Analyse des sketchs Elle est pas belle la vie de Gaspard Proust

Humour & sketchs comiques
PDF, 140 pages

Vous aussi, vous voulez faire rire les foules ?
Des plus grands auteurs comiques, apprenez à construire un délire logique, une situation super loufoque, une arnaque conceptuelle, des personnages tordants…
Et rendez vos histoires plus que drôles !

Elle est pas belle la vie de Gaspard Proust

Elle est pas belle la vie ? de Gaspard Proust fait partie de l’émission Salut les terriens animée par Thierry Ardisson sur Canal+.
Comme on va le voir, la séquence suivante, extraite de l’émission du 22 décembre 2012, se compose d’une série de brèves intrigues, à l’humour très intellectuel, qui repose très souvent sur des effets de distribution d’information.

Bientôt Noël.

(Image d’une boule à neige avec un père noël dedans.)

Dans les maisons les familles se sont retrouvées. Dans la cheminée le feu crépite et sous la cheminée des cadeaux les uns plus gros que les autres se disputent les faveurs des enfants. Les yeux des parents se remplissent de larmes à la vue de ce bonheur idéel, 2012 fut une année faste, les salaires ont augmenté, les employeurs sont obligés d’envoyer des CVs aux salariés d’entreprises concurrentes, et le prix du mètre carré n’a jamais été aussi proche de celui de la motte de beurre.

Oui, voilà ce qui se passe à peu près à cette heure dans n’importe quelle famille qatarie.

(Rires, applaudissements.)

Gaspard Proust, narrateur, expose d’abord le thème, Noël, puis met ce thème en situation. Il induit ensuite le public en erreur en gommant tout élément de conflit dramatique, donnant une vision idyllique de ce traditionnel moment positif de fête et de paix, confondant absolument le réel – que le public connaît comme négatif, dur, éprouvant, ingrat – et l’idéal religieux et familial associé au thème.

A partir du moment où le narrateur Gaspard Proust commence à affirmer des choses que le public sait fausses – les salaires ont augmenté etc. -, un doute s’installe, avec un suspense sur le pourquoi de ce doute. Ce doute, conflit non pas dramatique comme on aurait pu s’y attendre, mais mental, cognitif, intellectuel, se résout dans les tout derniers mots par la révélation d’une information essentielle à la compréhension du sens profond de l’histoire par le public : le monde dont il s’agit. Non pas la France en crise comme on le croyait implicitement, mais le Qatar riche et prospère !

Alors je précise hein, le Qatar, tout le monde voit ce pays – c’est le Mali avec du bol géologique – en France évidemment les choses sont moins roses, enfin jusqu’au 7 mai y’avait un truc, et puis soudain la panne de courant, le black out, on a vu une F1 (photo de Sarkozy) rentrer au stand et en sortir un Vélib’ (photo officielle de Hollande Président). Oui jusqu’au 7 mai 2012 la France ressemblait à une épileptique coquet, depuis on a droit à un paraplégique sous morphine.

Tout cela n’est pas une intrigue dramatique, mais du discours rhétorique. L’humour se base sur une série de comparaisons désobligeantes entre le positif et le négatif, le fort et le faible, Qatar/Mali, F1/Vélib’, Présidents/maladies, Sarkozy/épileptique et Hollande/paraplégique.

Alors, que retenir de cette année 2012 ? Alors 2012, une année moderne : après avoir cartonné dans tous les pays du monde enfin le socialisme débarque en France !

La blague fonctionne sur une antiphrase : comme le sait le public, le socialisme n’a pas cartonné, il s’est effondré dans tous les pays sauf quelques dictatures résiduelles. Elle fonctionne aussi sur la fausse naïveté de l’humoriste Gaspard Proust qui fait semblant d’ignorer le passé du socialisme français depuis le 19è siècle, comme si cela n’avait jamais existé. Tout cela ne raconte pas d’intrigue, mais contribue à bâtir un personnage cynique, méchant, méprisant.

Alors, première mesure le gouvernement décide de baisser les salaires.

