Analyse du Petit prince, Chapitre VII : les roses et les épines

Le petit prince
PDF, 76 pages

Voici un extrait de l’analyse narrative du Petit prince, best-seller mondial de la littérature enfantine et de la littérature tout court.

Analyse du petit prince de Saint Exupéry, Chapitre VII : les roses et les épines

Le cinquième jour, le petit prince demande au narrateur si les moutons mangent aussi les fleurs qui ont des épines. Le narrateur confirme, et le petit prince demande à quoi servent les épines. « Le petit prince ne renonçait jamais à une question, une fois qu’il l’avait posée. » Occupé à réparer son moteur, l’aviateur s’énerve contre un boulon et répond que les épines sont une méchanceté de la part des fleurs, ce à quoi le prince objecte que les épines doivent au contraire être une défense touchante des fleurs, si fragiles et vulnérables.

Structure : on reste donc dans le cadre des petits récits dans le récit d’encadrement, mais cette fois les deux intrigues convergent explicitement (c’est-à-dire que les données de l’une perturbent les données de l’autre), et la tension restée implicite quant à l’avenir de l’aviateur émerge soudain à la surface, un effet dramatique qui n’aurait pas pu être utilisé si le narrateur n’avait pas volontairement passé sous silence ce problème grandissant dans les 2 chapitres précédents.

Structure : la mini-intrigue a pour Héros le petit prince, dont le but est d’obtenir des réponses, et pour Antagoniste l’aviateur, occupé à essayer de résoudre sa propre intrigue.

Répétition de motif : première mention de cette obstination du petit prince qui ne renonce jamais à une question, tout en oubliant souvent lui-même de répondre à celles qu’on lui pose, obstination qui va se retrouver soulignée à de nombreuses reprises au fil du livre, et devenir une des principales caractéristiques thématiques de ce personnage.

Le petit prince veut continuer ses questions, mais l’aviateur s’énerve, arguant qu’il s’occupe, lui, de choses sérieuses. Le petit prince s’énerve à son tour, en accusant l’aviateur de parler comme les grandes personnes, et il raconte l’anecdote d’un gros monsieur rouge qui prétendait lui aussi s’occuper de choses sérieuses. Il continue de s’agacer : « Ce n’est pas important la guerre des moutons et des fleurs ? Ce n’est pas plus sérieux et plus important que les additions d’un gros Monsieur rouge ? » Il évoque alors pour la première fois « une fleur unique au monde, qui n’existe nulle part, sauf dans ma planète », et dont l’existence sera menacée par le mouton que lui a dessiné l’aviateur.

Vous voulez écrire une histoire pour enfants ?

Étudiez Le petit prince  et prenez modèle sur les techniques d’écriture de son auteur !

PDF, 76 pages
Acheter maintenant

Pour savoir comment se passe votre achat, lisez la FAQ téléchargements.
Avez-vous bien aimé cette page ?
[Total: 1 Moyennee: 5]