tard, comme si ce n’était pas un crime mais la bonne chose à faire.

She was being mean to dad and made him real real mad
Elle a été méchante avec papa et l’a mis très très en colère
But I still feel sad that I put her on time-out
Mais je suis toujours triste de l’avoir mise sur la touche

Figure de style : un énorme euphémisme, décrivant un meurtre comme une simple « mise sur la touche ».

Sit back in your chair honey, quit tryin’ to climb out (Wah!)
Rassieds-toi dans ta chaise chérie, arrête d’essayer de grimper (wah !)

On revient à l’action en cours, relativement passive et sans intérêt, de rouler ; comme il n’y a rien de spécial à en dire, on zoome sur ce qui se passe dans la voiture et on remet le focus sur le bébé. Les bébés plaisent universellement, ils vendent de l’électricité, des yaourts, des valeurs morales, le futur. (Voir comment des cris de bébés sont utilisés très fréquemment dans Le Parrain pour tendre l’ambiance !) Un bébé qui gazouille entre le cadavre de sa mère et l’assassin papa-poule, c’est fascinant en soi – peu d’auteurs l’avaient osé.

I told you it’s okay Hai-Hai, wanna ba-ba?
Je t’ai dit que tout va bien Hai-Hai, tu veux ton doudou ?
Take a night-night? Nan-a-boo, goo-goo ga-ga?
Faire dodo ? areu-areu ?
Her make goo-goo ca-ca? Da-da change your dia-dee
Elle a fait un gros caca ? Papa change ta couche
Clean the baby up so her can take a nighty-nighty
Lave le bébé pour qu’elle puisse faire dodo
Your dad’ll wake her up as soon as we get to the water
Ton papa te réveillera quand on sera près de l’eau
97′ Bonnie and Clyde, me and my daughter
Bonnie and Clyde 97, moi et ma fille

Craquant, ce petit manège. Le contraste thématique irréconciliable entre la mort et l’enfance, la tendresse et la haine simultanées, cette schizophrénie des sentiments nous tient en haleine.

Refrain

Just the two of us, just the two of us
And when we ride!
Just the two of us, just the two of us
Just you and I!

(bis)

Couplet 3

Wake up sweepy head we’re here, before we play
Réveille-toi petite tête endormie on y est, avant d’aller jouer

Le couplet 1 s’ouvrait sur le départ, le 2 faisait le trajet, le 3 s’ouvre sur l’arrivée. Voilà un découpage de l’action tout à fait limpide. 

We’re gonna take mama for a little walk along the pier
On va emmener maman faire une petite balade sur la jetée
Baby, don’t cry honey, don’t get the wrong idea
Bébé, ne pleure pas chérie, ne te fais pas de fausse idée
Mama’s too sweepy to hear you screamin’ in her ear (ma-maa!)
Maman a trop sommeil pour t’entendre crier dans son oreille

Malin : ton en s’adressant à sa fille au discours direct, Eminem arrive à nous décrire la scène : la petite fille a découvert sa mère morte, s’est mise à pleurer et crier dans l’oreille de sa mère, donc le père réagit pour lui faire croire quelque chose de moins scabreux.

That’s why you can’t get her to wake, but don’t worry
T’arriveras pas à la réveiller, mais t’inquiète pas
Da-da made a nice bed for mommy at the bottom of the lake
Papa a fait un joli lit pour maman au fond du lac

Encore un séduisant euphémisme pour embellir l’horreur, travestir la vérité.

Here, you wanna help da-da tie a rope around this rock? (yeah!)
Tiens, tu peux aider papa à attacher une corde à ce rocher ? (ouais !)
We’ll tie it to her footsie then we’ll roll her off the dock
On va l’attacher à sa cheville, et on la fera rouler sur le quai

Là on atteint le sommet du cynisme : un mari criminel demandant à sa fille de 2 ans de l’aider à se débarrasser du cadavre de sa mère, c’est évidemment d’une force dramatique remarquable.

Structure : la crise s’ouvre, le but va s’accomplir car il n’y a toujours aucun Antagoniste concret.

Ready now, here we go, on the count of free..
Prête ? On y va, je compte jusqu’à trois…
One, two, free, WHEEEEEE! (splash noise)
Un, deux, trois, WHEEEEE ! (bruit d’éclaboussures)

Structure : climax – le but est atteint, le Héros a rempli sa mission.

Le jeu de mots en anglais entre one-two-three et one-two-FREE sonne marrant. Il confirme que le Héros voit son acte comme libérateur et positif, pas comme un crime.

Bruitage : l’hyperréalisme des différents bruits qu’on peut entendre au fil de la chanson ajoute une couche d’humour noir. Sur des paroles déjà assez explicites, ils soulignent cruellement certains détails triviaux de la situation.

There goes mama, spwashin in the wata
Voilà maman qui fait mumuse dans l’eau
No more fightin’ with dad, no more restraining order
Plus de disputes avec papa, plus d’injonctions judiciaires
No more step-da-da, no more new brother
Plus de beau-père, plus de nouveau frère
Blow her kisses bye-bye, tell mama you love her (mommy!)
Envoie-lui des bisous, dis à maman que tu l’aime (maman !)

Une scène touchante, habituellement…

Now we’ll go play in the sand, build a castle and junk
Maintenant on va jouer dans le sable, faire un château

C’est le but secondaire qui se réalise : jouer ensemble, rien que tous les deux. Le succès est donc total, le plan a parfaitement fonctionné, happy end pour l’assassin.

But first, just help dad with two more things out the trunk
Mais d’abord, aide papa avec deux-trois autres trucs dans le coffre

On liquide juste les dernières preuves…

Refrain

Just the two of us, just the two of us
And when we ride!
Just the two of us, just the two of us
Just you and I!

(bis)

Just the two of us, just the two of us
Just the two of us, just the two of us

Rien de neuf.

Épilogue

Just me and you baby
Rien que toi et moi bébé
Is all we need in this world
C’est tout ce qu’il nous faut en ce monde
Just me and you
Rien que toi et moi
Your da-da will always be there for you
Ton papa sera toujours là pour toi
Your da-da’s always gonna love you
Ton papa t’aimera toujours
Remember that
Rappelle-toi de ça
If you ever need me I will always be here for you
Si jamais tu as besoin de moi je serai toujours là pour toi
If you ever need anything, just ask
Si tu as besoin de quoi que ce soit, demande
Da-da will be right there
Papa sera là près de toi
Your da-da loves you
Ton papa t’aime
I love you baby
Je t’aime bébé

Cette touchante déclaration d’amour parental boucle la boucle commencée dans le prologue.

Commentaire

Combien d’intrigues dans cette chanson ?

Une seule intrigue simple et linéaire, qui raconte comment un père et son bébé font un trajet en voiture jusqu’à un lac pour y jeter le corps de la mère assassinée.

Combien de personnages ?

3 personnages actantiels:

  • Héros: le père criminel mais aimant. Avatar de Marshall Mathers, a.k.a. Eminem.
  • Aide du Héros – très ponctuellement : Hailie.
  • Antagoniste : Kim. Même morte, Kim est un personnage actantiel parce qu’elle est la source du problème du Héros. En tant que cadavre, elle pourrait être trouvée par la police ou un voisin. Elle n’a aucun but, aucun moyen d’attaque ou de défense, mais sa simple existence constitue un danger vital pour l’assassin.

2 autres personnages sont juste évoqués :

  • L’homme avec qui Kim a eu une relation (on le sait par la chanson Kim).
  • Son fils de 4 ans, potentiel beau-frère de Hailie (même source).
  • La structure des personnages est donc très minimale.

Synthèse comparative : Kim, 87 Bonnie & Clyde, Stan

Kim, 97 Bonnie & Clyde, Stan : trois chansons d’amour-haine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *