Games of Thrones – Intrigues et scènes

Game of Thrones
PDF, 142 pages

Qu’est-ce qui fait de Game of Thrones la série la plus vue du monde ?
Sans doute d’abord l’excellence de son scénario.
Des centaines d’intrigues passionnantes.
Articulées en une architecture narrative haletantes.
Animées par des personnages complexes, colorés, contrastés, fascinants.
Voici une analyse scénaristique complète du scénario des 20 premiers épisodes de la reine des séries.

Intrigues et scènes

En étudiant les deux premières saisons de Game Of Thrones a donc compté 410 scènes en 2 saisons sur 20 épisodes, soit environ 20 scènes par épisode de 53 à 56 minutes.

Le nombre des scènes pourrait varier légèrement en faisant d’autres choix d’analyse et de découpage. En effet dans cette série de nombreuses scènes se présentent en fondu enchaîné : dans un lieu, une première situation donne lieu à une première scène – groupe de personnages, unité d‘action, thèmes – puis un personnage entre et/ou un personnage sort et c’est une autre discussion qui s’ouvre sur un autre conflit et d’autres thèmes. On a donc deux scènes. Mais parfois l’enchaînement est si rapide qu’il est difficile de dire s’il s’agissait de deux ou trois scènes ou plus. Souvent, une même interaction aborde plusieurs thèmes différents, c’est donc quasiment deux scènes dans le même flux difficile à couper. Parfois une unité d’action se voit juste coupée d’une toute petite partie – par exemple, le résultat d’une action – puis inséré après le début d’une autre scène qui continue ensuite. Dramatiquement on a donc 2 scènes (2 groupes de personnages autour de 2 unités d’action) qui en deviennent 4 dans le découpage puisque l’une coupe l’autre en deux (A puis B devient A1 B1 A2 B2).

Quoi qu’il en soit, d’autres découpages possibles ne changeraient pas substantiellement les données. Beaucoup de scènes sont aussi clairement coupées.

Des scènes qui ne sont pas des scènes

Ces 410 scènes sont des unités de récit final.

C’est à dire, ces scènes sont des montages de nombreux éléments, il peut s’agir d’une unité dramatique, souvent de plusieurs, mais il peut également s’agir de fragments sans valeur dramatique ou sans aucun lien direct avec des intrigues importantes.

Plusieurs grandes scènes sont grandes justement du fait de catalyser d’un coup les tensions dramatiques de plusieurs intrigues qui y trouvent chacune un bouleversement majeur. C’est le cas pour la grande bataille entre Stannis Baratheon et les Lannister au pouvoir à Port-Réal : toutes les scènes où l’un envisage l’autre font avancer les deux simultanément.

Parfois, certaines scènes ou certains passages ne contiennent tout simplement aucun élément dramatique sérieux. C’est le cas par exemple quand Lord Varys confie sa vision du monde à Tyrion. Cela ne sert qu’à caractériser ce personnage, à lui donner du corps, une vie propre, une âme crédible. Mais dans cette scène Varys ne décide rien, n’objecte rien, ne complote rien, il parle simplement de comment il voit la vie. Ces passages où il s’agit de mettre l’ambiance, de donner le ton, de laisser la parole un moment à chaque personnage sans l’impliquer directement dans une intrigue, sont plutôt fréquents : une multitude de fragments de discussions de politesse, des badinages, des plaisanteries, des plans sans action pour présenter les situations et les lieux. En réalité donc, les scènes finales, celles qu’on voit dans les épisodes, sont faites à la fois de points d’intrigue appartenant à des intrigues parfois très diverses, et de tous ces menus faits et gestes du quotidien de chacun qui sont la toile de fond de l’action.

Il faut donc bien distinguer ces “scènes finales” très composites de ce qu’on pourrait appeler le déroulement temps par temps, point par point, étape par étape, de chaque intrigue.

Il est difficile de dénombrer les intrigues car elles sont très nombreuses, s’enchaînent souvent les unes aux autres – quand 2 intrigues fusionnent puis convergent avec une autre 5 scènes plus tard, combien d’intrigues doit-on compter ? Quand ensuite le principal Antagoniste meurt dans une autre intrigue, mais qu’il est remplacé dans celle-ci : est-ce une nouvelle intrigue, ou toujours la même ? Hmmm…

Nous n’allons donc pas faire un décompte complet de toutes les intrigues de tous les épisodes des saisons 1 et 2 de Game Of Thrones. Au lieu de cela, nous allons étudier les principales, et surtout les plus riches d’enseignement, celles qui peuvent nous apprendre le plus à faire nous aussi de grandes histoires peuplées de nombreux personnages générant beaucoup d’action dans des registres très divers.

Structures / architectures

L’orientation que prend le premier épisode, puis toute la saison 1, puis toute la saison 2, rend l’intrigue centrale évidente :

Acte I – Situation initiale et déclencheur

La mort de Jon Arryn et l’ambition des Lannister créent une dynamique de changement à Westeros, dont profitent d’abord les Stark.

Question dramatique

Qui gagnera ? Qui montera sur le trône royal ?

Acte II – développement

La mort du Roi Robert agrandit la vacance du pouvoir, dont les Lannister s’emparent contre les Stark, ce qui mène à une guerre généralisée entre 4 prétendants :

  • Renly Baratheon,
  • Stannis Baratheon,
  • Joffrey Roi avec Stark comme Régent selon la volonté du Roi Robert,
  • Joffrey Roi et les Lannister au pouvoir

pendant que les Stark déchus essayent de sauver leur clan (Sansa, Arya et Bran en danger), leur royauté (Robb Roi du Nord) et leur château (Theon félon).

Actes III avec crise et climax

Plusieurs moments apparaissent comme des Actes III:

  • Quand les Lannister se débarrassent de Stark
  • Quand Stannis se débarrasse de Renly par magie noire
  • Quand Stannis attaque Port-Réal défendu par Tyrion, etc.

En réalité, cette trame d’ensemble est constituée :

  • parfois de plusieurs intrigues parallèles, par exemple quand on suit un par un les membres de la famille Stark pour répondre à une question d’ensemble “Où en est la famille Stark ?”
  • parfois d’intrigues enchaînées en série, quand une giga-intrigue aux enjeux colossaux est divisée en sous-parties aux enjeux plus immédiats.

Si on liste les intrigues principales en essayant de conserver leur logique narrative et en les classant par monde, on obtient :

Lire la suite du PDF d’analyse de l’histoire de Game of Thrones

PDF, 142 pages
Avez-vous bien aimé cette page ?
[Total: 0 Moyennee: 0]