(Insert : Coupure du presse de leParisien.fr : « France : Hollande réunit son gouvernement, baisse son salaire de 30%. »)

Faut comprendre hein : la seule manière d’assumer un poste pour lequel on n’est pas compétent c’est de se rassurer en se disant qu’on est mal payé. Ah ben oui c’est le dialogue :

– Vous êtes nuls !
– Oui, mais on n’est pas chers !

L’effet comique vient de l’audace d’oser insulter ainsi le chef de l’État en interprétant, avec mauvaise foi, sa baisse de salaire comme un aveu d’incompétence (fausse déduction logique).

Bon pour ceux qui en doutaient oui, le changement c’est vraiment maintenant. 2012 qui fut donc l’année du choc fiscal, enfin du choc : de l’AVC quoi, c’est plus un choc c’est…

(Insert : Coupure du presse de La Tribune : « L’imposition à 75% des très hauts revenus adoptée à l’Assemblée. »)

Alors moi j’aimerais quand même défendre un peu ce gouvernement. On reproche à la gauche de pas faire grand-chose. Un peu d’honnêteté quoi : c’est quand même le seul gouvernement qui donne envie à un riche d’aller vivre en Belgique quoi je veux dire… (Rires.)

Effet comique par mauvaise foi : sous prétexte de défendre (motivation positive, bienveillante), Gaspard Proust enfonce, ridiculise (motivation négative, malveillante).

A part Dany Boon et Francis Heaulmes, qui aimerait vivre 6 mois par an coincé entre Roubaix et Bruxelles enfin je veux dire… ?

Effet comique par contraste maximal entre l’acteur (nordique) le mieux payé de France à la date du sketch, et un ignoble tueur en série, entre la capitale belge et une ville française secondaire, tout en respectant un double et élégant parallélisme entre Dany Boon / Francis Heaulmes et une ville française / une ville belge.

Et, ne boudons pas notre plaisir, pour une fois qu’un gouvernement de gauche arrive à expulser des gens qui paient leur charter tout seuls… (Rires, applaudissements.)

Toujours l’effet comique par mauvaise foi avec ambivalence profonde des motivations.

De tout façon l’exil fiscal ça concerne qui ?

Transition par le thème.

ça concerne les riches qui ne sont pas sûrs d’avoir les capacités de le rester, mais, les riches qui partent c’est aussi des pauvres qui arrivent. Hein, Bernard Arnault en Belgique (photo), Duflot dans un Ministère (photo).

Encore une comparaison malveillante.

Alors Cécile Duflot tout le monde voit hein ? « The Voice »… (Il imite un charabia avec une voix nasillarde et haut-perchée.) Tu sais, la maîtresse de CP avec un orgasme qui lui est resté coincé dans les cordes vocales…

Et re ! A chaque fois c’est la même logique : un terme positif, noble, respectable, prestigieux, connu, riche, célèbre, et un terme négatif, dégradant, désobligeant, humiliant, amoindrissant. On n’est pas dans du récit, mais c’est la même logique d’opposition des propriétés entre les Héros et les Antagonistes.

(Gaspard Proust imite encore) « Mais euh… mais non je suis pas chiante, c’est juste que j’ai pas encore atterri quoi… »

Enfin moi ça m’exciterait presque, c’est un peu le meilleur des deux mondes quoi, une cougar avec une voix d’ado enfin c’est un truc… (Rires.)

Toujours la même logique, la Ministre (terme positif) redéfinie comme une cougar (terme péjoratif, qui vieillit la personne en question et lui attribue une préférence sexuelle mal acceptée) que diminue encore le défaut de la voix d’ado – donc non seulement une cougar, mais une cougar juvénile, imparfaite.

Mais le retour de la gauche c’est aussi l’égalité hommes/femmes qui progresse, eh oui : désormais en Moselle des ouvriers se battent pour des hauts-fourneaux.

Transition et exposition d’un nouveau thème.

C’est aussi les droits qui avancent, bientôt les homosexuels qui pourront se marier, qui pourront adopter.

(Insert : Coupure de presse de LeFigaro.fr : « Le gouvernement annonce le mariage gay pour 2013. »)

Développement du thème.

A ce rythme-là dans un an, ils demanderont le droit de faire l’amour aux femmes.

Chute. Même logique par antiphrase : l’homophilie apparente cachait l’homophobie.

