Grand Corps Malade + Charles Aznavour – Tu es donc j’apprends – Analyse des paroles

Chanson française
PDF, 176 pages

Story&Drama analyse les paroles de la chanson Tu es donc j’apprends, un duo surprenant autour d’un texte très humaniste entre le slammeur Grand Corps Malade et le vieux chanteur de variété Charles Aznavour.

Paroles de Tu es donc j’apprends

1

J’étais assis sur un banc, cinq minutes avec moi
Perdu dans mes pensées qui me parlaient sans voix,
Dans un parc un peu désert, sous un ciel sans couleur
Un moment, un peu d’air, dans une vue sans humeur
Un vieille homme approcha, fermant ainsi cette parenthèse
Il s’assit à côté de moi et me regarda, l’air à l’aise
Avec un regard confiant, il me dit cette phrase sans astuce :
Quel dommage que les gens ne se parlent pas plus

2

Jeune homme croyez-moi, j’ai un peu d’expérience
Je ne vous connais pas, je m’assois près de vous
Si les gens se parlaient, les choses auraient un sens
Je vous parle et pourtant, je suis tout sauf un fou
C’est juste que je sais, privilège de l’âge
Que l’humain est moins sot s’il est un peu curieux
Que l’humain est plus fort quand il croit au partage
Qu’il devient plus beau quand il ouvre les yeux

Refrain

L’Homme est un solitaire (L’Homme est un solitaire)
Qui a besoin des autres (Qui a besoin des autres)
Et plus il est ouvert
Et plus il devient grand
Découvrez ma culture (Découvrez ma culture)
J’apprendrai la vôtre
Je pense donc je suis
Tu es donc j’apprends

3

Nous avons pris le temps de voir nos différences
De mélanges et rencontres il faut franchir le seuil
(De mélanges et rencontres il faut franchir le seuil)
Parlons aux inconnus
(Parlons aux inconnus)
Sortons de l’ignorance
(Sortons de l’ignorance)
Faisons de notre monde un terrain sans orgueil
Comme on croise nos voix, croisons nos habitudes
Nous quitterons ce parc plus riches qu’en entrant
Cessons de voir petit, prenons de l’altitude
Partageons nos idées, nos valeurs, notre temps

Refrain

L’Homme est un solitaire (L’Homme est un solitaire)
Qui a besoin des autres (Qui a besoin des autres)
Et plus il est ouvert
Et plus il devient grand
Découvrez ma culture (Découvrez ma culture)
J’apprendrai la vôtre
Je pense donc je suis
Tu es donc j’apprends

Analyse

Tu es donc j’apprends est l’œuvre d’un duo surprenant : Grand Corps Malade et Charles Aznavour.

C’est Grand Corps Malade qui récite le premier couplet, qui s’ouvre sur une fausse citation de Mistral gagnant, de Renaud (« S’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi…« )

Il raconte qu’alors qu’il est assis sur un banc dans un parc (exposition), un vieil homme s’approche (déclencheur). On comprend que leur but est simplement de discuter, ce qui ne pose pas problème en soi.

Le premier vers du vieil homme Quel dommage que les gens ne se parlent pas plus est le dernier du couplet de GCM. La transition est ainsi rendue plus souple.

Dans le couplet 2, le vieil homme développe son idée et plaide en faveur du dialogue et de l’ouverture d’esprit. C’est évidemment le message central de la chanson qui est ainsi exprimé directement.

Les deux personnages entonnent ensemble et en canon un refrain consensuel, fait de paroles de sagesse, sur le même mode que le vieil homme.

GCM commence le 3è couplet en forme de bilan qui prolonge le message affirmé par le vieil homme qui de la même manière que dans leur dialogue chanté, répète les vers en canon. Le thème est resté le même : dialoguer, partager entre cultures, générations, conditions.

Le refrain passe à nouveau, culminant avec les mots-titres : Je pense donc je suis, tu es donc j’apprends.

Cette chanson n’est pas vraiment narrative, elle ne repose que sur la mise en scène d’une situation archi-simple, la rencontre entre 2 inconnus sur un banc, et cette rencontre n’a qu’un seul but dramatique : donner l’occasion d’un poème moral.

L’impact de la chanson tient également à son casting : en fort contraste de style et de génération, Grand Corps Malade et Aznavour forment pourtant un duo harmonieux.

Ils prouvent ainsi que le dialogue porte vraiment ses fruits et qu’on peut si on le veut rencontrer l’autre malgré toutes sortes de différences.

Lire la suite de l’analyse des paroles dans le PDF Chanson française

PDF, 176 pages
Avez-vous bien aimé cette page ?
[Total: 0 Moyennee: 0]