Catégories
Uncategorized

Noir Désir – Joey – signification et interprétation des paroles

Chanson française
PDF, 176 pages

Story&Drama analyse les paroles mystérieuses et lugubres de la chanson Joey du groupe Noir Désir, le portrait d’un anti-Héros suicidaire.

Clip de Noir Désir Joey

Paroles de Noir Désir Joey

1

Joey est affalé, tournant les mouches
Le souffle du soir aime comme il tord la bouche
Il y a trois déserts a traverser encore
Et une pendaison à réussir d’abord
Quelle étrange pensée a…
Joey

2

Tu dormais Joey ou étais-tu éveillé
Penses-tu quitter la vie sans t’en aller
Si ton corps se balance, verras-tu plus loin
Ou est-ce de la transe, dont tu as besoin ?
Quelle étrange pensée a…
Joey

3

Assassiner son frère
Envahir l’Asie
Sauver la race humaine
Servir un mezcal
Oh oublier son nom…
Joey

4

Joey a traversé tous les souterrains
Les nymphes et la folie glissées sous ses reins
Va-t’il revenir là dans le corps d’un chat
Serait-ce pour ce soir ou serait-ce pour une autre
Serait-ce pour ce soir ou serait-ce pour une autre… fois ?

Analyse des paroles de Joey

Voilà une curieuse chanson. Elle est très courte, présente un aspect relativement régulier en 4 couplets bien sages. Pourtant elle pose de multiples problèmes d’interprétation. Suivons-la ligne à ligne pour essayer de mieux en saisir tout le sens.

1

Joey est affalé, tournant les mouches

On fait connaissance avec ce Joey, sans qu’on sache de qui il s’agit. Il semble familier au narrateur qui en parle de manière omnisciente : contrairement à beaucoup d’autres paroles qui cherchent à établir le contact par un tu ambigu toujours un peu chargé d’impliquer le spectateur même quand il désigne un personnage bien identifié, ces paroles-ci montrent d’abord une distance objective avec le personnage principal. Le fait qu’il soit affalé, occupé à ne rien faire, peut jouer le rôle d’exposition et on s’attend donc à ce qu’un déclencheur le mette en mouvement.

L’expression tournant les mouches n’est pas claire. Cela signifie-t-il occupé à faire tourner les mouches ? ou filmant les mouches ? L’idée sonne absurde et confuse, ce qui constitue finalement une excellent manière de nous transmettre quelque chose de l’état de conscience de ce Héros étrange.

Le souffle du soir aime comme il tord la bouche

La tournure de la phrase rend le souffle du soir actif et Joey passif, ce qui semble contredire sa possible implication en tant que Héros.

Le fait que le souffle du soir soit décrit comme capable d’aimer, anthropomorphise ce souffle du soir et en fait quasiment un personnage.

Le fait que Joey tord la bouche peut être ressenti comme un signe de souffrance ou de dégoût.

Il y a trois déserts a traverser encore

Cette perspective a l’aspect d’un projet d’intrigueMais, on ne voit pas pourquoi il faudrait traverser ces déserts, et le fait qu’il y en ait trois apparaît anormal, disproportionné, trop épique pour être vrai : au maximum, on traverse un désert et c’est déjà beaucoup si on y survit.

L’expression trois déserts à traverser doit aussi être lue en référence à l’expression traversée du désert qui désigne un moment difficile, une épreuve de la vie. Du coup, l’ambiguïté nous emmène rêver sur deux tableaux, un imaginaire visuel, nomade, au sens littéral, et une sensation plus abstraite de vécu pénible, au sens métaphorique. Tout cela génère une drôle d’espace mental, complexe, hétéroclite, et quelque peu résistant à la compréhension claire et limpide.

Il y a… La tournure de phrase très distante et très objective contraste fortement avec la personnalisation précédente du souffle du soir.

Et une pendaison à réussir d’abord

Cette information nous trouble encore plus. Elle ajoute une action au programme des tâches en cours, mais à nouveau, sans donner suffisamment de précisions, elle soulève donc plus de questions qu’elle n’en résout : pendre qui ? pourquoi ? de quel droit ?

Quelle étrange pensée a…
Joey

On sait donc que Joey a une étrange pensée. Sans savoir laquelle, ce qui nous invite à l’imaginer sans nous avoir donné assez d’éléments pour reconstruire une pensée crédible. Cette pensée est donc à la fois désignée et cachée.

2

Tu dormais Joey ou étais-tu éveillé

Le ton change, le narrateur s’adresse maintenant directement au personnage central, qui n’est toujours pas vraiment un Héros.

La question sonne étrange… on pose rarement ce genre de question à quelqu’un. On ne demande Hé, tu dors ou quoi ? que par ironie. Le fait que la question soit posée laisse penser que ce Joey pourrait avoir un comportement de somnambule par exemple.

La question pourrait également faire référence au célèbre passage d’Hamlet où il est question de suicide et du sens de la mort : le néant, ou un sommeil sans rêves ? être, ou ne pas être ? Mourir… dormir, rien de plus… écrivait Shakespeare.

Penses-tu quitter la vie sans t’en aller

Cette question pourrait passer pour la révélation du contenu des pensées de Joey évoquées plus haut. Elle colle avec le registre shakespearien et le thème du suicide.

