Accueil » Blog » Analyses d'histoires » Paroles de chansons françaises » Renaud – Marche à l’ombre – Analyse des paroles

Renaud – Marche à l’ombre – Analyse des paroles

Chanson française
PDF, 176 pages

Story&Drama analyse les paroles de la chanson Marche à l’ombre de Renaud, tranche de la vie rocambolesque d’un petit loubard bagarreur.

Clip

Paroles

1

Quand l’ baba cool cradoque
Est sorti d’ son bus Volkswagen
Qu’il avait garé comme une loque
Devant mon rad’
J’ai dit à Bob qu’était au flipp’
« Viens voir le mariole qui s’ ramène
Vise la dégaine !
Quelle rigolade ! »

Patchouli Pataugas
Le Guide du Routard dans la poche
Aré Krishna à mort
Cheveux au henné
Oreilles percées
Tu vas voir qu’à tous les coups
Y va nous taper cent balles
Pour s’barrer à Katmandou
Ou au Népal

Avant qu’il ait pu dire un mot
J’ai chopé l’mec par l’paletot

Refrain

Et j’ ui ai dit « Toi tu m’fous les glandes
Pis t’as rien à foutre dans mon monde
Arrache-toi d’là t’es pas d’ma bande
Casse-toi tu pues
Et marche à l’ombre »

2

Une p’tite bourgeoise bêcheuse
Maquillée comme un carré d’as
A débarqué dans mon gastos
Un peu plus tard
J’ai dit à Bob qu’était au flipp’
« Reluque la tronche à la pouffiasse
Vise la culasse
Et les nibards  »

Collants léopards homologués chez SPA
Monoï et Shalimar
Futal en skaï comme Travolta
Qu’est ce qu’è vient nous frimer la tête
Non mais ess’ croit au Palace
J’ peux pas sacquer les starlettes
Ni les blondasses

Avant qu’elle ait bu son cognac
J’ l’ai chopée par le colback

Refrain

Et j’ui ai dit « Toi tu m’fous les glandes
Pis t’as rien à foutre dans mon monde
Arrache-toi d’là t’es pas d’ma bande
Casse-toi tu pues
Et marche à l’ombre »

3

Un p’tit Rocky barjot
Le genre qui s’est gouré d’ trottoir
Est v’nu jouer les Marlon Brando
Dans mon saloon
J’ai dit à Bob qu’avait fait tilt
« Arrête j’ai peur c’est un blouson noir
J’veux pas d’histoires
Avec ce clown »

Derrière ses pauvr’ Ray-Ban
J’vois pas ses yeux
Et ça m’énerve
Si ça s’ trouve i’m regarde
Faut qu’il arrête sinon j’le crève
Non mais qu’est ce que c’est qu’ce mec
Qui vient user mon comptoir
L’a qu’à r’tourner chez les Grecs
Se faire voir

Avant qu’il ait bu son viandox
J’ l’ai chopé contre l’ juke-box

Refrain

Et j’ui ai dit « Toi tu m’fous les glandes
Pis t’as rien à foutre dans mon monde
Arrache-toi d’là t’es pas d’ma bande
Casse-toi tu pues
Et marche à l’ombre »

4

Pis j’ me suis fait un punk
Qu’avait pas oublié d’être moche
Et un intellectuel en Loden genre Nouvel Obs’
Quand Bob a massacré l’ flipper
On n’avait plus une tune en poche
J’ai réfléchi
Et j’ me suis dit

« C’est vrai que j’ suis épais
Comme un sandwich SNCF
Et qu’ demain j’ peux tomber
Sur un balaise qui m’casse la tête
Si c’ mec-là me fait la peau
Et que j’crève la gueule sur l’comptoir
Si la mort me paye l’apéro
D’un air vicelard

Avant qu’è m’emmène voir là-haut
Si y’a du monde dans les bistrots

Refrain

J’ui dirai  » Toi tu m’fous les glandes
Pis t’as rien à foutre dans mon monde
Arrache-toi d’là t’es pas d’ma bande
Casse-toi tu pues
Et marche à l’ombre »

Analyse

Marche à l’ombre raconte une histoire en 5 intrigues : le même chanteurnarrateurHéros-voyou nous raconte comment il a chassé 5 clients différents du bar qu’il fréquente.

Chacun des couplets fait le portrait satirique et caricatural d’une sorte d’ennemi social du loubard :

  • un baba cool cradoque
  • une p’tite bourgeoise bêcheuse
  • un p’tit Rocky barjot
  • un punk et un intellectuel
  • le balaise sur qui il pourrait tomber un jour.

Le plan, le scénario typique de ces portraits se répète :

  • un intrus se présente, sommairement décrit par le loubard
  • le loubard interpelle son ami Bob qui joue au flipper
  • le loubard fait des commentaires négatifs sur l’intrus
  • le loubard s’échauffe puis saute sur l’intrus
  • et lui ordonne de quitter les lieux.

Ces scénarios-type de rencontres au bar fréquenté par ce loubard, racontent indirectement une autre histoire : celle d’un moment passé par ce loubard dans le bar, à se monter la tête contre diverses personnes. Le caractère répétitif de chaque intrigue d’agression gratuite, assez comique en soi, en accentue encore l’effet : ce minable qui ne trouve rien d’autre à faire que d’agresser des gens apparaît de plus en plus seul, isolé.

La structure de Marche à l’ombre inverse exactement celle de Laisse béton, qui raconte comment le chanteur-loubard se fait détrousser ses bottes puis son blouson puis sa mobylette par 3 agresseurs successifs. Elle fonctionnait comme la célèbre chanson de Brel, Les Bonbons, grand succès dont Brel fit une suite plus tard. Dans la première version, une vieille radine vient faire un cadeau vache à une autre qu’elle n’aime pas, et dans la version réécrite cette même vieille déçue, aigrie, mécontente de leur amitié, vient cette fois reprendre ses bonbons ! Bref, c’est la forme musicale des sagas et feuilletons en littérature, en bande dessinée, en cinéma, en séries télé.

Marche à l’ombre fonctionne donc en clin d’œil par rapport à Laisse béton, et montre un homme qui n’a pu évoluer que du statut de victime à celui d’agresseur : il est resté prisonnier du cercle vicieux de la violence.

La structure de Marche à l’ombre est vraiment intéressante et très efficace. Avez-vous déjà remarqué ? Le…

Lire la suite de l’analyse des paroles dans le PDF Chanson française

Analyse chanson française
PDF, 176 pages

Ou l’analyse de Morgane de toi, de Renaud

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *