Alain Souchon – Sous les jupes des filles – Analyse des paroles

Chanson française
PDF, 176 pages

Story&Drama analyse les paroles de la chanson Sous les jupes des filles d’Alain Souchon, qui raconte avec malice l’éveil d’adolescents à l’érotisme, sur fond de préoccupations politiques et morales.

Clip de Sous les jupes des filles

Paroles de Sous les jupes des filles

Couplet 1

Rétines et pupilles
Les garçons ont les yeux qui brillent
Pour un jeu de dupes
Voir sous les jupes des filles
Et la vie toute entière
Absorbés par cette affaire
Par ce jeu de dupe
Voir sous les jupes des filles.

Couplet 2

Elles, très fières
Sur leurs escabeaux en l’air
Regard méprisant et laissant le vent tout faire
Elles, dans l’suave
La faiblesse des hommes, elles savent
Que la seule chose qui tourne sur terre
C’est leurs robes légères.

Couplet 3

On en fait beaucoup
Se pencher, tordre son cou
Pour voir l’infortune
À quoi nos vies se résument
Pour voir tout l’orgueil
Toutes les guerres avec les deuils
La mort, la beauté
Les chansons d’été
Les rêves.

Couplet 4

Si parfois, ça les gène et qu’elles veulent pas
Qu’on regarde leurs guiboles, les garçons s’affolent de ça.
Alors faut qu’ça tombe
Les hommes ou bien les palombes
Les bleres, les khmers rouges
Le moindre chevreuil qui bouge.
Fanfare bleu blanc rage
Verres de rouge et vert de rage
L’honneur des milices
Tu seras un homme, mon fils.

Couplet 5

Elles, pas fières
Sur leurs escabeaux en l’air
Regard implorant, et ne comprenant pas tout
Elles, dans l’grave
La faiblesse des hommes, elles savent
Que la seule chose qui tourne sur cette terre
C’est leurs robes légères.

Couplet 6

Rétines et pupilles
Les garçons ont les yeux qui brillent
Pour un jeu de dupes
Voir sous les jupes des filles
Et la vie toute entière
Absorbés par cette affaire
Par ce jeu de dupes
Voir sous les jupes des filles
La, la, la, la, la…

Analyse

La chanson consiste en 6 couplets, d’environ 7 à 9 vers chacun, irréguliers en syllabes.

Les couplets 1 et 6 sont parfaitement identiques, donnant une impression de clôture sur soi, et les couplets 2 et 5 sont des variantes l’un de l’autre, confirmant cette impression de mouvement cyclique.

Le couplet 1 qui sonne comme un refrain puisqu’il reviendra, met l’accent sur le regard érotique que portent les hommes sur les femmes. C’est l’exposition du thème général.

Le couplet 2 met en scène la situation grivoise des filles en jupes, perchées sur des escabeaux et exposées au regard des garçons.

Le couplet 3 quitte le champ érotique et extrapole : la curiosité humaine s’étend jusqu’à la mort et aux guerres, mais aussi aux jolies choses de la vie.

Le couplet 4 pousse l’évocation bien plus en détail. Les hommes tombent, fascistes, animaux qu’on chasse, milices nationalistes, patriotes. Ces évocations terribles détonnent radicalement dans le contexte érotique un peu naïf et sur ce ton léger et doux. Surtout, il semble que d’une manière très innocente l’auteur attribue les guerres et les horreurs au refus des femmes d’être regardées, donc à la frustration sexuelle des hommes. Une thèse plutôt provocante !

Le retour des couplets modifiés 2 puis 1 dans les couplets 5 qui nous ramène aux filles en jupes sur les escabeaux et 6 qui nous ramène au voyeurisme en général, vient pour ainsi dire nous faire oublier les horreurs. Le vice léger du voyeurisme érotique apparait comme une sorte de bien moindre mal en comparaison.

Cette logique semble porter un message proche du célèbre slogan hippie : faites l’amour, pas la guerre. On pourrait traduire : matez des culottes, pas des révoltes 🙂

Conclusion

On a là une chanson assez particulière. Pas vraiment narrative puisqu’elle ne raconte pas d’histoire, n’expose pas un vrai conflit, et n’exprime pas un problème, elle est pourtant un peu narrative car elle nous fait imaginer une situation chargée de tension, qui se retrouve même mise en scène deux fois en changeant de sens.

En fait, elle se base sur cette situation, sur la poésie de l’expression érotique et tendre, et sur l’énorme contraste thématique érotisme / Guerre / érotisme.

Ces quelques qualités très raffinées suffisent à lui donner assez d’énergie pour tenir en place et marquer la mémoire : la plus coquine des chansons pacifistes.

La beauté des femmes sert souvent à faire passer des messages idéologiques forts, le capitalisme y compris le plus agressif en sait quelque chose ; ici, une fois n’est pas coutume, l’exploitation de l’image de la femme sert la paix.

Lire la suite de l’analyse des paroles dans le PDF Chanson française

Analyse chanson française
PDF, 176 pages