Analyse dramatique du Parrain de Coppola – Michael tombe amoureux en Sicile

Analyse-Le-Parrain
PDF, 105 pages

Les trois épisodes du Parrain se classent dans le Top 10 mondial des films les plus appréciés. Cette place, le film la doit en grande partie à la qualité exceptionnelle de son scénario.
C’est pourquoi nous avons analysé en détail les intrigues, personnages, effets dramatiques et autres paramètres narratifs de ce chef d’oeuvre technique.
Voici, pour vous scénaristes et auteurs, un extrait de nos analyses.

Analyse dramatique du film Le Parrain de Francis Ford Coppola

Séquence 7. Michael tombe amoureux en Sicile. Minutes 93 à 102

Fondu enchaîné sur les images éclatantes de soleil d’hommes progressant dans la campagne sicilienne, avec en fond sonore le thème principal du Parrain. Les hommes, c’est Michael escorté par deux gardes du corps – Fabrizio et Calo – qui portent des carabines. Tous trois sont vêtus à la sicilienne.

Exposition progressive de la nouvelle situation de Michael.

Un homme arrive en voiture, s’arrête, et leur reproche de trop s’éloigner. Il s’appelle Don Tommasino. Il dit à Michael : « C’est dangereux, d’après Sonny, tes ennemis savent que tu es là, vous devriez rentrer ».

Cette information « en passant » nous reviendra en mémoire lors de la conclusion de cette intrigue. On nous l’avait bien dit !

Michael demande si Sonny a indiqué quand il pourrait rentrer, mais Tommasino répond que c’est trop tôt. Avant de partir, Tommasino demande où va Michael. Michael répond : A Corleone.

Retour aux sources ! Et c’est l’amorce du meurtre de l’assassin de son grand-père, le père de Vito, dont l’histoire sera racontée dans la suite , Le Parrain II. Cette séquence a donc une fonction multiple : cacher Michael, lui faire rencontrer l’amour, mais aussi, le remettre dans la ligne de l’histoire personnelle de ce père à qui il va succéder comme un roi succède à un autre roi.

Michael et ses deux gardes marchent, plus loin dans la campagne. Fabrizio veut que Michael lui parle de New York. Il a entendu dire que Michael était « une pointure ». Michael répond modestement qu’il n’est que le fils d’une pointure.

Pour la deuxième fois, on reçoit une information de mauvais augure pour Michael : on sait qui il est et d’où il vient, alors qu’il est censé se cacher…

Plus loin, Michael, Fabrizio et Calo, croisent des jeunes filles, dont Apollonia qui reste en arrêt et fixe Michael, qui la contemple, estomaqué. Coup de foudre réciproque.

C’est donc le déclencheur de leur histoire d’amour.

Un cliché très ancien… mais qui fonctionne toujours. Via le phénomène universel de l’identification, une grande partie du public ressent à ce moment le charme de la passion amoureuse.

Calo commente : En Sicile, les femmes sont plus dangereuses que des fusils.

Michael, Fabrizio et Calo arrivent à un village, s’assoient à une terrasse de café vide. Le propriétaire, Vitelli, les accueille. Fabrizio et Calo lui racontent qu’ils viennent de voir de très belles femmes, dont une, qui vient de faire chavirer Michael. Le cafetier écoute avec attention la description d’Apollonia, puis change brutalement d’attitude et rentre dans son café, l’air agacé.

On est entrés dans l’Acte II, les problèmes commencent.

Le spectateur a l’esprit vif aura deviné dès ce moment. Les autres, attendront encore quelques instants.

Effet d’information : Vitelli sait qu’ils parlent de sa fille, et eux l’ignorent.

On entend Vitelli brailler en italien, tandis que Fabrizio vient de comprendre : Apollonia est sa fille. Craignant une offense, Fabrizio veut partir, mais Michael lui demande de faire revenir Vitelli, au contraire. Prudent, Fabrizio prend son fusil, et rentre dans le café. Calo aussi prépare son fusil, au cas où…

Passionnant n’est-ce pas ?

Découvrez les multiples ruses techniques, secrets narratifs et effets dramatiques du scénario du film Le Parrain dans notre PDF d’analyse.

PDF, 105 pages
Avez-vous bien aimé cette page ?
[Total: 0 Moyennee: 0]