Il reste difficile d’imaginer des manières réalistes et concrètes de quitter la vie sans t’en aller. Les mots sont simples mais le sens résiste – au point qu’on en attend presque la Libération 🙂

Si ton corps se balance, verras-tu plus loin

On a du mal à relier les vers entre eux, ils nous donnent l’impression de sauter brusquement d’idée en idée sans que les liens soient évidents.

L’expression si ton corps se balance semble incorrecte et ambiguë : elle pourrait vouloir dire, si ton corps se jette dans le vide, ou également si ton corps se balance d’avant en arrière ou de droite à gauche, un peu comme un autiste, ou encore si ton corps se balance au bout d’une corde, bref, si tu es malade et suicidaire.

Ou est-ce de la transe, dont tu as besoin ?

Personne ne peut le savoir. Là encore, on ne nous a pas donné assez d’information pour répondre, alors qu’on nous pose une question fondamentale à propos des besoins profonds du personnage central.

Quelle étrange pensée a… Joey

Cette étrange pensée revient sans qu’on puisse savoir si c’est exactement la même que celle du couplet précédent.

En tout cas, les paroles, sans qu’on soit sûrs de rien, viennent de nous laisser penser à toute une série d’idées noires : être affalé, tordre la bouche de souffrance, traverser 3 déserts, pendre quelqu’un, se jeter dans le vide, être autiste… Elles viennent également d’enchaîner 5 questions qui ont semé le doute et la confusion.

3

Assassiner son frère
Envahir l’Asie
Sauver la race humaine
Servir un mezcal
Oh oublier son nom… Joey

Ce troisième couplet accélère soudain l’action. Coup sur coup, 5 actions frappent l’auditeur, les 3 premières dans un crescendo épique, les deux dernières dans un soudain decrescendo de sens qui sonne presque comique par contraste : se servir un verre juste après avoir tué son frère, envahi tout un continent et sauvé le genre humain, rien que ça !

On retrouve dans les propriétés thématiques de cette liste de hauts faits la même disproportion ambiguë que dans l’expression trois déserts à traverser.

Pourtant, rien n’est fait. Les verbes restent conjugués à l’infinitif. Personne ne les réalise, ils restent virtuels, abstraits.

4

Joey a traversé tous les souterrains

Le mot traverser rappelle justement les déserts à traverser. Mais le lieu a bien réduit en taille. Les déserts n’étaient-ils en fait que des souterrains, métamorphosés par l’imagination d’un fou ?

En tout cas, pour la première fois dans ce texte, une action a été accomplie et elle est racontée au passé composé.

Les nymphes et la folie glissées sous ses reins

Pour la folie on savait, pour les nymphes, on se demande comment elles sont arrivées là. Quelles nymphes ? Qu’est-ce qu’une nymphe ? Nouvelle énigme.

Va-t-il revenir là dans le corps d’un chat

Encore une fois : c’est difficile à dire, personne ne peut le savoir.

Le projet de revenir dans le corps d’un chat – après sa mort ? – sonne beau, romantique, excentrique, humble… et bizarre.

Serait-ce pour ce soir ou serait-ce pour une autre

Cette formulation pose une alternative : soit c’est pour ce soir (mais quoi, c’est ?), soit c’est pour une autre (mais quoi, et une autre quoi ? une autre femme, peut-être ? On est tenté de compléter ainsi naturellement, mais on s’y sent empêchés car la chanson ne parle pas d’amour du tout et n’évoque aucune femme).

Serait-ce pour ce soir ou serait-ce pour une autre… fois ?

La reprise du vers complété par le mot fois vient finir de construire le sens, mais d’une manière qui résiste toujours à l’interprétation : soit c’est pour ce soir, soit c’est pour une autre fois : d’accord, mais quoi ??? On pourrait répondre, sans garantie de justesse : le suicide de Joey est pour ce soir ou pour une autre fois.

Conclusion

On le voit cette chanson fait énormément de mystères, elle parle une langue française modifiée, elle accumule les ambiguïtés, les fautes créatrices de sens multiples dont certains sont des fulgurances et d’autres des impasses.

Le thème du suicide hante toute la chanson sans jamais qu’il en soit question directement.

Une atmosphère morbide est construite touche par touche, éléments et étapes du déroulement d’une histoire qui n’a pas vraiment lieu et qui reste virtuelle, en partie imaginaire et mentale :

  • Joey est affalé – déprimé, en bas de la courbe de la vie
  • Il souffre
  • Il n’a aucune perspective viable, qu’une succession de déserts
  • Il a envie de se pendre
  • Il se pose des questions sur la vie et la mort, il doute
  • Il a l’idée de grands projets qu’il ne réalise pas
  • Il a tout fait, il est comme déjà-mort, va-t-il revenir ?
  • Ce sera pour ce soir ou une autre fois.

Ce récit reconstitué, dé-métaphorisé, dés-ambiguïsé, fait une trame crédible de Joey. D’autres reconstitutions, d’autres interprétations restent possibles. Le sens de Joey est ouvert car la beauté de la chanson tient justement au fait qu’elle nous échappe en grande partie et qu’on ne saura jamais ni qui est Joey ni ce qui a pu lui traverser la tête certains soirs plus tristes que d’autres.

Découvrez nos analyses de paroles dans Chanson française

Analyse chanson française
PDF, 176 pages