Alors la droite qui très bêtement est contre, au lieu d’être un peu perfide et de proposer un amendement : « Le mariage pour tous, ok, mais avec le divorce pour personne ! » Là on verrait si y’a encore foule dans les mairies.

Bref, 2012 c’est aussi l’ascenseur social pour certains, Nafissatou qui désormais dans les palaces hésitera à deux fois avant d’ouvrir la porte de sa douche à l’arrivée d’un homme de ménage. (Rires, applaudissements.)

La blague, fulgurante mais complexe, repose sur un retournement de l’intrigue connue de tous, qui mène de la tentative de viol de la femme de ménage par DSK (thème positif) au règlement à l’amiable de 6 millions de dollars en compensation (thème négatif), situation finale qui devient la situation initiale de la mini-intrigue implicite, qui fait semblant de répéter la même histoire en inversant les rôles.

Nafissatou qui… qui a la vertu de rassurer au moins une personne dans le monde, le plombier polonais, je veux dire : au prix où elle pratique la pipe, elle risque d’être compétitive encore longtemps.

Là encore Gaspard Proust fait jouer un contraste entre une femme de ménage afro-américaine devenue millionnaire, et un plombier polonais déconsidéré, resté simple plombier.

Mai 2012 c’est aussi l’année de la déchirure entre les électeurs de droite et de gauche c’est évident enfin, y’a eu un récent sondage là il parait que les électrices de gauche pratiquent plus souvent la fellation que les électrices de droite. Ça c’est normal, c’est les nanas de droite elles ont une éducation elles ont une politesse quoi, elles racontent pas leur vie sexuelle à un connard de la SOFRES quoi c’est tout !

La blague repose sur un effet d’information. Le narrateur nous laisse croire qu’on connaît les faits et que les personnages disent la vérité, avant de révéler qu’il sait (lui, et pas nous) que certains personnages, les nanas de droite, mentaient par dignité.

Mai 2012 c’est aussi l’année de la Corse hein c’est… La Corse, l’île de butés, 20 morts cette année.

(Insert : Coupure de presse de LeParisien.fr : « Calvi : vingtième meurtre de l’année en Corse. »)

Avec un constant hein quand même : quand on lit la liste des victimes en Corse, c’est pas encore ça la parité hommes/femmes.

Encore un effet comique par mauvaise foi : l’humoriste feint de considérer les mafieux corses comme des politiciens normaux, et que donc (déduction abusive) ils respectent les mêmes règles.

Bon enfin, faut relativiser, en Corse 20 morts par an c’est une catastrophe, en Syrie 20 morts par jour c’est une accalmie, replaçons les choses dans leur contexte.

Comparaison désobligeante sur la base d’une propriété commune.

Alors certes cette année la Syrie n’aura pas vraiment contribué à la paix dans le monde mais, quelle prise de rendez-vous pour les Jeux paralympiques ! (Rires, applaudissements.)

Contraste énorme entre la tristesse causée par l’horrible situation en Syrie (thème négatif) et la joie feinte d’avoir de nouvelles recrues pour l’athlétisme handicapé (thème positif).

2012, c’est aussi une année sombre pour la biodiversité.

Gaspard Proust pose le thème… nous laissant croire qu’il va parler de nature et d’animaux…

On a perdu Eva Joly, et avec elle cet inimitable accent du sud-ouest… norvégien.

… pour en fait se moquer de la disparition médiatique d’Eva Joly, la ramenant à une autre catégorie que celle des politiciennes. Il enchaîne avec une blague par révélation d‘information : étant donné le contexte où il parle et où son public l’écoute, la France est sélectionnée comme cadre implicite de l’action, mais il contredit cela en ajoutant après nous avoir trompés qu’il parlait du sud-ouest norvégien.

Quand Eva parle, quelque part dans le monde un meuble Ikéa s’écroule.

Comparaison désobligeante et qui nous force à imaginer une absurde relation de cause à effet.

Découvrez 13 autres analyses d’œuvres comiques dans le PDF Humour & Sketchs comiques 🙂

PDF, 140 pages
Avez-vous bien aimé cette page ?
[Total: 4 Moyennee: 5]